Violaine Prince

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prince.
Violaine Prince
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité

Violaine Prince (née le 2 janvier 1958 à Beyrouth), est une compositrice franco-libanaise de musique contemporaine sacrée et profane, poétesse et enseignant-chercheur en traitement automatique des langues à l'Université Montpellier 2[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle est franco-libanaise[2],[3]. Née à Beyrouth, elle quitte la ville en 1976[3].

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

Violaine Prince est professeur de l'Université Montpellier 2[3].

Elle obtient son doctorat en 1986 à l'Université Paris Diderot et son habilitation à diriger les recherches à l'Université Paris-Sud. Elle a occupé les postes de direction du département d'informatique de la faculté des sciences à Montpellier, de direction du Conseil National des Universités en section Informatique, et est responsable de l'équipe TEXTE au LIRMM (Laboratoire d’Informatique, de Robotique et de Microélectronique de Montpellier)[4].

Elle a publié plus de 70 articles, écrit 10 livres de recherche ou pédagogiques sur le Traitement Automatique du Langage Naturel (TALN) notamment dans le traitement des bases de données textuelles francophones. Elle a fondé et organisé plusieurs conférences et comités de lecture parmi lesquelles TALN & RECITAL 2011[5].

Musique[modifier | modifier le code]

Élève du conservatoire libanais de Beyrouth, Violaine Prince joue et compose depuis l'enfance. Elle s'interrompt néanmoins durant plusieurs décennies pour se consacrer à sa carrière de professeur des universités[6], avant de revenir à la musique en 2009[réf. souhaitée][réf. souhaitée]. Ses inspirations principales sont Bach, Beethoven et Brahms, le baroque, et les compositeurs russes de Rachmaninov à Tchaïkovski[3].

Ses compositions attirent alors des interprètes de renom tels que Guillemette Laurens et Nathalie Nicaud, et ses œuvres vocales et instrumentales sont créées lors de plusieurs festivals à travers le sud de la France[7]. Une de ses œuvres est donnée le 6 décembre 2011 à l'Unesco lors d'un concert organisé par la Délégation permanente du Liban[8], par Samar Salamé et Georges Daccache, Christine Marchais et Marc Sieffert.

Le 24 juin 2012, le concert Arabesques et Psaumes consacré à sa musique est donné à l'église Notre-Dame du Liban à Paris[9]. En octobre 2012, elle reçoit avec d'autres compositeurs libanais un prix à l'ouverture du Centre du patrimoine musical libanais[10]. En novembre 2013, son Requiem est joué pour la première fois par le choeur symphonique de Montpellier[3].

Elle rédige de plus plusieurs ouvrages de poésie[11],[12].

Littérature[modifier | modifier le code]

Ouvrages de référence[modifier | modifier le code]

  • V. Prince, Le système Unix : utilisation des commandes, Paris, Editests, 1983
  • J-L. Fourtanier, V. Prince, Le langage C, Paris, Editests, 1984
  • M-C Heydeman, V. Prince et al. (Nom collectif : ACSIOME), La modélisation dans les systèmes d'information, avec exercices corrigés, Paris, Editions Masson, 1989
  • V. Prince, Vers Une Informatique Cognitive dans les Organisations : le rôle Central du Langage. Paris, Éditions Masson, 1996
  • (en) V. Prince, M. Roche, Information Retrieval in Biomedicine: Natural Language Processing for Knowledge Integration, IGI Global, 2009

Œuvre poétique et théâtrale[modifier | modifier le code]

  • V. Prince, Les Marches du désert, Paris, Éditions La Bruyère, 1983
  • V. Prince, Le Siège de Tyr, Paris, Éditions La Bruyère, 1984
  • V. Prince, En pays d'ombre, Paris, Les Blés d'or, 2001. Encres d'Alain Tasso.

Essais[modifier | modifier le code]

  • V. Prince et M. Prince, Jad Hatem poète des éléments et de leur au-delà, Revues des lettres et de leur traduction N°6, 2000.

Discographie[modifier | modifier le code]

Des compositions de Violaine Prince figurent sur les disques suivants :

  • A. Zvetoslavsky, A. M. Regnault, Violaine Prince : Œuvres choisies pour piano et violon, Passavant Music.
  • C. Marchais, M. Sieffert, La Sève du Cèdre, Marcal Classics[13].
  • Roula Safar, Racines sacrées, Éditions Hortus[14].

Critiques sur l'auteur[modifier | modifier le code]

  • Ramy Zein, Violaine Prince in Dictionnaire de la Littérature Libanaise de Langue Française, Paris, L'Harmattan, 2000.
  • Camille Aboussouan (préface) in Les Marches du désert, Paris, Éditions La Bruyère, 1983.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Violaine Prince cherche à humaniser les machines Bio express », Midi-Libre,‎
  2. Zeina Saleh Kayali, Vincent Rouquès, Compositeurs Libanais XXe et XXe siècle, Paris, Séguier, 2011.
  3. a, b, c, d et e L'Orient-Le Jour, 7 avril 2014, E. Davidian, Violaine Prince, une amoureuse de l’esprit.
  4. « Violaine Prince cherche à humaniser les machines Bio express », Midi-Libre,‎
  5. Conférence TALN/RECITAL sur le site de l'Association pour le traitement automatique des langues
  6. Violaine PRINCE, « Violaine PRINCE », sur www.lirmm.fr (consulté le 17 mars 2018)
  7. Press-book sur le site de l'Association Bleu-Ciel.
  8. L'Orient-Le Jour, 10 décembre 2011, C. Dagher, Le patrimoine musical libanais à l’Unesco.
  9. L'Orient-Le Jour, 30 juin 2012, Z. Saleh Kayali, À Paris, « Arabesques et psaumes » de Violaine Prince.
  10. L'Orient-Le Jour, 20 octobre 2012, M. Aoun-Fakhouri, Inauguration du Conservatoire du Patrimoine Musical Libanais - 6 octobre 2012.
  11. Radwa Ashur et al., Arab Women Writers: A Critical Reference Guide, 1873-1999, Le Caire, American Univ. in Cairo Press, 2008.
  12. Zahida Darwiche Jabbour, Littératures francophones du Moyen-Orient, Edisud, 2007
  13. L'Orient-Le Jour, 16 juin 2012, Z. Saleh Kayali, « La Sève du cèdre », un CD consacré aux compositeurs libanais.
  14. Site de Roula Safar.

Liens externes[modifier | modifier le code]