Zone de conservation transfrontalière du Kavango-Zambèze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Zone de conservation transfrontalière du Kavango-Zambèze
Kavango-Zambezi Transfrontier Conservation map de.png
Type
Aire protégée transfrontalière (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Adresse
Coordonnées
Superficie
444 000 km2
Création
2011
Site web

Géolocalisation sur la carte : Zambie

(Voir situation sur carte : Zambie)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Angola

(Voir situation sur carte : Angola)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Namibie

(Voir situation sur carte : Namibie)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Afrique

(Voir situation sur carte : Afrique)
Point carte.svg

La zone de conservation transfrontalière du Kavango-Zambèze (Kavango - Zambezi Transfrontier Conservation Area, ou KAZA) est située dans une région où l'on trouve cinq frontières. Elle comprend la majeure partie du bassin supérieur du Zambèze ainsi que le bassin et le delta de l'Okavango. La zone inclut la bande de Caprivi, en Namibie, l'extrémité sud-est de l'Angola, le sud-ouest de la Zambie, les terres sauvages du nord du Botswana et l'ouest du Zimbabwe. Le centre de la zone est au confluent de la Chobe et du Zambèze, où se trouvent les frontières entre le Botswana, la Namibie, la Zambie et le Zimbabwe. Elle englobe notamment le parc national de Chobe, le parc national Hwange, le delta de l'Okavango au Botswana et les chutes Victoria.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'initiative de la création de la zone revient à la fondation Peace Park et au Fonds mondial pour la nature. Elle fait suite à l'Okavango-Upper Zambezi International Tourism Initiative (OUZIT) et aux travaux de la Four Corners Transboundary Natural Resource Management. Le 24 juillet 2003, les ministres du tourisme d'Angola, Botswana, Namibie, Zambie et Zimbabwe se rencontrent à Katimo Mulilo, en Namibie, et approuvent l'initiative appelée KAZA TFCA[1]. En juillet 2006, la Communauté de développement d'Afrique australe fait de KAZA TFCA l'un de ses projets officiels et, le 7 décembre 2006, dans la ville de Victoria Falls (Zimbabwe), les ministres de l'environnement et du tourisme des cinq pays partenaires signent un mémorandum déclarant qu'ils continueront à travailler en commun pour créer la zone[1].

En novembre 2014, la Zambie et le Zimbabwe créent un visa commun (KAZA UniVisa) pour favoriser la circulation des touristes entre les deux pays. Mais, au début de l'année 2016, ce visa commun ne peut plus être délivré, au moins provisoirement[2].

Éléments clés concernant la vie animale[modifier | modifier le code]

L'éléphant d'Afrique a une population estimée à 250 000, le guépard et la grue caronculée sont classés comme « vulnérable » par l'UICN, tandis que le lycaon est classé comme espèce « en danger ».

Composantes[modifier | modifier le code]

Les parcs et réserves qui la composent sont les suivants.

en Zambie

en Namibie

au Botswana

au Zimbabwe

en Angola

Il existe de nombreuses zones de gestion cynégétique et de chasse à l'intérieur de son périmètre. L'aire des chutes Victoria, partagée entre la Zambie et le Zimbabwe, est un site du patrimoine mondial.

Références[modifier | modifier le code]


  1. a et b (en) « Kavango Zambezi Park Development », Peace Parks Foundation (consulté le 7 septembre 2010)
  2. (en) « KAZA Visa Update for 2016 », sur victoriafalls24.com,

Liens externes[modifier | modifier le code]