Xian de Tongren

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Idéogrammes chinois Cette page contient des caractères chinois. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Tongren (homonymie).

Tóngrén Xiàn
同仁县
Xian de Tongren
Localisation du xian de Tongren (en rose) dans la préfecture de Huangnan (en jaune)
Administration
Pays Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Province ou région autonome Qinghai
Préfecture Huangnan
Statut administratif Xian
Code postal 811300[1]
Indicatif +86 (0)973
Immatriculation 青D
Démographie
73 896 hab. (1999)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 24′ 37″ nord, 102° 04′ 53″ est
Altitude 2 480 m
Superficie 346 500 ha = 3 465 km2
Localisation
Localisation de Tóngrén Xiàn
Géolocalisation sur la carte : Chine
Voir sur la carte administrative de Chine
City locator 14.svg
Tóngrén Xiàn
Géolocalisation sur la carte : Chine
Voir sur la carte topographique de Chine
City locator 14.svg
Tóngrén Xiàn
Liens
Site web www.hntr.gov.cn

Le xian de Tongren (同仁县 ; pinyin : Tóngrén Xiàn; tibétain : Rebkong) est un district administratif de la province du Qinghai en Chine. Il est placé sous la juridiction de la préfecture autonome tibétaine de Huangnan.

Histoire[modifier | modifier le code]

En mars 2012, à Rebkong, dans le comté de Tongren, les collégiens ont manifesté quand ils ont découvert que les manuels scolaires étaient uniquement en chinois[2].

Démographie[modifier | modifier le code]

La population du district était de 73 896 habitants en 1999[3].

Culture[modifier | modifier le code]

La région est renommée pour sa production artistique, en particulier de thangka, peintures sur toile tibétaines. Les arts Regong ont été inscrits en 2009 sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité[4].

Monastère[modifier | modifier le code]

Le monastère de Rong Gonchen (Longwu) est situé dans le district de Rebkong, et nombre de ses moines furent arrêtés dans les suites des troubles au Tibet en mars 2008[5],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Andreas Gruschke: The Cultural Monuments of Tibet’s Outer Provinces: Amdo - Volume 1. The Qinghai Part of Amdo, White Lotus Press, Bangkok 2001.
  • Tsering Shakya: The Dragon in the Land of Snows. A History of Modern Tibet Since 1947, London 1999, (ISBN 0-14-019615-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]