An Alarc'h

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

An Alarc'h (« Le cygne » en breton), est une chanson traditionnelle bretonne, issue du Barzaz Breiz, considérée comme un chant patriotique. Elle est reprise par des chanteurs bretons contemporains (Alan Stivell, Gilles Servat, Tri Yann...).

Présentation[modifier | modifier le code]

An Alarc'h raconte le retour d'exil triomphal du duc Jean IV (an aotroù Yann), pour reconquérir son duché. Celui-ci avait pourtant été chassé six ans auparavant par ses sujets. Cependant, l'indépendance du duché étant encore plus menacée sans lui qu'avec lui, les seigneurs bretons avaient envoyé une délégation en Angleterre où il avait trouvé refuge pour lui demander qu'il revienne. Il débarque alors à Dinard le 3 août 1379 pour reconquérir le trône de Bretagne. Le "traître" à la fin de la chanson serait le chevalier breton Bertrand Du Guesclin connétable de France qui, pourtant, n'engagea pas le combat contre le retour du Duc. « An Alarc'h » c'est le cygne qui, dans la chanson, assiste à la scène depuis le sommet de la tour du château d'Arvor[1].

Paroles[modifier | modifier le code]

Paroles Sens des paroles en français

Un alarc'h, un alarc'h tra mor (bis)
War lein tour moal kastell Arvor

Diskan :
Dinn, dinn, daoñ, d'an emgann, d'an emgann, o !
Dinn, dinn, daoñ, d'an emgann ez an

Neventi vad d'ar Vretoned
Ha mallozh ruz d'ar C'hallaoued

Erru ul lestr e pleg ar mor
E ouelioù gwenn gantañ digor

Degoue'et an Aotroù Yann en-dro
Digoue'et eo da ziwall e vro

D'hon diwall diouzh ar C'hallaoued
A vac'hom war ar Vretoned

Ken e laosker ur youc'hadenn
A ra d'an aod ur grenadenn

Ken e son ar menezioù Laz
Ha froen, ha trid ar gazeg c'hlas

Ken e kan laouen ar c'hleier
Kant lev tro-war-dro, e pep kêr

Deut eo an heol, deut eo an hañv
Deut eo en-dro an Aotroù Yann

An Aotroù Yann a zo paotr mat
Ken prim e droad hag e lagad

Laezh ur Vreizhadez a sunos
Ul laezh ken yac'h evel gwin kozh

Luc'h a daol e c'hoaf p'hen horell
Ken e vrumenn an neb a sell

Pa c'hoari kreñv, ken kreñv e tarc'h
Ken e taouhanter den ha marc'h

Darc'h atav, dalc'h mat, aotroù dug
Dav warnehe ! Ai-ta ! Bug-ho ! Bug !

Neb a drouc'h 'vel a douc'hez-te
N'en deus aotrou nemet Doue !

Dalc'homp, Bretoned, dalc'homp mat !
Arsav na truez ! Gwad oc'h gwad !

Itron Varia Breizh, skoaz da vro !
Fest erbedenner, fest a vo !

Dare' ar foenn; piv a falc'ho ?
Dare' an ed; piv a vedo ?

Ar foenn, an ed, piv o fako ?
Ar roue gav' gantañ 'raio

Dont a ray a-benn ur gaouad
Gant ur falc'h arc'hant da falc'hat

Gant ur falc'h arc'hant er bro-ni
Ha gant ur falz aour da vediñ

Mar plije gant ar C'hallaoued
Daoust hag int mank ar Vretoned ?

Mar plije gant 'n Aotrou roue
Daoust hag-eñ eo den pe Zoue ?

Skrignañ 'ra bleizi Breizh-Izel
O klevet embann ar brezel

O klevet ar youc'h, e yudont
Gant c'hwezh ar C'hallaoued e reont

En heñchoù, e-berr a welour
O redek ar gwad evel dour

Ken yey ruz-glaou brusk an houidi
Hag ar wazi gwenn o neuiñ

Muioc'h a dammoù goaf, e sklent
Eget skoultroù goude barr-went

Ha muioc'h a bennoù-marv
Eget e karnelioù ar vro

Paotred Bro-C'hall 'lec'h ma kouezhint
Betek deiz ar varn e c'hourve'int

Betek deiz ar varn hag ar fust
Gant an Trubard a ren ar rustl

An diveradur eus ar gwez
'Ray dour benniget war e vez !

Un cygne, un cygne d'outre-mer,
Au sommet de la vieille tour du château d'Armor !

Refrain :
Dinn, dinn, daon ! Au combat ! Au combat ! Oh !
Dinn, dinn, daon ! Je vais au combat

Heureuse nouvelle aux Bretons !
Et malédiction rouge aux Français !

Un navire est entré dans le golfe
Ses blanches voiles déployées

Le seigneur Jean est de retour
Il vient défendre son pays

Nous défendre contre les Français
Qui empiètent sur les Bretons

Un cri de joie part
Qui fait trembler le rivage

Les montagnes du Laz résonnent
La cavale blanche (la mer) hennit et bondit d'allégresse

Les cloches chantent joyeusement
Dans toutes les villes, à cent lieues à la ronde

L'été revient, le soleil brille
Le seigneur Jean est de retour !

Le seigneur Jean est un bon compagnon
Il a le pied vif comme l'œil

Il a sucé le lait d'une Bretonne
Un lait plus sain que du vin vieux

Sa lance, quand il la balance, jette de tels éclairs
Qu'elle éblouit tous les regards

Son épée, quand il la manie, porte de tels coups
Qu'il fend en deux homme et cheval

Frappes toujours ! Tiens bon ! Seigneur duc
Frappes dessus ! Courage ! Laves-les (dans leur sang) ! Laves-les !

Quand on hache comme tu haches
On n'a de suzerain que Dieu !

Tenons bon, Bretons ! Tenons bon ! 
Ni merci, ni trêve ! Sang pour sang !

O Notre-Dame de Bretagne ! Viens au secours de ton pays !
Nous fonderons un service, un service commémoratif !

Le foin est mûr : qui fauchera ?
Le blé est mûr : qui moissonnera ?

Le foin, le blé, qui les emportera ?
Le roi prétend que ce sera lui

Il va venir faucher en Bretagne
Avec une faux d'argent

Il va venir faucher nos prairies avec une faux d'argent
Et moissonner nos champs avec une faucille d'or

Voudraient-ils savoir, ces français
Si les Bretons sont des manchots ?

Voudrait-il apprendre, le seigneur roi
S'il est homme ou Dieu ?

Les loups de la Basse Bretagne grincent des dents
En entendant le ban de guerre

En entendant les cris joyeux, ils hurlent
À l'odeur de l'ennemi, ils hurlent de joie

On verra bientôt, dans les chemins
Le sang couler comme de l'eau

Si bien que deviendra rouge comme la braise le plumage des canards
Et des oies blanches qui les passeront à la nage

On verra plus de tronçons de lances éparpillés
Qu'il n'y a de rameaux sur la terre, après l'ouragan

Et plus de têtes de morts
Qu'il n'y en a dans les ossuaires du pays

Là où les Français tomberont, ils resteront couchés
Jusqu'au jour du jugement

Jusqu'au jour où ils seront jugés et châtiés
Avec le Traitre qui commande l'attaque

L'égout des arbres sera l'eau bénite
Qui arrosera son tombeau !

Dans des versions récentes un couplet a été ajouté : « Enor, enor d'ar gwenn-ha-du ! Ha d'ar C'hallaoued mallozh ruz ! » (Honneur, honneur au « blanc-et-noir » ! Et malheur rouge aux Français !)[2]. Il a parfois été adapté en « Ha d'an dretourien mallozh ruz ! » (Et malheur rouge aux traîtres !)

Discographie[modifier | modifier le code]

Interprétations[modifier | modifier le code]

La femme de Polig Monjarret, Zaïg Monjarret, a adapté la chanson en Scots ou gallo écossais (Galloway), écossais qui l'ont ainsi chanté par la suite.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Leguay et Hervé Martin, Fastes et malheurs de la Bretagne ducale (1213-1532), Ouest-France, Rennes, 1982
  • Arthur le Moyne de la Borderie, Histoire de la Bretagne, Paris, 1906
  • « Bretagne : dans plin (pas) et "An Alarc'h" », L'Escargot Folk no 46, septembre 1977

Lien externe[modifier | modifier le code]