Turbomeca Makila

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Turbomeca Makila
(caract. Makila 2A)
Vue du moteur
Un Makila vu en coupe. En rouge, la chambre de combustion.

Constructeur Drapeau de la France Turbomeca
Drapeau de la France SAFRAN
Premier vol [1]
Utilisation AS.332 Super Puma
AH-2 Rooivalk
Caractéristiques
Type Turbomoteur[2] à turbine libre[1]
Longueur 1 836 mm
Diamètre 498 mm
Masse 278,9 kg
Composants
Compresseur BP : 3 étages axiaux
HP : 1 étage centrifuge
Chambre de combustion Annulaire à flux inversé (« reverse flow »)
Turbine Régénération : Axiale, à 2 étages
Prise de puissance : Libre, à 2 étages
Puissance maximale 2 415 ch, soit 1 801 kW

Le Turbomeca Makila est un turbomoteur français fabriqué par Turbomeca. Destiné à équiper les hélicoptères lourds (de 9 à 12 tonnes), sa puissance maximale sur l'arbre va de 1 800 ch (1 323,7 kW) à 2 100 ch (1 544,3 kW)[3].

En 2012, quelque 2 200 exemplaires de ce moteur avaient été produits[3], dont 500 Makila 2, et avaient accumulé plus de 10 millions d'heures de fonctionnement[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Le Makila 1[modifier | modifier le code]

S'appuyant sur l'expérience gagnée en concevant le cœur de l’Astazou XX[1], Turbomeca (désormais Safran Helicopter Engines) a lancé le développement de la première version du Makila, le Makila 1A de 1 800 ch (1 323,7 kW), en 1973[3]. Il avait pour objectif de motoriser l'hélicoptère de transport moyen AS.332 Super Puma, version agrandie et modernisée du SA.330 Puma. Le Makila 1A a été démarré pour la première fois fin 1976[1] et réalisé ses premiers essais en vol en à bord d'un Puma modifié[1], le SA.331 Puma Makila. Il a reçu sa certification en 1980. Dès 1984 était mise en route la production d'une version plus puissante, le Makila 1A1, produisant une puissance sur l'arbre de 1 820 ch (1 338,4 kW)[3].

La version Makila 1A2, destinée au Super Puma Mk.2, est entrée en production en 1991. Il a été le premier turbomoteur au monde à être certifié avec des aubes de turbine monocristallines, et un régime de fonctionnement d'urgence avec puissance augmentée durant une période pouvant atteindre 30 secondes[3]. Un dérivé de ce moteur, le Makila 1K2 a été choisi pour équiper l'hélicoptère d'attaque sud-africain Denel AH-2 Rooivalk.

Le Makila 2[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1990, SAFRAN lance la version évoluée du Makila 1, le Makila 2, dont la puissance passe à 2 000 ch (1 470,8 kW)[3], et qui intègre un nouveau compresseur axial et centrifuge, ainsi qu'une turbine libre à deux étages dotée d'ailettes renforcées. La particularité de cette turbine est de disposer d'un système nouveau désigné « blade shedding »[3], qui permet de confiner les morceaux à l'intérieur de l'enveloppe du moteur si une rupture interne venait à apparaître. Ces évolutions font du Makila 2 un moteur fiable et performant, apprécié pour les missions de transport offshore, vers les plateformes pétrolières[3]. Le Makila 2A, certifié en 2004 équipe l'hélicoptère EC.225 Super Puma[3], devenu ensuite H.225M depuis le changement de nom de l'entreprise Eurocopter pour Airbus Helicopters. Son intervalle d'utilisation entre deux révisions majeures est de 2 500 heures[4].

En 2014, Safran Helicopter Engines a lancé le développement du Makila 2B. Toujours en développement, il est lui-aussi destiné à motoriser le H.225 d’Airbus Helicopters[3].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les turbomoteurs Makila disposent d'une architecture modulaire : une entrée d'air, un compresseur doté de trois étages axiaux et d'un centrifuge, une chambre de combustion annulaire à flux inversé[1], et une turbine à deux étages. Une turbine libre à deux étages est chargée de transmettre l'énergie de la combustion sous forme de couple sur l'arbre de sortie du moteur.

Les dernières versions du Makila intègrent une régulation numérique pleine autorité de type FADEC (Full Authority Digital Engine Control), qui permet d'alléger la charge de travail des pilotes et d'accroître la sécurité durant la mission.

Versions[modifier | modifier le code]

(Note : La puissance OEI, pour « One Engine Inopérative », correspond à la puissance d'urgence en cas de panne d'un des deux moteurs)

  • Makila 1A : 1 800 ch (1 323,7 kW)
  • Makila 1A1 :
    • Puissance au décollage : 1 820 ch (1 338,4 kW)
    • Puissance en croisière : 1 589 ch
    • Puissance OEI : 1 877 ch ;
  • Makila 1A2 :
    • Puissance au décollage : 1 845 ch (1 376 kW)
    • Puissance en croisière : 1 657 ch
    • Puissance OEI : 2 109 ch;
  • Makila 1K2 : Makila 1A2 pour le Denel AH-2 Rooivalk. 1 904 ch (1 420 kW) ;
  • Makila 2 : 2 000 ch (1 470,8 kW), dispose d'une sécurité améliorée contre les défaillances internes ;
  • Makila 2A :
    • Puissance au décollage : 2 140 ch (1 573,5 kW)
    • Puissance en croisière : 1 970 ch
    • Puissance OEI : 2 415 ch ;
  • Makila 2A1 : 2 382 ch (1 776 kW) ;
  • Makila 2B : Développement commencé en 2014, toujours en cours.

Applications[modifier | modifier le code]

Hélicoptères[modifier | modifier le code]

Train[modifier | modifier le code]

  • Turboliner (en) : Deux turbomoteurs Makila T1 de 1 600 ch (1 200 kW).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) « International Turbine Engine Directory : Turbomeca Makila » [PDF], Flight International magazine, Flight Global/Archives, , p. 66.
  2. (en) Gunston 1989.
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k « Makila », sur http://www.safran-helicopter-engines.com/, SAFRAN (consulté le 7 décembre 2016).
  4. « Makila 2A / 2B », sur http://www.safran-helicopter-engines.com/, SAFRAN (consulté le 7 décembre 2016).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]