Traité des Dappes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire
Cet article est une ébauche concernant l’histoire.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le traité des Dappes est un traité du entre la France et la Suisse, rectifiant le passage de la frontière franco-suisse dans la vallée des Dappes.

Extraits du traité[modifier | modifier le code]

Carte figurant dans l'annexe du Traité des Dappes de 1862 détaillant l'échange de territoires entre la Suisse et la France après ratification
Carte figurant dans l'annexe du Traité des Dappes de 1862 détaillant l'échange de territoires entre la Suisse et la France après ratification
  • La Confédération suisse abandonne et la France reprend la possession et pleine souveraineté de la partie de la vallée des Dappes, comprenant :
  1. Le mont des Tuffes et ses versants, jusques et y compris la route des Rousses à la Faucille ;
  2. une bande de terrain au levant de cette route, d’une largeur moyenne d’environ 500 pieds suisses, soit 150 mètres, suivant la direction indiquée d’une manière générale par le plan annexé 2 au présent Traité.
  • La France cède à la Confédération Suisse, pour faire partie de l’État de Vaud, un territoire d’une contenance équivalente s’étendant du point de bifurcation des routes de St. Cergue et de la Faucille, le long des pentes du Noirmont jusqu’à la limite du district de la Vallée de Joux suivant la direction indiquée d’une manière générale par le plan annexé 3. La route de St. Cergue à partir du lieu dit la Cure fait partie de cette cession.
  • Il ne sera élevé aucun ouvrage militaire sur les portions de territoire indiquées dans l’article précédent.

Le traité est ratifié par les deux parties le .

Conséquence géographique[modifier | modifier le code]

En conséquence de ce traité, certaines maisons de La Cure (village franco-suisse de la commune des Rousses et de Saint-Cergue), qui avaient toujours été françaises, devinrent partiellement suisses. Certaines se trouvent aujourd'hui encore dans une situation particulière : traversées par la frontière, elles possèdent un pied en France et l'autre en Suisse[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La Cure (VD) - Saint-Cergue, map.geo.admin.ch.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

François Schröter, Les frontières de la Suisse : questions choisies, Zurich / Schulthess, Paris / LGDJ, Bruxelles / Bruylant, 2007 (pp. 523-527)