3C 58

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

3C 58

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Le pulsar 3C 58 dans le domaine X
par le télescope Chandra

Données d'observation (Époque J2000.0)
Ascension droite 02h 05m 38s
Déclinaison +64° 49.7′
Coordonnées galactiques = 130,719 · b = +03,084
Constellation Cassiopée
Galaxie hôte Voie lactée
Découverte 1959
Type de rémanent Plein
Taille angulaire (minute d'angle) 9×5
Densité de flux à 1 GHz (Jy) 33
Indice spectral 0,10
Distance (kpc) environ 3,2 kpc (∼10 400 a.l.)
Méthode d'estimation de la distance Absorption HI
Aspect en radio Plein, fortement polarisé
Aspect en X Éclairé au centre, avec jets peu visibles
Aspect en optique Filaments faibles
Autres désignations 3C58, SNR G130.7+3.1
Notes Associé à la supernova historique SN 1181 ; abrite un pulsar, PSR J0205+6449

3C 58, ou SNR 130.7+03.1 est un des noms donnés à un rémanent de supernova, situé dans la constellation de Cassiopée. Il s'agit d'un rémanent jeune, bien que de forme déjà irrégulière. Il est considéré comme étant le rémanent associé à la supernova historique SN 1181. Il ne doit pas être confondu avec 3C 358 associé lui à la supernova historique SN 1604.

Le type de ce rémanent est dit plein, c'est-à-dire qu'il semble posséder une source d'énergie en son centre, caractéristique de la présence d'un pulsar (comme dans le cas de la nébuleuse du Crabe). Après de longues années de recherche, un pulsar, le PSR J0205+6449, a été découvert en son sein en 2002.

Si l'on accepte l'identification de ce rémanent à la supernova historique, ce pulsar est alors le plus jeune pulsar avéré connu à ce jour[1].

Il existe d'autres pulsars dont l'âge caractéristique est inférieur à 1000 ans, tel PSR J1846-0258, mais qui n'ont pu être associés à une observation historique attestant leur âge réel.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Note[modifier | modifier le code]

  1. La supernova SN 1987A a très probablement créé un pulsar lors de son explosion, fait relativement établi en raison de l'étude des temps d'arrivée des neutrinos émis lors de l'implosion du cœur, trop étalé pour que celui-ci ait formé un trou noir. Ce pulsar n'a pour l'heure pas été détecté, malgré plusieurs annonces démenties les unes après les autres.