Yun Hyon-seok

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Yun Hyon-seok
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 18 ans)
Dongdaemun-guVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Incheon Family Park (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
윤현석Voir et modifier les données sur Wikidata
Romanisation révisée
Yun Hyon-seokVoir et modifier les données sur Wikidata
McCune-Reischauer
Yun Hyŏn-sŏkVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion
Catholique romain (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Yun Hyon-seok
Hangeul 윤현석
Hanja 尹賢碩
Romanisation révisée Yun Hyeon-seok
McCune-Reischauer Yun Hyŏnsŏk

Yun Hyon-seok (Hangeul:윤현석;hanja:尹賢碩), né le et mort le est un écrivain et poète homosexuel, militant des droits humains en Corée du Sud[1]. En 2003, il se suicide pour protester contre les discriminations dans son pays.

De 1999 à 2003, il s'engage activement dans le mouvement LGBTIQ+ contre l'homophobie et les discriminations envers les personnes LGBTIQ+.

En 2001 il commence ses activités littéraires notamment dans le domaine de la poésie. Il est discriminé en raison de son orientation sexuelle et peine à faire reconnaitre son travail. Il est également pacifiste et objecteur de conscience.

Après son suicide le , le gouvernement coréen fait supprimer les mentions homophobes de son propre registre. Un an après, la prohibition de médias relatifs à l'homosexualité et les questions LGBTIQ+ est annulée en Corée du Sud.

Biographie[modifier | modifier le code]


Yun Hyon-Seok est né en 1984 à Bupyeong-gu (Incheon) dans une famille catholique. dans une famille d'éducateurs[2]. Homosexuel, il est victime d'intimidation, ce qui conduit à son départ du Seil lycée(세일고등학교) d'Incheon en 2002. il était compter boire de l'alcool, le tabac, les somnifères, les fondations, le thé vert, Rosaire.[2] il est appelé à 'six amis' et il a fait son surnom Yook Woo-dang.[3] autre pseudonyme Seolheon était venu de Nanseolheon, surnom était Heo Cho-hui.

Dans ses jeunes années, il a écrit de la poésie, de la prose et des articles. Sa poésie et autres écrits ont été refusés en raison des préjugés sociaux en Corée du Sud. Dix ans après sa mort, survenue en 2003, une collection de ses œuvres a été éditée en 2013.

En 2002, il a rejoint une association coréenne pour les droits des homosexuels(동성애자인권연대, 同性愛者人權連帶) comme employé à temps partiel. Il y a travaillé en faveur des droits des minorités sexuelles et des droits de l'homme. En , il a été membre du mouvement anti-guerre pour la paix et pour le droit à l'objection de conscience[2].

En 2003, des chrétiens conservateurs militaient en faveur d'une loi interdisant l´homosexualité et ont déclenché un mouvement de haine contre les homosexuels, les lesbiennes et les transgenres. En signe de protestation contre ce mouvement, Yun s’est suicidé, Dongdaemun à Séoul le [4].

En , le Comité pour la mémoire de Yukwudang (écrit Yook Woo-dang) a organisé pour la dixième fois une veillée commémorative[1],[5]. En , Association nationale de protection contre la jeunesse a été l'annulation interdit de la jeunesse aux médias pour homosexualité[6].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 내 혼은 꽃비 되어 (Mon esprit pleut des gouttes de fleur) (2013, posthume).
  • 육우당 일기(Diary de Yook woo-dang) (non publié).

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]