Warrant (finance)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Warrant.

Un warrant (ou bon d'option) est un produit de bourse à effet de levier qui permet à l’investisseur d’amplifier les variations d’un actif à la hausse comme à la baisse tout en étant sensible à la volatilité et à la valeur temps[1]. En d’autres termes, un Warrant est un contrat transférable qui confère à son détenteur le droit, et non l’obligation, d’acheter ou de vendre une quantité donnée d’un actif spécifique, à un prix déterminé d’avance (le prix d’exercice ou strike), à la date d’échéance (ou maturité) du contrat (Warrant européen) ou à tout moment jusqu’à cette date (Warrant américain). Il appartient à la famille des produits listés, comme les obligations, les actions ou les certificats.

Historique[modifier | modifier le code]

Apparus en Suisse en 1985, les Warrants sont des instruments financiers dérivés d’un actif, appelé « sous-jacent ». En France les Warrants sont échangés en Bourse de Paris depuis 2003, le nombre de produits traités est passé de 10 000 en 2003 à environ 14 000 en 2011. Aujourd’hui les Warrants sont émis sur une gamme très diversifiée de sous-jacents tels que les actions, les indices, les taux d’intérêts, les métaux, les matières premières et les taux de change. Le marché des produits de Bourse a subi quelques changements du côté des émetteurs de Warrants :

  • En juin 2008 Calyon a cessé d’émettre de nouveaux produits
  • Goldman Sachs a également cessé l’activité après une tentative d’incursion sur le marché français, à travers des produits à dominante thématique (marchés émergents, matières premières). Seuls les produits encore en vie restent échangeables.
  • Dresdner a été absorbé par Commerzbank : tous les produits sont maintenant émis par Commerzbank.
  • ABN-AMRO a été absorbé par RBS qui a repris l'activité.

Intérêt[modifier | modifier le code]

Leur principal intérêt est d’offrir à leur détenteur un effet de levier par rapport aux mouvements du sous-jacent[2]. Un petit mouvement du sous-jacent à la hausse (à la baisse) entrainera un mouvement du Warrant dans des proportions plus grandes à la hausse (à la baisse) s’il s’agit d’un Call et inversement à la baisse (à la hausse) s’il s’agit d’un Put. Outre les variations du sous-jacent, les Warrants permettent aux investisseurs de profiter de la volatilité implicite du sous-jacent à la hausse comme à la baisse. Il est aussi intéressant d’acheter des Warrants dans le cadre de la couverture du risque de baisse du cours d’un actif. Si un investisseur détient un sous-jacent et pense que son cours va baisser, il peut décider d’acheter des Warrants Put sur ce sous-jacent afin de rendre neutre une baisse éventuelle.

Différences entre options et warrants[modifier | modifier le code]

  • Les Warrants sont émis directement par des établissements bancaires ou des entreprises d'investissement. L'émetteur s'engage à assurer l’animation de marché, c’est-à-dire qu’il s’engage à proposer en permanence une contrepartie aux investisseurs souhaitant acheter ou vendre les Warrants.
  • Le nombre de Warrants émis par l'émetteur est limité. Par conséquent, l'animation de marché, côté vendeur, peut disparaître lorsque tous les Warrants ont été souscrits par les investisseurs. En telle situation, le Warrant est dit « bid only ».
  • La date limite de revente dépend du choix effectué par l'émetteur du Warrant.
  • Contrairement aux options, il n’est pas possible de vendre à découvert un Warrant. Ceci limite les stratégies optionnelles et limite le risque pour l'acheteur dont la perte maximale possible est limitée à la prime payée.
  • La plupart des Warrants sont des Warrants européens.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Un Warrant est dit « dans la monnaie » quand le cours du sous-jacent est supérieur au strike dans le cas d’un Call ou inférieur dans le cas d’un Put. Le produit est « en dehors de la monnaie » quand le cours du sous-jacent est inférieur au strike pour un Call et supérieur pour un Put. Enfin il est « à la monnaie » quand le cours du sous-jacent est égal au strike. Indépendamment du niveau du cours du sous-jacent par rapport au prix d’exercice du Warrant, le produit aura toujours un prix qui est fonction de différents paramètres.

