Wernher, Beit & Co

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Fondée à la fin du XIXe siècle, la Wernher, Beit & Co, appelée d'abord Jules Porgès & Co, puis « The Corner House », était la plus grande maison d'extraction minière en Afrique du Sud et dans le monde.

Histoire[modifier | modifier le code]

La « Wernher, Beit & Co » porte le nom de seulement une partie de ses associés-fondateurs, les deux industriels du diamant, originaires d'Allemagne, Julius Wernher et Alfred Beit. À ses débuts, elle a d'abord porté celui de leur mentor, le français Jules Porgès, et s'appelle « Jules Porgès & Co ».

En 1889, ce dernier annonce son départ à la retraite et la société est réorganisée et renommée « Wernher, Beit & Co », avec son siège à Londres et une filiale du nom de « H. Eckstein & Co » à Johannesburg, où s'est installé un autre allemand recruté par Jules Porgès : Hermann Eckstein.

À la fin de l'année 1889, la société a des participations dans des mines déjà rentables comme Robinson, Langlaagte, Bantjes, Randfontein, Crown Reef et Jumpers et commence à acheter des concessions pour l'exploitation à grande profondeur, ce qui mène à la formation de la holding « Rand Mines ». Cette dernière est entièrement chargée de l'exploitation à grande profondeur, tandis qu'« H. Eckstein & Co », continue à gérer les mines de faible profondeur.

La holding Rand Mines est enregistrée le 22 février 1893, avec un capital de 400 000 livres, constitué de 400 000 actions à la valeur nominale de 1 livre[1].

Elle reçoit l'aide participative des Rothschild[2] et développe les sites miniers d'East Rand Proprietary Mine (ERPM) et Durban Deep, qui auront tous les deux une durée de vie de plus d'un siècle.

Chronologie[modifier | modifier le code]

Capitalisations boursières[modifier | modifier le code]

Les positions, au palmarès de la Bourse de Londres, des sociétés sud-africaines du « deep mining » et leur capitalisations, dans la plupart desquelles ont investi les actionnaires de la « Wernher, Beit and Co ».

Société (ou holding) Rand Mines Gold Fields Crown Mines Robinson'"`UNIQ--nowiki-00000016-QINU`"'8'"`UNIQ--nowiki-00000017-QINU`"' Simmer and Jack East Rand Randfontein
Classement 1898 (23e) (37e) (créée en 1909 (49e) (59e) (64e) (88e)
Capitalisation 1898 9,8 7,6 (créée en 1909 4,4 4,3 3,8 2,5
Classement 1913 (20e) (56e) (21e) (fusionnée) (fusionnée) (44e) (49e)
Capitalisation 1913 13,5 7,3 12,8 (fusionnée) (fusionnée) 6,26 5,5

Références[modifier | modifier le code]

  1. International Archives in South Africa Maryna, par Marina Fraser, archiviste de Barlow Rand Limited [PDF] [1]
  2. Rand Mines history [2]
  3. Diamant et pierres précieuses, par Ed. Jannettaz, E. Fontenay, Em. Vanderheym et A. Countance, page 206 [3]
  4. Colonial Houses of South Africa par Graham Viney, page 139 [4]
  5. History of Randfontein [5]
  6. The foundations of the South African cheap labour system, par Norman Levy, page 105
  7. Paarl Central, Langlaagte Deep, Robinson Central Deep, South Langlaagte, New Vierfontein mines, South Rand Gold Mining company and South Deeps Limited [6]
  8. Il s'agit en fait de la holding, dont « Robinson Deep Mine » n'est qu'une filiale en coentreprise