Alfred Tomatis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Alfred, Angelo Tomatis, né le 1er janvier 1920 à Nice et mort le 25 décembre 2001 à Carcassonne, est un oto-rhino-laryngologiste qui a donné le jour à une méthode de rééducation mise en œuvre par un réseau d'instituts et d'écoles privés et publiques.

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur en médecine en 1945 de la Faculté de médecine de Paris, il est radié de l'ordre des médecins en 1977 puis condamné, en 1993, pour avoir effectué un audiogramme sur une patiente alors que cet acte est réservé aux médecins ORL en activité[1].

Ses théories sur le traitement des troubles de l’audition et du langage sont connues sous le nom de « méthode Tomatis » ou audio-psycho-phonologie (APP).

Alfred Tomatis a consacré l'essentiel de sa vie professionnelle à étudier les processus liant l'écoute au langage. Son père, Humbert Tomatis, était chanteur professionnel, basse noble à l'opéra de Paris. Conjuguant le goût pour le chant et la musique qu'il a hérité de sa famille et les intérêts de sa pratique clinique, il se passionne pour les relations existant entre l'oreille et la voix.

Dès 1947, il entreprit des recherches dans les domaines de l’audiologie et de la phonologie qui aboutirent à la formulation d’un certain nombre de « lois » présentées à l’Académie des sciences de Paris, mais dont aucune n'a fait l'objet de publication répondant aux critères scientifiques. Elles traitent des liens existant entre l’oreille, la voix et le système nerveux, en s'appuyant sur des notions d'anatomie très personnelles. Ces lois constituent le corps d'une « discipline » appelée « audio-psycho-phonologie ». Une association professionnelle internationale diffuse la méthode et forme des « consultants » habilités à exercer dans les instituts.

La méthode Tomatis postule que modifier les facultés auditives d'un sujet amène la transformation du comportement et du langage[2]. Cette opération était réalisée au moyen d'une « Oreille électronique à précession »[3].

Alfred Tomatis repose au cimetière Laconte à Carcassonne.

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Chevalier de la Santé Publique (1951)
  • Médaille d’Or de la Recherche Scientifique Bruxelles (1958)
  • Grande Médaille de Vermeil de la ville de Paris (1962)
  • Prix Clemence Isaure (1967)
  • Médaille d’Or de la Société académique « Arts, Sciences et Lettres » (1968)
  • Commandeur du Mérite Culturel et Artistique (1970)
  • Médaille d’Honneur de la Société d’Encouragement aux Arts et Lettres (1992)
  • Membre Honoris Causa du Dorstmundt-Institut de Munich
  • Membre Honoris Causa de l’Université de Potchefstroom, faculté de psychologie

Histoire de la méthode Tomatis[modifier | modifier le code]

La Méthode Tomatis naît d'une analogie fortuite : au laboratoire d'Acoustique des arsenaux de l'aéronautique, Tomatis examinait des personnes dont l'audition était altérée par l'exposition au bruit des moteurs à réaction afin de savoir s'il fallait les indemniser et, simultanément, il remarquait assez souvent une déformation très nette de la voix. Rapprochant ce cas de figure de celui des chanteurs à la voix brisée, il imagina que les troubles de l'audition causaient les perturbations de la voix et chercha une méthode expérimentale qui mette en évidence les réactions et les contre-réactions de l'audition sur l'émission vocale.

Il en résulta l'idée d'un circuit fermé d'auto-information dont le capteur de contrôle, lors de l'émission au niveau des organes phonatoires, serait l'oreille, toute modification imposée à ce capteur entraînant une modification du geste vocal. La méthode Tomatis se présente donc comme la création d'un nouveau conditionnement, utilisant une courbe auditive idéale, corrigeant le conditionnement accidentel défectueux. Un appareillage technique est inventé pour ce faire, l'« oreille électronique à effet Tomatis », qui filtre et module, de façon plus ou moins sophistiquée, un enregistrement modèle en réduisant les basses -généralement du Mozart, mais aussi quand c'est possible la voix maternelle. L'Oreille Électronique transmet les sons à l'oreille du sujet selon un schéma précis, imposant au sujet cette manière d'entendre, l'obligeant ainsi à percevoir les sons suivant une accommodation désirée. En résumé, selon Tomatis, par cette gymnastique, tout le circuit neuromusculaire se met à travailler et va rendre le corps apte à entendre, donc supprimer les dysfonctionnements de la voix.

