Victor Stoichita

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Victor Ieronim Stoichita (de son nom roumain : Victor Ieronim Stoichiță, prononcer Stoï-ki-tsa), né à Bucarest, en Roumanie, le est écrivain, historien et critique d'art.

Après avoir fini ses études universitaires[Quand ?] à Bucarest, il a obtenu sa licence dans l’histoire de l’art[Quand ?] à Rome et son doctorat d’Etat à Paris.

De 1991 à 2019 il a enseigné l'histoire de l'art moderne et contemporain à l'université de Fribourg en Suisse. Ses recherches portent sur l’herméneutique et l’anthropologie de l'image, et plus particulièrement sur les arts italien et espagnol.

Biographie[modifier | modifier le code]

Descendant d’une vieille famille d’aristocrates de Transylvanie, il naît dans une famille de médecins. Le jeune Victor est très proche de son grand-père paternel, dont il porte le prénom, malgré le peu de temps qu’il passe avec lui. En raison de leur statut social, le grand-père et un oncle (prince) sont emprisonnés par le régime communiste. Le jeune Victor a 4 ans lorsqu’il voit l’arrestation de son grand-père dans la maison de ce dernier à Cluj, où il était un médecin et un professeur universitaire très respecté avec une activité scientifique, littéraire et musicale impressionnante. Le petit-fils reverra son grand-père à l’âge de 7 ans mais un an après, son grand-père meurt.

Victor Stoichita étudie l'histoire de l'art à Bucarest, à Rome (Dottore in Lettere), Paris (doctorat d'État ès Lettres) et Munich (Humboldt Fellow).

Il a été professeur invité auprès de diverses institutions d'éducation supérieures dont les universités de Madrid, l'université hébraïque de Jérusalem, Harvard, Göttingen, Francfort, Santiago du Chili, Bologne, l'École des hautes études en sciences sociales et au Collège de France. Il a été fellow du Wissenschaftskolleg de Berlin, du Getty Research Institute de Los Angeles, de l'Institute for Advanced Study de Princeton (New Jersey) et du Centre de études avancées en arts visuels de Washington, ainsi que professeur invité à l'Institut Max-Planck de Rome. En 2013 il a été titulaire de la "Chaire internationale Francqui" auprès de plusieurs universités belges, en 2014 titulaire de la Chaire du Louvre, en 2016, titulaire de la chaire Erwin Panofsky auprès du Zentralinstitut für Kunstgeschichte de Munich, en 2016 titulaire des "Bernard Berenson Lectures" au The Harvard University Center for Italian Renaissance Studies (Vill I Tatti) et en 2018 titulaire de la Chaire Européenne du Collège de France.

Il a donné de nombreuses conférences dans divers musées dont le Louvre, le Prado, l'Art Institute of Chicago, le musée Guggenheim de Bilbao, l'Alte Pinakothek de Munich, la Galerie nationale de Washington, le musée des beaux-arts de Mexico.

Après avoir quitté la Roumanie en 1982, il s'intéresse plus particulièrement à l'art espagnol et aux problèmes herméneutiques. Ses livres proposent un nouveau point de vue et des recherches qui contribuent à éclairer le rôle de la peinture espagnole dans le contexte européen, dans la culture et la spiritualité occidentales.

En 2014, Victor I. Stoichita a reçu le titre de chevalier des Arts et des Lettres de la République française.

Il est membre associé de l'Académie Royale de Belgique, membre étranger de l'Accademia dei Lincei, membre étranger de l'Académie Polonaise des Arts et des Sciences, membre de l'Academia Europaea et lauréat de l'Académie française (médaille de vermeil 2015 pour le rayonnement de la langue et de la littérature française).

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Parmi ses derniers ouvrages (traduits en diverses langues) figurent :

  • L’Instauration du Tableau : métapeinture à l’aube des temps modernes, Paris, 1993 (nouvelle éd. Genève, 1999)
  • Visionary Experience in the Golden Age of Spanish Art, Londres, Reaktion, 1995
    • L'Œil mystique : peindre l'extase dans l'Espagne du Siècle d'or, Paris, Le Félin, 2011
  • Brève histoire de l’ombre, Londres, 1997 ; Genève, 2000
  • Goya: The Last Carnival, en collaboration avec Anna Maria Coderch, Londres, 1999
  • The Pygmalion Effect, Chicago, 2008
  • Figures de la transgression, Genève, Droz, 2013
  • L'Image de L'Autre: Noirs, Juifs, Musulmans et "Gitans" dans l'art occidental des Temps modernes, Paris, 2014
  • Oublier Bucarest, Arles, Actes Sud, 2014 (Médaille de vermeil de l'Académie Française) - traduit aussi en roumain, “Despartirea de Bucuresti”, Humanitas, Bucarest, 2015
  • L'Effet Sherlock Holmes. Variations du regard de Manet à Hitchcock, Paris, 2015
  • “Comment savourer un tableau et autres études de l’histoire de l’art”, Humanitas, Bucarest, 2015
  • Des Corps. Anatomies, Défenses, Fantasmes, Genève, Droz, 2019.

Articles[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]