Wilhelm Deecke

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Wilhelm Deecke
Fonctions
Principal (en)
-
Principal (en)
-
Recteur
-
Worshipful Master
-
Assistant headmaster (d)
-
Oberlehrer (d)
-
Principal (en)
Ernestinenschule (d)
-
Enseignant
Katharineum
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
StrasbourgVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Ernst Georg Wilhelm DeeckeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Père
Ernst Deecke (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Hermann Deecke (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Therese Deecke (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Autres informations
A travaillé pour
Ernestinenschule (d) (-), Katharineum (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Grande Loge d'Allemagne (en)
Franc-maçonnerie ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Maîtres
Œuvres principales
Etruskische Forschungen und Studien (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Georg Wilhelm Ernst Deecke (Lübeck, Strasbourg, ) est un professeur et un philologue allemand spécialiste des langues orientales et de l'étrusque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wilhelm Deecke étudie au lycée Sainte-Catherine de Lübeck où son père Ernst Deecke est enseignant.

Après des études de philologie à Leipzig et à Berlin de 1855 à 1870 il devient directeur d'une école secondaire de filles[1] à Lübeck.

En 1870, Wilhelm Deecke est directeur à Elberfeld et de 1871 à 1879 directeur adjoint de Lycée à Strasbourg.

De 1884 à 1889, il enseigne en tant que professeur principal à l'école secondaire de la Buchsweiler. En raison d'un différend avec ses supérieurs, il est transféré[2] à Mulhouse.

Il a Albert Schweitzer comme étudiant dans son école Prima[3].

Deecke est actif dans la recherche scientifique dans le domaine germanique et de la philologie classique en explorant en particulier les anciennes inscriptions du Syllabaire chypriote et de la langue étrusque.

Il est également président de loges maçonniques allemandes et adhérent à la Grande loge maçonnique.

Wilhelm Deecke est marié à Thérèse de Struve. Ils ont trois enfants. Son fils aîné est le géologue Wilhelm Deecke.

Monnaie étrusque[modifier | modifier le code]

Wilhelm Deecke[4] a catalogué les diverses émissions monétaires étrusques à partir majoritairement des pièces disponibles à Florence, Londres et Paris en leur attribuant une datation traditionnelle avec l'annotation d'un catalogue de découvertes.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Der Ursprung der Kyrischen Sylbenschrift
  • Etruskische Forschungen
  • Corssen und die Sprache der Etrusker Verlag Albert Heitz, Stuttgart, 1875
  • Das Etruskische Münzwesen
  • Ursprung des Altsemitischen Alphabets
  • Neuassyrische Keilschrift
  • Das Indische Alphabet
  • Über die Arbeitsgebiete des weiblichen Geschlechtes und Gründung einer Weiblichen Gewerbeschule Verlag H. G. Rathgens, Lübeck 1866
  • Friederich Boldemann, eine Lebensskizze Verlag H. G. Rathgens, Lübeck 1866
  • Über Schiller's Auffassung des Künstlerberufs Verlag von Friedr. Aschenfeldt Lübeck, 1862
  • Wilhelm von Bippen (de), ein Lebensbild Verlag Herman Böhlau, Weimar 1867
  • Die deutschen Verwandtschaftsnamen: Eine sprachwissenschaftliche Untersuchung nebst vergleichender Anmerkungen Weimar 1870
  • Plaudereien über Schule und Haus C.F. Schmidt' sche Universitäts Buchhandlung, Strassburg 1884
  • Aus meinen Erinnerungen an Emanuel Geibel Verlag Herman Böhlau, Weimar 1885
  • Beiträge zur Auffassung der lateinischen Infinitiv-, Gerundial- und Supinum- Konstruktionen. Beilage zum Programm des Gymnasium zu Mülhausen i. E. Verlag Wenz & Peters, Mülhausen, 1890
  • Rede zur 25jährigen Jubelfeier des Deutsche Reiches am 18. Januar 1896 Verlag Wenz & Peters, Mühlhausen 1896
  • Professor Dr. Adolf Holm (de), ein Erinnerungsblatt zu seinem 70. Geburtstage Verlag H. G. Rathgens, Lübeck 1900

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Herbert Näcke (Hrsg.), Festschrift zum hundertfünfzigjährigen Bestehen der Ernestinenschule, 1804-1954, Lübeck 1954, S. 42–43.
  2. Theodor Maurer, Zum Falle Deecke, Offenes Schreiben eines deutschen Gymnasiallehrers an den Gen. Feldmarschall Edwin von Manteuffel, J. Diemer, Mainz 1884.
  3. Albert Schweitzer, Aus meinem Leben und Denken, Richard Meiner Verlag, Hamburg, 1956, S. 9. und Albert Schweitzer, Aus meiner Kindheit und Jugendzeit, C.H. Beck’sche Verlagsbuchhandlung, München (Copyright 1924), 1951, 88. bis 93. Tausend, Seite 46
  4. Deecke :Etruskische Forschungen, Heft II. 1876.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]