Traffic Message Channel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Traffic Message Channel, ou TMC, est une norme européenne qui permet de diffuser des informations de circulation aux automobilistes, généralement via le système RDS de la radio FM. Cependant, il peut aussi transiter par d'autres moyens de transmission, par exemple le DAB[1],[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Le développement du TMC a commencé dans le cadre du programme DRIVE 1 (1989-1991) de l'Union européenne[3]. À partir de 1995, les projets FORCE/ECORTIS et EPISODE, eux aussi subventionnés par l'Union européenne, ont visé à assurer la coordination des acteurs pour le déploiement effectif du RDS-TMC[4].

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le codage des informations a été défini dans le cadre du projet européen ALERT (Advice & problem Location for European Road Traffic). Deux protocoles ont été définis[5],[6] :

  • Alert-C, utilisé actuellement, qui repose sur la notion d'événement caractérisé par son type (animal sur la chaussée, bouchon, etc.), un code de position, une indication de sens, et une information temporelle. La norme définit 1460 évènements standardisés. Quant aux codes de position, ils dépendent de la région : parmi les 65536 codes possibles, seuls les 2048 derniers sont définis au niveau européen (Euroad), les autres sont définis dans des tables régionales (Location tables).
  • Alert-Plus, promu par Mediamobile (groupe TDF) en France, qui repose sur la notion d'état des portions de route. Cela permet d'indiquer le niveau de trafic (fluide, dense, bouché) sur les différents tronçons routiers, ainsi que les disponibilités des parkings publics. Alert-Plus requiert un débit d'information significativement plus grand qu'Alert-C, ce qui rend sa diffusion par RDS délicate. Ce type de service a été expérimenté à la fin des années 1990 et au début des années 2000 par Mediamobile en Île-de-France, sur le RDS et sur le DARC.

Mediamobile diffuse désormais sur le RDS un service Alert-C appelé V-Trafic.

En pratique, les services RDS-TMC sont parfois payants. Afin de restreindre l'utilisation de leur service à leurs seuls abonnés, les exploitants introduisent alors des permutations dans la nomenclature des codes de position. Seuls les récepteurs habilités sont alors capables de retrouver la correspondance; les messages RDS-TMC sont inexploitables par les autres récepteurs.

Utilisation pratique[modifier | modifier le code]

Les informations RDS-TMC peuvent être affichées sur une carte, par exemple sur l'écran d'un système de guidage par GPS. Les logiciels de calcul d'itinéraires peuvent même tenir compte de ces informations afin d'éviter les accidents, embouteillages et fermetures.

Sécurité du RDS-TMC[modifier | modifier le code]

En 2007, deux experts italiens, Andrea Barisani et Daniele Bianco ont annoncé lors de la conférence CanSecWest la découverte d'une « faille de sécurité » dans le système de diffusion des informations TMC par RDS. En effet, ils ont diffusé à l'aide de moyens rudimentaires de fausses données RDS-TMC, indiquant par exemple à un récepteur GPS que certaines routes étaient fermées[7],[8].

Toutefois, le fait que les informations RDS-TMC soient diffusées de manière publique par un émetteur FM, rend aisés la surveillance et le contrôle des données RDS, 24h/24h (cf. le système Fmnet). La diffusion de données erronées ou malveillantes mettrait immédiatement en cause l'opérateur exploitant le (faux) service RDS-TMC, la fréquence associée et le détenteur de l'autorisation d'émettre. Les infrastructures d'émission radio FM et les dispositifs de traitement de données impliquant le RDS et le RDS-TMC sont réputées pour offrir une sécurité particulièrement importante. Le TISA Forum souligne que de telles perturbations auraient finalement peu de chances de conduire à des effets notables sur les terminaux, tout en exposant leurs auteurs à des poursuites sérieuses[9], ce qui est de nature à dissuader d'éventuels pirates.

Services TMC disponibles dans le monde[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

En Belgique, il y a quatre systèmes : TMobilis pour l'ensemble du royaume, TIC-VL et 4FMTMC pour la Flandre, et la RTBF pour la Wallonie et Bruxelles. Tous, à l’exception de TMobilis, sont gratuit. Le premier système à être introduit a été TMobilis, fournis pas Be-Mobile et Touring Mobilis. Il est le seul à couvrir tout le territoire du pays et de ses baser sur les sources des gouvernements bruxellois, flamand et wallon, de la police, du Floating Car Data basé sur les GSM Proximus et des GPS embarqués.

Le service TIC-VL produit par la VRT via Radio 2 en Flandre. Il utilise les données du Vlaams Verkeerscentrum.

À Bruxelles et en Wallonie, c'est la RTBF via Classic 21 qui diffuse les informations en provenance du centre PEREX, basé à Daussoulx, géré par le SPW.

Et enfin, le dernier système 4FMTMC géré par Vialis (qui opère également aux Pays-Bas) diffuse les données du Vlaams Verkeerscentrum et de PEREX via la radio flamande Joe FM (anciennement 4FM).