Évolution du prix[modifier | modifier le code]

L’effet de levier, aussi appelé l’élasticité, détermine la variation du prix du Warrant pour 1 % de variation du sous-jacent. Il se calcule selon la formule suivante : Effet de levier = (Delta x Cours sous-jacent) / (Prix Warrant x Parité). La formule de référence pour le calcul du prix d’un Warrant est une extension du Modèle Black-Scholes. Le prix d’un Warrant a deux principales composantes : la valeur intrinsèque et la valeur temps.

Valeur intrinsèque[modifier | modifier le code]

Elle est nulle quand le Warrant est en dehors de la monnaie ou à la monnaie, et positive quand le produit est dans la monnaie. Elle se calcule selon la formule suivante : Pour un Call = (Cours sous-jacent – Strike) / Parité Pour un Put = (Strike - Cours sous-jacent) / Parité Le prix d’exercice influe sur la valeur intrinsèque, plus il est élevé plus basse sera la valeur intrinsèque d’un Call et plus élevée sera celle d’un Put. Si le cours du sous-jacent augmente, l’effet de levier amplifiera les variations du Call à la hausse et celles du Warrant Put à la baisse toutes choses égales par ailleurs. Inversement si le cours du sous-jacent baisse, l’effet de levier amplifiera les variations du Call à la baisse et celles du Warrant Put à la hausse.

Valeur temps[modifier | modifier le code]

C’est la valeur accordée à la probabilité que le cours du sous-jacent varie suffisamment pour être dans la monnaie. Plus la maturité est éloignée, plus cette probabilité est forte et plus la valeur temps est importante. Plus on s’approche de la maturité, plus on perd de la valeur temps. À maturité la valeur temps est nulle. La volatilité mesure l’amplitude des fluctuations du sous-jacent, plus un sous-jacent est volatile, plus grande sera la probabilité qu’il varie et qu’il dépasse le niveau du strike du Warrant. Par conséquent plus le sous-jacent est volatile, plus grande est la probabilité de finir dans la monnaie et plus le prix du Warrant augmentera. La volatilité du sous-jacent a donc un impact sur la valeur temps du Warrant.

Exemple d'anticipation[modifier | modifier le code]

Soit un call warrant donnant le droit d'acheter une action donnée à un prix fixé de 100 euros (le prix d'exercice) à une date donnée (l'échéance).

À l'échéance du warrant, si l'action coûte 120 euros, ce call warrant donne à son détenteur le droit d'acheter ces actions pour seulement 100 euros : il vaut sa valeur intrinsèque, c'est-à-dire la différence positive entre le cours du sous-jacent et le prix d'exercice : 120 − 100 = 20 euros.

A contrario, si, à l'échéance du warrant, l'action vaut 70 euros, le call warrant ne présente aucune valeur puisqu'il permet d'acheter l'action au prix d'exercice fixé 100 euros, alors que l'action vaut 30 euros de moins. La valeur intrinsèque de ce warrant est nulle et la prime investie dans celui-ci est donc perdue.

Le principe est le même pour les put warrants qui permettent d'anticiper la baisse d'un cours.

En France[modifier | modifier le code]

Les warrants sont des instruments financiers. Leur fiscalité est le montant des plus-values réalisées qui est à déclarer aux impôts et taxés à 18 % à partir du 1er euro + prélèvements sociaux (12,1 %), soit 30,1 % à partir du 1er janvier 2009. Depuis 2010, les taxes sont portées à 19 % et les prélèvements sociaux à 12,3 % soit 31,3 %. Le prélèvement forfaitaire libératoire est passé de 19 à 24 % le 1er janvier 2012, conformément au plan annoncé par François Fillon le 7 novembre 2011[3] et les Cotisations Sociales de 13,5 % à 15,5 % à partir du 1er juillet 2012. Les pertes sont en revanche déductibles des plus-values mobilières et sont reportables sur dix années.

Précaution[modifier | modifier le code]

Les warrants sont des instruments financiers réservés aux experts. Ils font partie des produits d'investissements à effet de levier qui peuvent connaitre de fortes variations de leurs cours, ainsi si l'anticipation s'avère mauvaise, la perte totale de l'investissement est possible mais ne peut dépasser le montant investi.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]