Acacia horrida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Gommier du Cap

Acacia horrida (L.) Willd (ou Gommier du Cap) est un arbuste de faible envergure ou parfois un arbre indigène dans la brousse sèche ou humide des zone tropicales à subtropicales de l'Afrique de l'Est[2]. Il est appelé communément Gommier du Cap et, au Maroc, talh roumi. Ailleurs, on le connait comme Dev-Babul. On le trouve de ci, de là, en Afrique, Asie, Inde et Amérique du Sud, vraisemblablement introduit.

Description[modifier | modifier le code]

Arbuste ou arbre, le port semble dépendre des conditions de vie et d'exploitation par l'homme de ce végétal. Il peut atteindre 4 à 6 m de haut quand son développement est laissé libre. Il est très communément doté d'épines stipulaires de 9.5 cm de longueur sur les tiges et les rameaux[2],[3].

Les feuilles sont bipennées, de couleur vert pâle, glauques, composées, alternes, avec de nombreux folioles.

Les glomérules de fleurs jaunes groupées en courtes grappes donnent ensuite des gousses aplaties et oblongues, contenant des graines de couleur noire.

Répartition et habitat[modifier | modifier le code]

Cette espèce est présente dans le sud de l'Amérique du Sud, en Afrique orientale et dans le sud de l'Asie.

Taxonomie[modifier | modifier le code]

Synonymes[modifier | modifier le code]

Cette espèce a reçu d'autres appellations, synonymes mais non valides :

  • Acacia latronum (L. f.) Willd.
  • Mimosa horrida L.
  • Mimosa latronum L. f.

Sous-espèces[modifier | modifier le code]

  • Acacia horrida (L.)Willd. subsp. benadirensis (Chiov.)Hillc. & Brenan
  • Acacia horrida (L.)Willd. subsp. horrida[4].

Au Maroc, il a pu y avoir une confusion avec l'Acacia gummifera qui lui ressemble mais avec un port moins important et des épines moins longues[5],[1].

Utilisations[modifier | modifier le code]

A. horrida est une plante importante comme fourrage sous les tropiques, particulièrement pendant la saison sèche[6].

A. horrida a été introduit au Maroc où il a été utilisé par les agriculteurs pour développer des haies épineuses impénétrables, pour clôturer les propriétés[5]. Ses longues épines sont dissuasives et produisent des inflammations douloureuses.

Epines et feuillage d'Acacia horrida (L.f.) Willd.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b ILDIS LegumeWeb
  2. a et b (en) Najma Dharani, Field Guide to Acacias of East Africa, Struik Publishers,‎ janvier 2006 (ISBN 1-77007-174-1)
  3. Google Books Select Extra-tropical Plants Readily Eligible for Industrial Culture Or Naturalization By Ferdinand von Mueller
  4. ILDIS LegumeWeb
  5. a et b voir Gimilio (1966)
  6. (en) G. Getachew, H. P. S. Makkar et K. Becker, « Tropical browses: contents of phenolic compounds, in vitro gas production and stoichiometric relationship between short chain fatty acid and in vitro gas production », Journal of Agricultural Sciences, Cambridge University Press, vol. 139,‎ 2002, p. 341–352

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ramón (Raymond) J. Gimilio, Etude de la végétation ligneuse de la vallée de l'Oued Mellah, région de Casablanca, Faculté des Sciences de Rabat, coll. « Mémoires de Diplôme d'Etudes Supérieures de Botanique »,‎ 26 juin 1966, 21x29,7, 90 p.
  • (en) Liberty Hyde Bailey Hortorium. 1976. Hortus third.
  • (en) Ross, J. H. 1979. A conspectus of the African Acacia species. Mem. Bot. Surv. S. Africa 44:85.
  • (en) Thulin, M. 1983. Leguminosae of Ethiopia. Opera Bot. 68:1-223.
  • (en) Turrill, W. B. et al., eds. 1952–. Flora of tropical East Africa.

Liens externes[modifier | modifier le code]