Valentin Pignol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Valentin Pignol
Image dans Infobox.
Portrait de Valentin Pignol,
photographie anonyme.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 49 ans)
MarseilleVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Maîtres

Valentin Léon Pignol né à Roquevaire le [1] et mort à Marseille le [2] est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'agriculteur, Valentin Pignol est admis à l'École des beaux-arts de Marseille où il figure parmi les meilleurs élèves. Il étudie la sculpture auprès d'Émile Aldebert à Marseille. Il part ensuite à Paris comme boursier de la ville et termine son éducation dans les ateliers de Jules Cavelier, Louis-Ernest Barrias et Alfred-Désiré Lanson à l'École des beaux-arts de Paris. De retour à Marseille il est nommé professeur à l'École des beaux-arts de la ville, mais expose rarement du fait de sa santé fragile. Il meurt à Marseille le .

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Amour maternel, 1903, groupe en marbre[3] , [4].
  • Jeunes Filles au piano, 1905, bas-relief en plâtre, musée des Beaux-Arts de Marseille.
  • Nef, Taureau, Lion et Diane, 1904, quatre médaillons en pierre suspendus à des têtes de lions enrubannés, façade principale de l'hôtel de la Caisse d'Épargne de Marseille, place Estrangin-Pastré.
  • Monument au sergent Casalonga de la 10e compagnie du 3e régiment, mort en à Madagascar, 1910, statue en bronze, en collaboration avec son élève Henri Raybaud, près du monument aux morts d'Alata (Corse-du-Sud). Sur le socle de cette statue est scellée une plaque de bronze sur laquelle est gravée une citation du général Gallieni : « Le sergent Casalonga de la 10e compagnie du 3e régiment de tirailleurs sénégalais étant assiégé avec neuf tirailleurs sénégalais dans l'église d'Ampasimena par des bandes considérables de rebelles y a opposé une résistance héroïque qui a duré dix jours et ne s'est terminée que par l'anéantissement complet du petit détachement après avoir brûlé leurs cartouches et fait détruire au fur et à mesure les fusils de ceux qui tombaient[5] ».

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hommage[modifier | modifier le code]

Une place de Marseille porte son nom[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales des Bouches-du-Rhône acte de naissance no 86 dressé le 20/11/1862, vue 24 / 26 (sélectionner année : de 1853 à 1862)
  2. Filae acte no 15 dressé le 03/01/1912.
  3. Marseille, ville sculptée
  4. Conceptantiques.
  5. CNRS, Université Pascal Paoli.
  6. Adrien Blès, Dictionnaire historique des rues de Marseille : Mémoire de Marseille, Marseille, Jeanne Laffitte, , 441 p., 32 × 22 cm (ISBN 2-86276-195-8, OCLC 21443673, notice BnF no FRBNF35056428), p. 286.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]