Vladimir Bortko

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vladimir Vladimirovitch Bortko
Description de cette image, également commentée ci-après

Vladimir Vladimirovitch Bortko

Naissance (70 ans)
Moscou (Russie)
Nationalité Drapeau de la Russie Russie
Profession Réalisateur, scénariste et producteur de cinéma.

Vladimir Vladimirovitch Bortko (en russe : Владимир Владимирович Бортко), est né le 7 mai 1946 à Moscou, est un réalisateur, scénariste et producteur russe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vladimir Bortko est le fils de metteur en scène soviétique ukrainien Vladimir Vladimirovitch Bortko et l'actrice Marina Fedotovna Zakharenko. Ses parents divorcent. Il grandit dans la famille de son beau-père, le dramaturge soviétique ukrainien Aleksandr Korneitchouk. Après les études à l’École professionnelle de géologie d'exploration à Kiev et son service militaire en 1965-1966, il travaille pendant trois ans comme technicien en électricité à l'entreprise Voïenproekt de Kiev.

En 1969, il commence les études l'Université nationale Karpenko-Kary dans la classe de Vadim Tchoubassov et Rodion Efimenko. Diplômé en 1974, il devient assistant réalisateur au Studio Dovjenko. En 1975, il réalise son premier long métrage intitulé Canal, d'après le roman éponyme d'Ivan Grigourko (ru).

En 1980, Vladimir Bortko devient réalisateur aux studios Lenfilm à Léningrad, la plus grande société de production cinématographique de l’Union soviétique après Mosfilm à Moscou. Il connait une célébrité relative dans l'Union soviétique, mais sa grande percée survient avec l'adaptation cinématographique du roman Cœur de chien, écrit par l'écrivain russe Mikhaïl Boulgakov. Ce film reçoit un Grand Prix au Festival du film de Pérouse.

En 1991, il réalise Afghan Breakdown, un film sur l'intervention de l'Union soviétique en Afghanistan avec l'acteur italien Michele Placido. C’était le premier film dans la nouvellement créée Fédération de Russie qui considère les activités militaires de l'Union soviétique de façon critique.

Vladimir Bortko signe le contrat pour les deux grands projets du cinéma russe avec la chaîne de télévision Telekanal Rossiya. Le premier est une adaptation du roman L'Idiot, écrit par l'écrivain russe Fiodor Dostoïevski, dans une série télévisée de dix épisodes en 2002. En 2003, cette série remporte le prix TEFI dans sept catégories et sera nominée dans cinq catégories de l'Aigle d'or dont elle remporte trois. En 2004, l'acteur Ievgueni Mironov reçoit le prix du meilleur acteur au Festival de télévision de Monte-Carlo. En 2004 également, la série reçoit le prix du public au Festival du cinéma national Vivat Kino Rossii ! (Виват кино России!) de Saint-Pétersbourg.

Trois ans plus tard, Bortko réalise une adaptation du roman Le Maître et Marguerite écrit par Mikhaïl Boulgakov, également dans une série télévisée en dix épisodes. Le tournage est suivi par de longues spéculations dans les médias, certains critiques redoutant que la complexité des thèmes socio-politiques et métaphysiques du roman ne soit sacrifiée aux exigences de la télévision populaire. La diffusion débute le 19 décembre 2005. Il s'avère que Bortko ait suivi méticuleusement les dialogues du roman, et la série devient un grand succès auprès des téléspectateurs. Le 25 décembre 2005, 40 millions de Russes ont regardé le septième épisode.

En 2009, Bortko cause une controverse, avec son adaptation cinématographique du drame historique Tarass Boulba, écrit par l'écrivain russe Nikolaï Gogol. La critique ukrainienne lui reproche avoir permis aux acteurs polonais de parler le polonais dans le film, tandis que les Cosaques ukrainiens s'expriment en russe pauvre. Le film toutefois remporte cette fois encore un grand succès, avec près de 4 millions d'entrées dans les salles de cinéma en Russie.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]