Virus de Schmallenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Distribution du virus de Schmallenberg en Allemagne au 27 janvier 2012 (source FLI).

Le virus de Schmallenberg est un virus, apparu en Europe en 2011, qui affecte le bétail (bovins, ovins et caprins) provoquant des maladies congénitales fœtales et de la mortinatalité[1]. En fait, il s'agit plus exactement de malformations néonatales mais non-héréditaires car ne dépendant pas du patrimoine génétique parental ou de l'insémination artificielle).
En octobre 2012, 14 pays européens étaient touchés[2]. Les formes congénitales du virus sont en France surveillé chez les veaux, agneaux et chevreaux par la Plateforme nationale d’épidémiosurveillance en santé animale sous l'égide de l'ESA[3] qui a mis en évidence des contaminations durant 3 saisons : printemps, été et automne[3].

En 2015 le SBV congénital est considéré comme une maladie d’élevage, non-réglementée[3]. En 2016, le SBV continue de circuler en Europe. Dans les anciens foyers, les animaux ont acquis une immunité mais le virus continue à se disperser vers des zones jusqu'ici épargnée ou vers des régions périphériques aux zones déjà infectées[4]. On ne sait toujours pas si c'est un virus introduit, mutant ou s'il circulait déjà depuis longtemps à bas bruit dans le cheptel bovin, ovins et caprins européen[4].

Classification, dénomination[modifier | modifier le code]

Ce virus de la famille des Bunyaviridae (genre Orthobunyaviridae) est génétiquement très proche du virus Shamonda, du virus Aino et du virus Shamonda (qui eux n'ont été observés que chez des ruminants)[4] .

Il a été reconnu par le Comité permanent de la chaîne alimentaire et de la santé animale de la Commission européenne[1] et le Friedrich-Loeffler-Institut (FLI, Institut allemand de recherches sur la Santé animale)[5].

Il n'a pas encore (janvier 2012) reçu de nom officiel. Son nom provisoire dérive de Schmallenberg, ville allemande de Rhénanie-du-Nord-Westphalie d'où proviennent les premiers échantillons positifs[1].

Effets et symptômes[modifier | modifier le code]

Chez l'animal adulte, l'infection se traduit par des symptômes généraux de type « fièvre, perte d'appétit, dégradation de l'état général, chute de la production laitière (parfois jusqu'à la moitié de la production normale), voire diarrhée »[6]

Chez l'embryon et l'animal nouveau-né, le virus qui a été transmis par voie placentaire au fœtus, provoque une mortinatalité et des malformations pour les veaux, agneaux et chevreaux atteints[7].

Les symptômes Ils sont graves, entrainant la mort dans les 12h après la naissance en général. Ce sont notamment :

Transmission, contagiosité[modifier | modifier le code]

La transmission semble assurée par des moucherons (Culicoides spp.) qui ont vraisemblablement été très actifs dans la diffusion de l'infection pendant l'été et l'automne 2011 chez des animaux qui ont par la suite mis bas en fin d'année 2011 et début 2012 [1].

Aucune contagion directe d'animal à animal n'a été constatée[8].

Risques pour la santé humaine[modifier | modifier le code]

Selon une estimation réalisée en décembre 2011 il paraît peu vraisemblable que des risques existent pour l'Homme[9], d'autant que les autres virus connus du genre Orthobunyavirus ne présentent pas de risque zoonotique[5].

Origines[modifier | modifier le code]

19 août 2012 - Un article à paraître du Journal des EID (Emerging Infectious Diseases Journal) annonce que le SBV appartiendrait en fait à l'espèce Sathuperi, et serait un ancêtre possible du virus réassorti Shamonda[10]

Évolution de l'épidémie[modifier | modifier le code]

  • En Europe : D'abord identifié en Rhénanie-du-Nord-Westphalie, il a ensuite aussi été détecté en Basse-Saxe (Allemagne)[5], ainsi qu'aux Pays-Bas, en France et en Belgique.
    Au 20 avril 2012, le nombre d’exploitations reconnues touchées par le virus en Europe a dépassé les 3500, dont plus de 1000 élevages bovins. Trois mois plus tard, ce nombre a dépassé les 5600, avec de plus en plus d'élevages bovins.
    Le 20 juillet 2012, le virus est diagnostiqué chez des vaches de deux exploitations bernoises. Ce sont donc 10 pays officiellement touchés à cette date : Allemagne, Pays-Bas, Belgique, France, Luxembourg, Royaume-Uni, Espagne, Italie, Danemark, Suisse.
  • En France, les premiers cas de la maladie dus au virus de Schmallenberg ont été identifiés le 26 janvier 2012 dans des élevages ovins en Moselle et en Meurthe-et-Moselle[11].
    Au 1er février 2012, les services du Ministre français de l'agriculture Bruno Le Maire annoncent que vingt-neuf élevages de dix départements, au nord d'une ligne Caen - Besançon, sont touchés [12]. Au 9 mars 2012, le nombre des élevages reconnus atteints a beaucoup augmenté en Europe du Nord-Ouest, dépassant les 2000 (2059 exactement)[13].
  • En Belgique ;
    De 2011 à 2016, ce virus « a déjà été diagnostiqué dans des centaines d’élevages d’ovins et de bovins »[4].

