Turbomeca Artouste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Artouste (homonymie).
image illustrant l’aéronautique
Cet article est une ébauche concernant l’aéronautique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Artouste
Vue du moteur
Turbomeca Artouste IIIB.

Constructeur Drapeau : France Turbomeca
Utilisation Alouette II
Alouette III
Caractéristiques
Type Turbomoteur[1]
Longueur 1 814 mm
Diamètre 667 mm
Masse 178 kg
Composants
Compresseur Un étage axial + Un étage centrifuge
Chambre de combustion Annulaire
Turbine Axiale, à 3 étages

Les turbomoteurs Artouste sont des produits de la société française Turbomeca. Ils équipent entre-autres les hélicoptères Alouette II et Alouette III.

Généralités[modifier | modifier le code]

Initialement conçu comme Groupe auxiliaire de puissance, l’Artouste fut rapidement adapté à la propulsion des aéronefs, et trouva sa place comme groupe turbomoteur pour hélicoptères dans les années 1950. L’Artouste est construit sous licence par Bristol Siddeley (en) (anciennement Blackburn Aircraft) au Royaume-Uni, Hindustan Aeronautics Ltd. (HAL) en Inde, et développé par Continental CAE aux États-Unis sous l'appellation Continental T51. Sa puissance est de l'ordre de 400 ch (300 kW)[2].

Versions[modifier | modifier le code]

  • Artouste I
  • Artouste II
  • Artouste IIB
  • Artouste IIC : 500 ch (367,70 kW)[3] ;
  • Artouste IIC6
  • Artouste IIIB : 550 ch (404,47 kW)[3] ;
  • Artouste IIID
  • Continental T51 : Production et développement sous licence de l’Artouste aux États-Unis ;
  • Turbomeca Marcadau : Dérivé turbopropulseur de l’Artouste II, produisant une puissance de 408 ch (300 kW) à travers une boîte à engrenages réducteurs d'un rapport de 2,3 : 1.

Applications[modifier | modifier le code]

Exposition[modifier | modifier le code]

Un Artouste est présenté au public à l’Helicopter Museum (en) de Weston.

Notes et éférences[modifier | modifier le code]

  1. (en) Gunston 1989, p. 163
  2. (en) « FAA Type Certificate Data Sheet » [PDF] (consulté le 4 décembre 2016)
  3. a et b (en) Taylor 1962

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]