Zouave du pont de l'Alma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zouave du pont de l'Alma
Paris-zouave-pont-de-l-alma.jpg

Le Zouave du pont de l'Alma en 2002.

Artiste
Date
1856
Type
Technique
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

Le Zouave, dit Zouave du pont de l'Alma, est une statue en pierre de Georges Diebolt datant de 1856, l'une des quatre sculptures représentant les troupes ayant participé à la guerre de Crimée, initialement fixées sur les piles de l'ancien pont de l'Alma à Paris, et la seule qui subsiste aujourd'hui à cet emplacement.

Description[modifier | modifier le code]

André-Louis Gody (1828-1896), né et mort à Gravelines, est souvent présenté comme le soldat ayant servi de modèle à cette statue ; il aurait été repéré par Napoléon III lui-même, lors d'une revue[1],[2]. Cependant, d'autres parlent d'un Breton nommé Nérigot[3] ou Bérizot[4].

Représenté en uniforme de zouave (soldat français des régiments d'Afrique du Nord), arborant un fez, une veste courte et ajustée sans boutons, une large ceinture de toile, des culottes bouffantes, des guêtres et des jambières, il est adossé à des drapeaux. Il prend appui sur son fusil et, en position légèrement hanchée, regarde vers sa droite.

La statue mesure 5,2 mètres de haut[5] et pèse 8 tonnes[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le pont tient son nom de la bataille de l'Alma en Crimée, remportée en 1854 par les Anglais, les Français, les Turcs Ottomans et un corps expéditionnaire piémontais contre les Russes. Le 3e régiment de zouaves s'était particulièrement illustré pendant la bataille de l'Alma en réussissant à prendre les canons de l'ennemi.

Entre 1970 et 1974, le pont fut reconstruit du fait de l'étroitesse et du tassement du pont d'origine, et le Chasseur à pied, l’Artilleur et le Grenadier furent déplacés sur d'autres sites. Le nouveau pont ne possédant plus qu'une pile côté rive droite (8e arrondissement), seul le Zouave est déplacé, de l'aval à l'amont du pont[6].

Localisation[modifier | modifier le code]

Le Zouave est au pied du pont de l'Alma, côté amont de la pile (côté rive droite). Avant la reconstruction du pont entre 1970 et 1974, il était de l'autre côté du tablier[7].

Ce site est desservi par la station de métro Alma - Marceau.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Le Zouave, indicateur imprécis des crues de la Seine[modifier | modifier le code]

Selon la tradition parisienne, lorsque « le zouave a les pieds dans l'eau », la Seine est en crue. Lors de la crue historique de 1910, le niveau de la Seine s'éleva jusqu'à 8,62 m et l'eau atteignit les épaules du Zouave[8]. Cependant, en raison de la reconstruction du pont en 1970 et du déplacement de la statue, le niveau auquel le Zouave est situé aujourd'hui a changé. L'incertitude demeure toutefois quant à cette position relative : des sources différentes parlent d'un rehaussement ou d'un abaissement[9],[6]. Contactés par des journalistes du Monde, l’Institut d'aménagement et d'urbanisme de la région d'Île-de-France et la Direction régionale et interdépartementale de l'environnement et de l'énergie n’ont pas été en mesure de répondre aux interrogations concernant la hauteur actuelle du Zouave[6].

L'habitude prise de comparer l'importance des crues en se basant sur ce dernier n'est donc pas fiable, et c'est pourquoi c'est l'échelle hydrométrique du Pont d'Austerlitz qui fait référence pour les scientifiques[10],[11].

Le Zouave a souvent eu les pieds dans l'eau[12] et a connu de nombreuses crues historiques, notamment en 1910, 1924, 1945, 1955, 1982, 1988, 1995, 1999, 2001[13],[14] et 2016[15].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le Zouave dans la chanson française[modifier | modifier le code]

Le Zouave est évoqué par Serge Reggiani dans Le Zouave du Pont de l'Alma, par Ray Ventura dans Ça vaut mieux que d'attraper la scarlatine, par Georges Brassens dans Les Ricochets ainsi que par Stanislas dans Le Zouave. Thomas Fersen le cite également dans sa chanson Ne pleure plus.

