Ampélite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ampélite est un schiste pyriteux avec une proportion importante de matière organique[1].

Etymologie[modifier | modifier le code]

Du latin : ampes et grec : ἄμπελος, ampelos, vigne ; αμπελιτις[γη] : qui est propre à l'entretien de la vigne[2]. On en répandait autrefois au pied des vignes - la pyrite qu'elle contient étant supposée éloigner les chenilles et les vers de printemps[3].

Formation[modifier | modifier le code]

Au Silurien (444 à 416 millions d'années) des sédiments argileux (pélites) se sont déposés dans une mer calme. Puis est intervenue la surrection de la Chaîne varisque (chaîne de montagne hercynienne) (350 à 300 millions d'années). Les sédiments ont alors été enfouis sous forte pression et haute température, subissant ainsi un métamorphisme modéré. Ce milieu confiné réducteur (pauvre en oxygène) a préservé le plancton et autres matières organiques marines contenus dans les sédiments.

Sa texture simule une stratification[3].

Composition[modifier | modifier le code]

Comme tous les schistes elle comporte des silicates, surtout des phyllosilicates.
Carbone, dont elle peut contenir jusqu'à 25 % (provenant de la matière organique). C'est de ce carbone qu'elle tient sa couleur noire.
Pyrite (sulfure de fer, FeS2) en grains fins ou en nodules. Des taches couleur de rouille apparaissent quand elle est altérée.
Calcaire, en bancs ou en lits fins, ou plus souvent en gros nodules. La dissolution occasionnelle de ces nodules amène parfois des trous dans l'ampélite.
Fossiles de Graptolites (ou Graptolithes) : animaux marins préservés par une mince pellicule de charbon. Ils forment des dessins de lignes droites ou courbes, simples ou composées, qui permettent souvent de dater cette roche du Silurien[3].

Autres noms connus[modifier | modifier le code]

  • schistes ampéliteux
  • schistes noirs
  • schistes graphiteux
  • schistes carburés quand le graphite est abondant
  • schistes noirs
  • schistes alunifères[3]
  • pierre des charpentiers[4] (parce qu'ils l'utilisaient pour tracer des traits sur le bois)
  • pierre noire (dans le cadre des arts graphiques)[5]

Utilisation[modifier | modifier le code]

Outre l'usage concernant les vignes, elle était exploitée jadis pour la fabrication de l’alun (sulfate double d'aluminium et de potassium), obtenu par décomposition de l'ampélite[3].

La pierre noire, outil de dessin, est constitué d'ampélite de Bretagne, comportant de l'alun.

On l'utilisait également autrefois pour se noircir sourcils et cheveux[3].

Référence[modifier | modifier le code]

  1. Le Condroz, une entité géographique, reflet de son passé géologique. Eric Groessens, Géologue. Dans géologie-info.
  2. Ampélite dans le lexique du Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales (CNRTL).
  3. a, b, c, d, e et f Le cirque de Barrosa - l'ampélite.
  4. Bulletin de la Société archéologique et historique de l'Orléanais, N° 1 à 15, 1848 - 1853. Séance du 13 décembre 1850. Compte-rendu de M. Dupuis.
  5. Historiographie des matériaux et des instruments du dessin à la Renaissance, de Joseph Meder à Annamaria Petrioli Tofani. Sophie Larochelle. Mémoire M.A. Histoire de l'art, Université Laval, Québec, 2005.

Sur les autres projets Wikimedia :