Yves Cotrel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Yves Paul Cotrel
Description de cette image, également commentée ci-après
Docteur Yves Cotrel, Institut de France, novembre 2013
Naissance (93 ans)
Dinan, Drapeau : France (Côtes-d'Armor)
Nationalité Drapeau de France Français
Activité principale

Yves P. Cotrel, né le à Dinan, est un médecin français, chirurgien spécialisé en orthopédie. Il est l’inventeur, en 1983, de l’instrumentation Cotrel-Dubousset qu’il développa avec le professeur Jean Dubousset. En 1999, avec le soutien de sa famille, il crée la Fondation Cotrel pour la recherche en pathologie rachidienne – Institut de France.

Biographie[modifier | modifier le code]

Plaque commémorative sur la maison située au 8 rue de la Lainerie à Dinan (22).

Né à Dinan le où il passe sa prime enfance et fréquente le collège-lycée des Cordeliers[1], Yves Cotrel gagne Paris à la fin de la Seconde Guerre mondiale, sur un concours de circonstances[2]. Il y entreprend des études de médecine.

Carrière[modifier | modifier le code]

Alors qu’il se destinait à l’obstétrique, un stage à l’Institut Calot de Berck l’oriente vers l’orthopédie[3]. Élève de Jean Cauchoix, il saisit l’opportunité d’une bourse pour se familiariser avec les techniques américaines et les partager en France à son retour.

Il est chef du service orthopédie de l’Institut Calot de 1948 à 1975, date à laquelle un triple arrêt cardiaque le contraint à cesser toute activité professionnelle[2]. En 1977, Yves Cotrel, classé pour raison de santé "invalide définitif" doit cesser toute activité professionnelle. De 1978 à 1983 il se consacre alors à la recherche sur le traitement des déviations scoliotiques et met au point une instrumentation chirurgicale implantable qui permet la correction tridimensionnelle des déformations du rachis, la stabilisation immédiate des colonnes vertébrales pathologiques et la mise sur pieds post-opératoire précoce sans contention externe par plâtre ou corset d’immobilisation. Développée avec le Pr Jean Dubousset de l’Hôpital St Vincent de Paul à Paris, cette nouvelle instrumentation portera le nom de C-D et sera rapidement adoptée dans le monde entier. Depuis 1983, elle a été implantée dans le dos de plus de deux millions de patients, en France, d'abord, puis aux États -Unis[4] et enfin dans le monde entier. Yves Cotrel crée alors le Groupe international Cotrel-Dubousset, qui instruit et forme les chirurgiens du monde entier à cette nouvelle technique.

La Fondation Yves Cotrel[modifier | modifier le code]

En 1999[2], avec l'accord de son épouse Marie-Lou et de leurs huit enfants, le docteur Yves Cotrel crée, sous l'égide de l'Institut de France, une fondation de recherche sur les maladies de la colonne vertébrale[5]. Son idée était de continuer sa mission « au service de ses patients », en travaillant non plus sur les traitements mais sur les causes de la maladie. Cette fondation soutient aujourd'hui plus de 60 équipes de chercheurs dans le monde entier qui se consacrent aux causes et mécanismes d'évolution des scolioses idiopathiques[6],[7] [8],[9],[10] (de causes inconnues), premier thème de recherche retenu.

Films scientifiques[modifier | modifier le code]

  • Traitement de la scoliose idiopathique, lauréat du festival du film médico-chirurgical des Entretiens de Bichat, Paris, 1962
  • 2e prix du festival international du film scientifique, Buenos-Aires, Argentine, 1964
  • Scoliose : Nouvelles techniques de correction fusion, Armor Film, Laboratoire Sandoz, 1971.

Émissions télévisées[modifier | modifier le code]

  • Technique de l’arthrodèse vertébrale pour scoliose par greffon hétérogène encastré, Mexique, (1967)
  • Je voudrais savoir, Paris, (1970, 1971, 1972, 1973, 1974)
  • La flèche du temps : la scoliose, magazine scientifique, Montréal, Canada, (1974)

Distinctions[modifier | modifier le code]

  • Membre d’Honneur des Sociétés de Chirurgie Orthopédique Américaine (S.R.S.)[11], Australienne, Belge, Brésilienne, Britannique, Canadienne, Cubaine, Espagnole, Mexicaine, Vénézuélienne, Yougoslave
  • Commandeur de l’Ordre Grand Ducal de la Couronne de Chêne du Grand Duché de Luxembourg (1991)
  • Membre d’Honneur de la Faculté de Médecine de l’Université de Montréal, Canada (1995)
  • Membre d’Honneur de l’Hôpital Notre-Dame de Montréal, Canada (1995)
  • Président d’Honneur du Conseil d’administration et Président du Conseil scientifique de la "Fondation Yves Cotrel - Institut de France" pour la Recherche en Pathologie Rachidienne [12]
  • Médaille d’Or de l’Institut de France (1999)
  • Médaille d’Or de la Société d’Encouragement au Progrès (2001)[13]
  • Commandeur de la Légion d'honneur (2007)[14]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cérémonie en l'honneur du docteur Yves Cotrel », sur www.institut-de-france.fr,
  2. a b et c Corentin Le Doujet, « Yves Cotrel. Un million de dos redressés ! », Le Télégramme,‎ (lire en ligne)
  3. Élise Chiari, « Yves Cotrel, ce radieux chirurgien qui redresse le dos et élève les âmes », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  4. Giovanna Breu, « A French Doctor Pioneers a Way to Correct Crooked Spines », People Magazine,‎ (lire en ligne)
  5. http://fondationcotrel.org/
  6. « Fondation Yves Cotrel », sur www.lemondedesfondations.com,
  7. « En 14 ans, la fondation Cotrel a soutenu cinquante équipes de chercheurs », sur iffresblog.com,
  8. Anne Jeanblanc, « Scoliose : le combat d'un médecin », Le Point,‎ (lire en ligne)
  9. « Scoliose : les parents doivent la dépister eux-mêmes », sur www.pourquoidocteur.fr,
  10. http://sante.lefigaro.fr/actualite/2014/04/18/22251-comment-depister-simplement-scoliose-son-enfant
  11. [1]
  12. [2]
  13. [3]
  14. Journal officiel du 7 avril 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]