Le Zouave dans la littérature[modifier | modifier le code]

Le Zouave a donné son nom à un roman écrit en 2001 par Roger Bordier[16].

Le Zouave en politique[modifier | modifier le code]

Le journal La Croix rapporte en janvier 1936 que le député de l'arrondissement, Louis Duval-Arnould, avait une grande ressemblance physique avec le Zouave. « Des électeurs du VIe arrondissement ont trouvé, il y a déjà longtemps, que sa silhouette évoquait celle de leur sympathique député, à une différence toutefois, entre autres, c'est que celui-ci porta pendant la guerre la tenue d'artilleur et non l'uniforme de zouave. Ils se comprennent entre eux quand ils disent “Duval-Arnould a de l'eau jusqu'à la cheville, jusqu'aux genoux, gare aux inondations”. Et M. Duval-Arnould est le premier à s'en amuser. »[17]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Anne de Beaupuy et Claude Gay, Charles Corta : Le Landais qui servit deux empereurs (1805-1870), L'Harmattan, , 495 p. (ISBN 978-2-296-10674-1), p. 187.
  2. Marc Lemonier, Chroniques du Paris insolite, Saint-Victor-d'Épine, City Éditions, , 248 p. (ISBN 978-2-35288-148-3), p. 194.
  3. Jean-Pierre Thomas, Le guide des effigies de Paris, L'Harmattan, coll. « Histoire de Paris », , 220 p. (ISBN 2-7475-2314-4), p. 95.
  4. Jocelyne van Deputte, Ponts de Paris, Monaco, Sauret (ISBN 2-85051-015-7), et Paris, Paris Musées (ISBN 2-87900-168-4), 1994, 230 p., p. 197.
  5. (en) « Gody's Elbows », Time,‎ (lire en ligne). « a 17-foot Zouave ».
  6. a, b et c Pierre Breteau et Adrien Sénécat, « Les drôles de mesures de crues sur le zouave du pont de l'Alma », LeMonde.fr,‎ (lire en ligne).
  7. Sylvain Ageorges, « Le zouave et le chasseur du pont de l'Alma à Paris », L'exposition universelle de 1855, sur expositions-universelles.fr (consulté le 17 novembre 2010) : « À l'origine il se trouvait de l'autre côté du tablier. ».
  8. Quand Paris avait (vraiment) les pieds dans la Seine, Vincent Manilève, Slate.fr, 2 juin 2016.
  9. « Le zouave du pont de l'Alma, jauge symbolique des crues parisiennes », yahoo.com, 3 juin 2016.
  10. Pourquoi la crue de la Seine a-t-elle été sous-estimée ?, Le Monde, 3 juin 2016
  11. Revivez sur Géoportail la grande crue de la Seine de 1910 par Jean-Luc Goudet le 30 janvier 2010 sur Futura-Sciences.com
  12. Niveau élevé de la Seine : la Compagnie des bateaux-mouches suspend ses navettes, lepoint.fr, dépêche AFP, 26 décembre 2010.
  13. Inondations : quels risques pour l’agglomération parisienne ?, par Vincent Chéry, chef du service Risques naturels, Hydrométrie et Annonce des crues, Diren Ile-de-France
  14. Crue du siècle : l'inévitable rendez-vous, Banque des savoirs du Conseil départemental de l'Essonne
  15. Inondations : la Seine monte toujours, des évacuations envisagées à l'ouest de Paris, lefigaro.fr, 3 juin 2016
  16. Roger Bordier, Le Zouave du pont de l'Alma, Paris, Albin Michel, , 259 p. (ISBN 2-226-12574-4).
  17. « Gazettes : Le zouave et le niveau de la Seine », La Croix, no 16226,‎ (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :