Julius Wernher

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Julius Wernher
Julius Wernher02.jpg

Julius Wernher

Titre de noblesse
Baronnet
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
Nationalité
Activité

Jules Charles Wernher ( - ), 1er baronnet, est un magnat de l'extraction de diamant. Il a été victime d'une escroquerie sensationnelle de la Belle Époque, l'Affaire Lemoine[1],[2] (1909).

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Darmstadt, l'Allemagne, où son père est attaché à la cour grand-ducale, il entre dans une banque de Londres en tant qu'étudiant, sert dans la cavalerie prussienne dans la guerre franco-allemande de 1870-1871, et rencontre à Paris le diamantaire Jules Porgès.

Julius Wernher avait eu pour premier employeur Théodore Porgès, le cousin de Jules Porgès. Il (Théodore) a épousé Mathilde Weisweiller, proche du Baron Henri de Rothschild, dont elle devient la nièce après un mariage. Son père, le baron de Weisweiller, était représentant de la famille Rothschild à Madrid[3].

Porgès l'envoie à Kimberley, où il est élu au conseil d'extraction et y gagne une position importante et une grande fortune. Après la découverte de diamants dans la région du Witwatersrand, il étend ses opérations au Transvaal. En 1888, il devient un des quatre associés de la société De Beers Consolidated.

Il s'installe à Londres comme associé de Porgès et, quand ce dernier se retire en 1889, lest créée la société Wernher, Beit & Co, la plus grande entreprise d'extraction de diamants.

À part quelques visites occasionnelles en Afrique du Sud, il passe le reste de sa vie en Angleterre. En 1906, il apprend par le courtier en pierres précieuses Henry Feldenheimer qu'un inventeur français, Henri Lemoine, a découvert le moyen de fabriquer des diamants synthétiques. Ce dernier prétend s'appuyer sur les travaux d'Henri Moissan et a racheté un puissant générateur électrique d’un atelier de la rue Lecourbe : il fait une première démonstration devant Wernher et ses associés, puis refuse une première offre de 10 000 sterlings pour son brevet. Au cours de l'année 1908, il obtient de la De Beers un investissement de 1 000 000 sterlings pour construire une usine opérationnelle à Argelès-Gazost ; mais Lemoine construit en réalité une centrale électrique à Arras-en-Lavedan, dont il revend le courant aux communes environnantes. Wernher et ses associés se rendent impromptu en France, découvrent le pot-aux-roses et portent plainte pour escroquerie auprès de la Sûreté Nationale. Il obtient de la Xe chambre du tribunal correctionnel de la Seine la condamnation d'Henri Lemoine (à six ans de prison) pour extorsion de fonds[1],[2]. L'écrivain Marcel Proust a laissé plusieurs pastiches restituant l'ambiance des sessions du tribunal et l'écho de ce fait-divers dans la presse de l'époque.

Wernher est également un célèbre collectionneur, propriétaire des domaines de Bath House, et de Luton Hoo dans le comté de Bedfordshire. Il achète Luton Hoo en 1903, et le fait aménager par le décorateur français Georges Hoentschel, il y entrepose sa collection d'objets d'art et de tableaux anciens. Vendu par les héritiers de Wernher à la fin des années 1990[4], Luton Hoo est désormais un hôtel de luxe. Une partie de la collection a été vendue et le reste, qui provient pour l'essentiel de l'époque où Wernher habitait Bath House, est exposé à Ranger's House, à Greenwich Park, dans la banlieue de Londres[5].

Il est mort laissant la plus grande fortune sud-africaine, 11 000 000 £.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a et b Cf. à ce sujet « Une sensationnelle escroquerie à la Belle Époque : l'affaire Lemoine », Historama, no 321,‎ .
  2. a et b F. Honoré, « Le Problème du Diamant », L'Illustration,‎ (lire en ligne)
  3. Grand Dukes and diamond", par Raleigh Trevelan [1]
  4. JCK Magazine "The Wernher collection"
  5. Ranger's House, The Wernher collection