Underground Resistance

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Underground Resistance
Description de l'image Underground resistance.jpg.
Filiale Los Hermanos, Red Planet, Somewhere In Detroit, Soul City
Fondation 1990
Fondateur Mike Banks
Jeff Mills
Genre Techno de Détroit
Electro
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Siège Détroit
Site web Underground Resistance
Underground Resistance
Pays d'origine Détroit Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Techno, electro
Années actives 1990 - présent
Labels Underground Resistance
Submerge Recordings
Somewhere In Detroit
Tresor
Site officiel undergroundresistance.com
Composition du groupe
Membres
Mad Mike
James Pennington
Andre Holland
Cornelius Harris
Dan Caballero
Frankie Fultz
Galaxy 2 Galaxy
Gerald Mitchell
Ghetto Tech
Marc Floyd
Mark Taylor
Milton Baldwin
Chuck Gibson
Raphael Merriweathers Jr.
Santiago Salazar
Anciens membres Jeff Mills
Robert Hood
DJ Rolando
Drexciya

Underground Resistance, connu sous le sigle UR (à prononcer You Are), est un label de musique électronique et un collectif de producteurs, de musiciens et de DJ fondé à Détroit le par Mike Banks (dit « Mad Mike »), Jeff Mills, Robert Hood et Darwin Hall (alias « D-Ha »).

Comme la plupart des labels techno de Détroit, Underground Resistance est majoritairement composé d'artistes Noirs américains, mais il est bien davantage impliqué dans la communauté noire de Détroit et plus engagé politiquement contre une situation sociale toujours très difficile pour les Afro-Américains de cette ville. Inspiré de l'èthos militariste de Public Enemy, le label fonctionne en autarcie, disposant non seulement de ses propres studios d'enregistrement mais aussi de sa propre structure de distribution : Submerge. UR a toujours mis en avant la production musicale et l'ego du musicien (ou du disc-jockey) en retrait, d'où un anonymat revendiqué (utilisation systématique de pseudonymes, peu ou pas d'apparitions dans les médias).

Origines[modifier | modifier le code]

C'est dans les ghettos noirs de Détroit qu'est né Underground Resistance. Le collectif porte en lui cette volonté forte de rester en marge des systèmes de production musicale classiques, et de privilégier la musique au musicien[réf. nécessaire]

Dans les années 1990, Underground Resistance a incarné un idéal, de changement social face à une histoire marquée par la ségrégation ethnique, sociale et spatiale, et de combat contre l'imposition des majors et de la société de consommation[réf. nécessaire].

Si UR symbolise à lui seul la techno de Détroit, son catalogue n'en est pas moins très varié, inspiré tant par le funk, le P-funk et le son de la Motown que par la soul ou la house de Chicago. Dans le domaine plus strictement électronique, on retrouve des influences de musique industrielle et d'EBM (soit les premiers pas de Jeff Mills en tant que producteur), ainsi que de nombreux éléments Electro propres à Kraftwerk et Cybotron. Jusqu'en 1992, la plupart des productions du label ont été le fait de Mike Banks, Jeff Mills et Robert Hood (selon diverses combinaisons ou en solo, sous les noms Underground Resistance, X-101 ou X-102). Jeff Mills et Robert Hood ont ensuite quitté la formation pour poursuivre leurs carrières personnelles, avec succès.

Pour Mike Banks, UR a été et reste une plateforme destinée avant tout aux artistes de Détroit. Il est resté fidèle à sa ligne de conduite inflexible, communautaire et indépendante, au détriment d'un succès international toujours à portée de main.

Manifeste du label[modifier | modifier le code]

« Underground Resistance est le label d'un mouvement. Un mouvement qui veut le changement par la révolution sonore. Nous vous exhortons à rejoindre la Résistance et à nous aider à combattre la médiocrité des programmations sonores et visuelles destinées aux habitants de la Terre. Ces programmations entretiennent la stagnation des esprits, édifient un mur entre les races et s'opposent à la paix mondiale. C'est ce mur que nous allons détruire. En puisant dans l'inépuisable potentiel énergétique du son, nous allons détruire ce mur aussi sûrement que certaines fréquences brisent le verre. La musique techno se base sur l'expérimentation; c'est une musique pour le futur de la Race Humaine. Sans cette musique il n'y aura ni paix, ni amour, ni espérance. La techno a permis à des personnes de toutes nationalités de partager du plaisir ensemble sous un même toit simplement par le son. N'est-il pas évident que la musique et la danse sont les clefs de l'univers? Les tribus soi-disant primitives le savent depuis des milliers d'années! Nous encourageons nos frères et nos sœurs de l'underground à créer et transmettre leurs timbres et fréquences sans se soucier du fait que leurs instruments soient ou non primitifs. Transmettez ces fréquences et semez la confusion chez les programmeurs!

Longue vie à l'underground...[1] »

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

Liste non exhaustive des membres actuels.

Anciens membres[modifier | modifier le code]

Style et production[modifier | modifier le code]

En tant que collectif de producteurs, DJ et musiciens, Underground Resistance a produit de nombreux artistes aux sonorités diverses et variées. Le collectif défini ses genres musicaux comme étant : « Hi-tech soul, Cosmic jazz-funk, Riot disco, Timeless electro » [2], révélant ainsi son goût pour l’éclectisme et le mélange des styles, tout en montrant ses influences du hip-hop, de la Motown, du funk, de la soul, ou de la house[3].

La techno de Underground Resistance garde cependant dans son côté très industriel la trace de Detroit et a forgé l'image de la techno de Detroit[4].

UR est à l'origine de morceaux fondateurs d'une techno militante et politique. Punisher, sorti en 1991, envoie ainsi un message fort de rage, de misère et de colère, sur fond de référence à Kraftwerk[5].

Labels[modifier | modifier le code]

Le collectif est à l'origine de plusieurs labels, parmi lesquels on peut compter :

Happy Records, Happy Soul, Red Planet, World Power Alliance, Somewhere In Detroit, Submerge[2].

Discographie partielle[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Creed », sur undergroundresistance.com (consulté le 2 novembre 2010)
  2. a et b (en) « UNDERGROUND RESISTANCE - info », sur facebook.com
  3. « Mad Mike : le fondateur d'Underground Resistance en interview dans Trax Magazine », sur Traxmag.com
  4. « Underground Resistance », sur novaplanet.com
  5. Quentin Monville, « Morceau classique : “Punisher” d’Underground Resistance, la révolte depuis 1991 », Les Inrocks - en ligne,‎ (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres artistes de Détroit
Divisions du label Underground Resistance

Lien externe[modifier | modifier le code]