Vivianite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Vivianite
Catégorie VIII : phosphates, arséniates, vanadates[1]
Image illustrative de l’article Vivianite
Général
Classe de Strunz 08.CE.40
Formule chimique H16Fe3O16P2 Fe3(PO4)2•8(H2O)
Identification
Masse formulaire[2] 501,6 ± 0,012 uma
H 3,22 %, Fe 33,4 %, O 51,03 %, P 12,35 %,
Couleur Incolore, vert très pâle, bleu foncé progressif, bleu foncé verdâtre, bleu indigo, noir avec l'oxydation
Classe cristalline et groupe d'espace Prismatique ; 2/m
Système cristallin Monoclinique
Réseau de Bravais Centré C
Clivage Parfait sur {010}
Cassure Fibreuse
Échelle de Mohs 1,5 - 2
Trait Blanc évoluant vert le bleu foncé, brun
Éclat Vitreux, nacré sur le clivage, mat si extrait de terre
Propriétés optiques
Indice de réfraction nα=1,579-1,616, nβ=1,602-1,656, nγ=1,629-1,675
Pléochroïsme Visible; X = bleu, bleu foncé, bleu indigo; Y = vert pâle jaunâtre, vert pâle bleuâtre, jaune-vert; Z = vert pâle jaunâtre, jaune-olive
Biréfringence δ = 0,050-0,059
Pouvoir rotatoire Mesuré: 63° à 83.5°, Calculé: 78° à 88°
Dispersion 2 vz ~ r < v, faible
Propriétés chimiques
Densité 2,68

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La vivianite est un minéral phosphaté de formule Fe3(PO4)2•8(H2O). On le trouve en tant que minéral secondaire dans de nombreux environnements géologiques. Elle se présente généralement sous forme de cristaux prismatiques ou écrasés, de couleur variant du bleu foncé au bleu-vert. Elle prend une teinte foncée sous l'action de l'oxygène.

Elle cristallise dans le système cristallin monoclinique. Ses paramètres de maille sont =10,086 Å, =13,441 Å, =4,703 Å et β=104,27° ; sa maille conventionnelle contient Z = 2 unités formulaires.

Elle se forme par la modification de dépôts de minerai de fer proches de la surface, ou à partir de phosphates primaires dans des pegmatites. Des cristaux de vivianite peuvent être fréquemment observés dans des coquillages fossiles, comme ceux des bivalves et des gastropodes, ou attachés à des ossements fossilisés.

Les formations les plus remarquables se trouvent en Russie, Ukraine, Namibie, Cameroun (Anloua)[3], Angleterre, Maryland et Colorado aux États-Unis, dans la ville d'Iwama au Japon[4].

La vivianite a été décrite en premier par John Henry Vivian, dont elle tire son nom[5],[6]. Les topotypes (premiers cristaux identifiés) venaient des Cornouailles en Angleterre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  3. Pascal Oustrière, Étude géologique et géochimique du bassin lacustre d'Anloua (Cameroun). Application à la compréhension de la genèse de la vivianite, Université d'Orléans, 1984, 354 p. (thèse)
  4. (ja) Banno Yasuyuki, Bunno Michiaki, Haruna Makoto et Kono. Masahide, « Vivianite de Nagasawa, Iwama-machi, Préfecture d'Ibaraki, Japon. Nouvelle découverte sur des rochers meta-pelitiques », Bulletin d'étude géologique du Japon, vol. 50, no 2,‎ , p. 117–121 (ISSN 0016-7665, lire en ligne)
  5. (en) John W. Anthony, Richard A. Bideaux, Kenneth W. Bladh et Monte C. Nichols, Handbook of Mineralogy, Mineral Data Publishing, (lire en ligne)
  6. (en) Albert Huntington Chester, A Dictionary of the Names of Minerals Including Their History and Etymology, BiblioBazaar, (ISBN 1142133141, lire en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :