Vere St. Leger Goold

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le tennis image illustrant la criminologie
Cet article est une ébauche concernant le tennis et la criminologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Vere St. Leger Goold
Image illustrative de l'article Vere St. Leger Goold
Première page du Petit Journal du 25 aout 1907
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Drapeau : Royaume-Uni Irlande
Naissance
Drapeau : Royaume-Uni Waterford
Décès (à 55 ans)
Drapeau : France au Camp de Hattes dépendant de l'Île du Salut
Prise de raquette Droitier
Palmarès
En simple
Finales perdues 3ème tournoi de Wimbledon en 1879
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple - - F(1) -

Vere St. Leger Goold, né le à Waterford en Irlande et mort le sur l'île du Salut en Guyane française, est un joueur irlandais de tennis des années 1870-1890 et un criminel (condamné aux travaux forcés à perpétuité, et sa femme Marie-Rose née GIRODIN, à la peine de mort, suite à l'assassinat le 4 Août 1907 d'une riche veuve suédoise, Mme Emma AHLQVIST-LEVIN, perpétré dans leur appartement à Monte-Carlo, Principauté de Monaco).

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1879, après avoir remporté la première édition de l'Open d'Irlande, il atteint la finale de Wimbledon qu'il perd face à John Hartley[1].

Après 1883, il change énormément en raison de l'alcool et de la drogue. Lui et sa femme Marie-Violette Giraudin[note 1] sont condamnés pour meurtre en 1907, après avoir assassiné une riche Suédoise, Emma Liven, pour rembourser leurs dettes[2],[3]. Déporté au bagne de l'Île du Diable en 1908, Vere St. Leger Goold y meurt l'année suivante[1], vraisemblablement d'un suicide[4].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Parfois orthographié Girondin ou Girodin.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Pat Stacey, « A gloriously gruesome tale », sur herald.ie,‎ (consulté le 2 mai 2016).
  2. (en) « How Ireland's first Wimbledon hero died a convicted killer », sur Independent.ie,‎ (consulté le 4 mai 2016).
  3. Yannick Cochennec, « Crime, arnaque et tennis à Monte Carlo », sur Slate.fr,‎ (consulté le 4 mai 2016).
  4. (en) Donal Lynch, « The Irish murderer of Monte Carlo », sur Independent.ie (consulté le 11 juillet 2016).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sylvain Larue, « Affaire Vere Goold et Maire-Violette Girodin, épouse Goold, Monaco, Tribunal criminel de la Principauté de Monaco, 2-4 décembre 1907 », dans Les Grandes Affaires criminelles : Crimes passionnels, De Borée, (ISBN 2812916001 et 9782812916007, lire en ligne), p. 136-148