Valais (bateau à vapeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Valais.

Valais
Image illustrative de l’article Valais (bateau à vapeur)
À Montreux, carte postale ancienne
Type bateau-salon
Histoire
Chantier naval Sulzer Frères, Winterthour
Lancement 1913
Statut désarmé en 1962
transformé en 1966 en restaurant
démoli en 2003
Caractéristiques techniques
Longueur 67,80 m (hors-tout)
60 m (entre perpendiculaires)
Maître-bau 7,20 m
14,30 m (largeur hors-tout)
Tirant d'eau 1,40 m (à lège) - 1,66 m (en charge)
Déplacement 314 t ?
Propulsion machine à vapeur oblique
2 cylindres, compound
Puissance 900 ch
Vitesse 27,5 km/h max.
Caractéristiques commerciales
Pont 2
Passagers 1 100

La Valais est un bateau de la Compagnie générale de navigation sur le lac Léman (CGN) démoli en 2003. C'est un bateau à vapeur et à roues à aubes.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Valais est construit en par Sulzer Frères à Winterthour (Suisse) pour la CGN. Il a pour jumeau la Savoie construite en 1914. Les deux bateaux ont été commandés le . Le Valais est construit entre janvier et septembre 1913, ce qui est un record de rapidité pour l'époque[1].

Une illumination est installée en 1927. Un toit en métal et des vitrages sont posés sur le pont supérieur en 1928, des sanitaires sont installés en 1932. Une révision complète est effectuée en 1953[1].

Le Valais est mis hors service et désarmé en 1962. Il est débaptisé et amarré dès 1966 en rade de Genève, au quai du Jardin anglais, en tant que bateau-restaurant. La CGN y installe ses bureaux et sa billetterie[1]. Sa machine est alors déposée et du béton est coulé dans la cale pour le lester. En 2000, les boiseries de son salon sont déposées et récupérées pour le Montreux.

Suite à un conflit entre la CGN et le restaurateur locataire du bateau, Jean-Pierre Reichenbach, le conseil d'administration de la CGN décide le de faire démolir le Valais[2]. La démolition est autorisée par le canton de Vaud en novembre 2001[3]. Il est transféré à Ouchy le . La justice vaudoise ordonne l'arrêt de la démolition du Valais et décide qu'il restera à la disposition d'un acquéreur éventuel jusqu'au . Le , à la demande de l'Association pour la sauvegarde du bateau Valais, une motion urgente au Conseil municipal de la Ville de Genève est débattue pour étudier la possibilité de sauvegarder le bateau[4]. La démolition débute finalement le [5],[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jacques Christinat, Bateaux du Léman : deux siècles de navigation, Cabédita, 2003. (ISBN 2-88295-061-6)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  1. a b et c Christinat Jacques, Bateaux du Léman, deux siècles de navigation, Yens-sur-Morges, Cabédita, , 259 p. (ISBN 2882950616 et 9782882950611, OCLC 416993846), p. 168-169
  2. « La CGN compte saborder le «Valais», restaurant flottant de la rade de Genève depuis 1966 », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 23 février 2019).
  3. « Le canton autorise la démolition du bateau « Valais » », sur vd.ch, Bureau d'information et de communication du canton de Vaud, (consulté le 23 février 2019).
  4. « Délibération du 7 octobre 2003 concernant le bateau Valais », sur ville-geneve.ch, Mémorial des séances du conseil municipal de la ville de Genève, (consulté le 23 février 2019)
  5. 24 heures, 9 juillet et 8 août 2001 ; puis les 12, 17, 18 et 30 septembre 2003.
  6. « Bateau à vapeur S/S Valais », sur www.cgn02.ch (consulté le 23 février 2019).