Il a été vraisemblablement apporté dans l'est de l'Angleterre par des moucherons en provenance d'Europe continentale[14]. Cette éventualité avait été identifiée comme un risque par les services du ministère britannique de l'Environnement, de l'Alimentation et des Affaires rurales (DEFRA)[14].

Veille sanitaire[modifier | modifier le code]

En 2014/2015, le virus a montré ses capacités à survivre chaque hiver, et quelques cas sont encore signalés dans le cheptel bovin européen. D'après les observations, les troupeaux déjà exposés au virus développent ensuite un haut degré d'immunité[15]. En France, peu de suspicions ont été déclaré dans les départements participants à la veille, mais « il est hautement probable que des cas suspects n’aient pas fait l’objet d’une déclaration »[3].

Comme une « circulation à bas bruit » est observée depuis 2011, avec le risque d'une éventuelle flambée épizootique (comme cela a été le cas pour le virus Akabane (virus proche du SBV) en Australie), une prolongation de la surveillance du SBV a été recommandée pour 2015/2016[3] en s'appuyant sur un « réseau de vétérinaires sentinelles, à raison d’un vétérinaire volontaire pour chacune des 22 régions de France métropolitaine »[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Garigliany M-M, Hoffmann B, Dive M, Sartelet A, Bayrou C, Cassart D, Beer M, Desmecht D, Schmallenberg virus in calf born at term with porencephaly, Belgium. Emerg Infect Dis. 2012;18:1005–6.
  • Elbers ARW, Loeffen WLA, Quak S, de Boer-Luijtze E, van der Spek AN, Bouwstra R, Seroprevalence of Schmallenberg virus antibodies among dairy cattle, the Netherlands, winter 2011–2012. Emerg Infect Dis. 2012;18:1065–71.
  • Friedrich-Loeffler-Institut. FLI: Schmallenberg virus
  • Yanase T, Kato T, Aizawa M, Shuto Y, Shirafuji H, Yamakawa M, Genetic reassortment between Sathuperi and Shamonda viruses of the genus Orthobunyavirus in nature: implications for their genetic relationship to Schmallenberg virus. Arch Virol. 2012. Epub ahead of print.
  • Josse-Alaterre G., 2012 : « Virus de Schmallenberg : où en est-on ? » Alim'agri, magazine du Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt n° 1552 (avril-mai-juin 2012) - p. 11

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (en) Kai Kupferschmidt, « New Animal Virus Takes Northern Europe by Surprise », sciencemag.org (American Academy of Arts and Sciences), (consulté le 26 janvier 2012)
  2. Autorité européenne de sécurité des aliments
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Plateforme nationale d'épidémiosurveillance en santé animale (2016) Surveillance SBV congénital – Saison 2015/2016 Document technique
  4. a, b, c et d Virus Schmallenberg , fiche de l'FAVV-AFSCA (Belgique), consultée 2016-12-12
  5. a, b et c (en) « Schmallenberg Virus: New Orthobunyavirus in cattle »,
  6. Virus Schmallenberg , fiche de l'FAVV-AFSCA (Belgique), consultée 2016-12-12
  7. Organisation mondiale de la santé animale, OIE, ex-Office international des épizooties, « Le virus de Schmallenberg » [PDF], Fiche technique, sur www.oie.int, (consulté le 29 juillet 2012), p. 1-5
  8. (fr) « Virus de Schmallenberg: une exploitation touchée en Meurthe-et-Moselle et en Moselle », Préfecture de Meurthe-et-Moselle, (consulté le 27 janvier 2012)
  9. (en) « Risk assessment: New Orthobunyavirus isolated from infected cattle and small livestock ─ potential implications for human health », European Center for Disease Prevention and Control, (consulté le 26 janvier 2012)
  10. Katja V. Goller, Dirk Höper, Horst Schirrmeier, Thomas C. Mettenleiter et Martin Beer, “Schmallenberg Virus as Possible Ancestor of Shamonda Virus” ; EID Volume 18, numéro 10-Octobre 2012 (résumé)
  11. (fr) « Élevage : premiers cas français de la maladie due au virus de Schmallenberg identifiés en Moselle et en Meurthe-et-Moselle », Préfecture de la Moselle, (consulté le 27 janvier 2012)
  12. http://agriculture.gouv.fr/Virus-Schmallenberg-Bruno-LE-MAIRE
  13. http://www.plateforme-esa.fr/index.php?option=com_content&view=category&layout=blog&id=86&Itemid=221 On peut voir ces chiffres aussi en consultant http://www.flutrackers.com/forum/showpost.php?p=446050&postcount=135 du 11 mars.
  14. a, b et c (en) Damian Carrington, « Schmallenberg virus confirmed on farms in the UK », The Guardian, (consulté le 26 janvier 2012)
  15. Virus Schmallenberg, sur le site de l'AFSCA, page actualisée le 08/09/2015, consultée le 14 janvier 2016.