Finlande[modifier | modifier le code]

V-Traffic, le service RDS-TMC payant en Finlande, est proposé par Mediamobile depuis 2007. Le service couvre les plus grandes villes et les plus grandes routes du pays. Les messages TMC sont diffusés à l’échelle nationale sur Yle Radio Suomi. V-Traffic utilise plusieurs sources d’information pour diffuser des données validées relatives au trafic, incluant les données de véhicule flottant (FCD), mais aussi les données provenant des autorités publiques, des caméras de surveillance, des stations de radio, des usagers de la route et de nombreuses entreprises partenaires. Le service est crypté sur la base des spécifications de la TISA. Le service est disponible sur la majorité des systèmes de navigation des constructeurs, tels que Volkswagen, Audi, Seat, Opel, Volvo, Toyota, Lexus, Mercedez-Benz, Subaru, Suzuki et Skoda, ainsi que sur les GPS Garmin.

La table des localisants est publique et est publiée par l’Office des transports finlandais, Liikennevirasto[10]. La dernière version V2.1, contient approximativement 28 000 points localisants.

France[modifier | modifier le code]

La liste des codes de positions (localisants ponctuels, linéaires ou surfaciques) pour la France est publiée par le Sétra (Service d'études sur les routes, les transports et leurs aménagements, qui dépend du ministère de l'équipement). Cependant, elle n'est utilisée telle-quelle que par le service autoroutier gratuit. Les autres diffuseurs utilisent des permutations afin de restreindre l'accès au service à leurs abonnés.

Depuis 2012, il n’existe que des services de RDS-TMC payants en France :

  • V-Traffic, proposé par Mediamobile, filiale du groupe TDF, avec deux actionnaires : Renault et Vinci. Le service de trafic routier fournit des informations en temps réel sur 185 000 km de routes principales en France, incluant toutes les autoroutes (11 800 km). Il est transmis sur les ondes radio de France Inter et est diffusé nationalement (couverture nationale de 99%). Le service n’est pas crypté, mais l’accès y est restreint par l’utilisation d’une table des localisants TMC spécifique. En 2010 l’entreprise signe un partenariat avec Météo-France et créé un service commun pour prévenir des dangers liés à la météo routière.
  • ViaMichelin Trafic, utilisé notamment par les systèmes intégrés sur les véhicules construits par PSA Peugeot Citroën à la suite de l'accord signé entre les deux sociétés en 2005. Il est diffusé par ViaMichelin sur diverses radios, dont NRJ, Latina et Radio FG.

Les tables des localisants TMC sont publiées par l’agence gouvernementale SETRA. La dernière version 10.1, a été certifiée par la TISA en 2013 et rendue public en 2014. Elle couvre 184 913 km de route en France, et contient environ 25 984 points localisants.

Norvège[modifier | modifier le code]

Depuis 2009, NRK teste un service TMC public. Le service est transmis via la fréquence P1. NRK diffuse des informations concernant les travaux routiers, les fermetures prévues et les chemins de montagne fermés l’hiver. Les actualités sur les accidents et autres informations imprévues sont faites ponctuellement du lundi au vendredi de 05.30 à 22.00, le samedi de 09.30 à 17.00 et le dimanche de 13.00 à 22.00.

Le réseau FM norvégien fermera en janvier 2017, et il est prévu que le service d’essai de NRK s’arrête aussi.

La station de radio commerciale P4 et Mediamobile fournisse un service TMC, appelé V-Traffic en Norvège. Le service est crypté mais est accessible gratuitement pour tous les utilisateurs privés lorsque le fabricant du navigateur l’a introduit dans ses produits.

Depuis 2014, P4 et Mediamobile gèrent un service de radio digitale qui remplace le RDS-TMC en Norvège. Ce service s’appelle V-Traffic DAB. Statens vegvesen, l’Administration publique des routes de Norvège, publie les tables des localisants.

Pologne[modifier | modifier le code]

Depuis le 1er mai 2010, des services TMC payants sont disponibles en Pologne, transmis par la station de radio RMF FM. Le service, appelé V-Traffic, est proposé par Mediamobile, une filiale du Groupe TDF, l’un des plus grands fournisseurs de services de diffusion en Europe, basé à Paris.

En Pologne, le service est disponible dans les dispositifs/système GPS : Garmin, Mio and Becker ainsi que dans les systèmes de navigation embarqués de Toyota, Volvo et Ford. Le service est basé sur plusieurs centaines de sources différentes, traitées automatiquement ou manuellement par les opérateurs du centre d’information trafic Mediamobile basé à Varsovie. La couverture minimale garantie du signal est de 95% de la population et de 93% de la couverture géographique.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Wolfgang Hoeg, Thomas Lauterbach, Digital audio broadcasting: principles and applications of DAB, DAB+ and DMB, Willey, 2003. Section 4.6.1, Traffic Message Channel, p. 187.
  2. Institut für Rundfunktechnik (IRT), Traffic Message Channel TMC.
  3. Dietmar Kopitz, Bev Marks, Radiodiffusion d’informations sur le trafic et le tourisme – Protocoles pour le 21e siècle. Revue Technique de l'UER, Printemps 1999.
  4. EBU, European Standards for RDS-TMC, 1998.
  5. Mediamobile, Newsletter de septembre 2006 : dossier, le RDS-TMC.
  6. Dietmar Kopitz, Bev Marks, RDS: The Radio Data System, Artech House Publishers, 1999. Chapitre 7, Intelligent Transport Systems and RDS-TMC.
  7. Andrea Barisani et Daniele Bianco, Unusual Car Navigation Tricks: Injecting RDS-TMC Traffic Information Signals, présentation effectuée à CanSecWest 2007.
  8. (fr) Futura Sciences, Les pirates bientôt à l'assaut des GPS ?.
  9. TISA Forum, [1].
  10. http://portal.liikennevirasto.fi/sivu/www/e