Éacide (roi)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Éacide, en grec ancien Αἰακίδης, (né en 361 av. J.-C. et mort en 313 av. J.-C.) est le fils d’Arymbas. Il fut roi des Molosses, peuplade d'Épire, où il régna de 322 av. J.-C. à 317 av. J.-C. et en 313 av. J.-C.. Il fut le père du célèbre conquérant grec Pyrrhus.

Règne[modifier | modifier le code]

Mettant à profit les combats entre Cassandre de Macédoine et les villes du Péloponnèse fidèles à Polyperchon, Éacide ramène sa cousine germaine Olympias d'Épire dans sa capitale de Pella, en Macédoine. Mais bientôt, Cassandre accourt du Péloponnèse et contraint Éacide à rentrer en fuyard dans son pays. Il ne parvient pas à sauver la vieille reine assiégée dans Pydna qui est tuée par Cassandre en 316 av. J.-C.. Éacide doit ensuite faire face à une insurrection de ses soldats, fatigués et déçus par sa déroute, peut-être aussi travaillés par des émissaires de son ennemi ; cette révolte l'oblige à quitter l'Épire pour l'Étolie, afin d'échapper à la mort. Les Épirotes font alors revenir Néoptolème II, le fils d'Alexandre Ier d'Épire en 317 av. J.-C..

Grâce aux conflits entre les Étoliens alliés d'Antigone le Borgne et Cassandre, il peut reconquérir pour un temps en 313 av. J.-C. son pouvoir royal. Mais blessé lors d'un combat à Oiniadai contre les soldats de Philippe frère de Cassandre, il meurt peu après[1],[2].

Postérité[modifier | modifier le code]

Éacide épouse Phthia, fille de Mémon, Thessalien « homme fort renommé du temps de la Guerre Lamiaque »[3] dont il a trois enfants :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paul Cloché, La dislocation d'un Empire. Les premiers successeurs d'Alexandre le Grand, Payot, Paris, 1959, p. 243.
  2. Pausanias, Livre I chapitre 11.
  3. Plutarque, Vie de Pyrrhos chapitre II, p. 866.

Voir aussi[modifier | modifier le code]