« Une courbe (de réponse acoustique) ascendante…entraînera une verticalité de la colonne avec effacement maximale des ensellures au niveau des cervicales et des lombaires. À l’opposé, une courbe descendante donnera un dos arrondi, cyphosé, laissant la tête et la nuque s’infléchir en avant. C’est bien le cas de Beethoven, qui, progressivement prend une allure de plus en plus ramassée » (Pourquoi Mozart ?, p. 102).

Les trois « lois » de Tomatis :

  • la voix ne contient que ce que l'oreille entend (le larynx n'émet que les harmoniques que l'oreille peut entendre) ;
  • si l'on modifie l'audition, la voix est inconsciemment et immédiatement modifiée ;
  • la stimulation auditive entretenue pendant un temps déterminé modifie par effet de rémanence la posture d'auto écoute du sujet et par voie de conséquence sa phonation.

Influence de Tomatis[modifier | modifier le code]

Une étude publiée en 2008[4] montre que l'application de la méthode Tomatis ne génère aucune amélioration du langage chez des enfants autistes.

En France, l'absence de fondements scientifiques de la méthode, et le très large éventail de pathologies qu'elle prend en charge, la placent parmi les soins alternatifs à composante psycho-thérapeutique auxquels il faut avoir recours avec une grande prudence.

Aux États-Unis, l'« Oreille électronique » et autres dispositifs analogues ont été interdits à l'importation en 1996 par la Food and Drug Administration. Ultérieurement, la FDA a autorisé des dispositifs de ce type, à de fins de formation, considérant qu'ils relevaient du domaine de l'éducation et non du domaine médical.

En 2005 et 2007, le ministère de l'Éducation polonais a implémenté la méthode Tomatis dans 400 écoles au sein de programmes d'aide aux enfants en grandes difficultés scolaires[5].

Bibliographie (essais)[modifier | modifier le code]

  • L'Oreille et le Langage, Collections Microcosme « le Rayon de la science » n° 17, Le Seuil, Paris, 1963
  • La Dyslexie. Cours à l’École d’Anthropologie, Éditions Soditap, 1967
  • L’Oreille directrice, Éditions Soditap, 1967
  • L’Intégration des langues vivantes, Éditions Soditap, 1970.
  • Éducation et Dyslexie, Paris, Éditions E.S.F., 1971
  • La Libération d'Œdipe, Paris, Éditions E.S.F. 1972
  • Vers l'écoute Humaine : Qu'est ce que l'oreille humaine ? Tome 1 et 2, Paris, Éditions E. S. F., 1974
  • La Nuit utérine, Paris, Stock, 1981
  • L'Oreille et la Vie, Paris : Éditions Laffont, 1987
  • Les Troubles scolaires, Paris, Ergo Press, 1988
  • Vertiges, Paris, Ergo Press, 1989
  • Neuf mois au Paradis, Paris, Ergo Press,1989
  • Nous sommes tous nés polyglottes, Paris, Fixot, 1991
  • Pourquoi Mozart ? Paris, Fixot, 1991
  • Écouter l’Univers, Éditions Laffont, 1995

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir sur lexpress.fr.
  2. Extrait du Bulletin de l'Académie Nationale de Médecine, Tome 141, nos 19 et 20 - séance du 4 juin 1957
  3. « Le redressement de certaines déficiences psychologiques et psycho-pédagogiques par l'appareil à effet Tomatis », compte-rendu de André Le Gall, inspecteur général de l'Instruction publique, mars 1961.
  4. Corbett BA Ferrer E., « Brief report: the effects of Tomatis sound therapy on language in children with autism. », Journal of Autism and Developmental Disorders, vol. 2008 Mar;38(3):562-6. Epub 2007 Jul 3., no 38(3):562-6.,‎ 2008 Mar (lire en ligne)
  5. [PDF] Le Ministère de l'Éducation polonais a implémenté la méthode Tomatis dans 400 écoles au sein d'un programme d'aide aux enfants en grandes difficultés scolaires.

Articles connexes[modifier | modifier le code]