Trèfle hybride

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Trifolium hybridum

Le Trèfle hybride (Trifolium hybridum ) est une plante herbacée appartenant au genre Trifolium et à la famille des Fabacées (ou légumineuses). C'est une espèce prairiale annuelle ou bisannuelle fréquemment utilisée comme fourrage.

Son nom provient du fait que Linné avait pensé qu'il s'agissait d'un hybride entre le trèfle blanc et le trèfle violet. Le trèfle hybride est une plante vivace cultivée.

Description[modifier | modifier le code]

C'est une plante annuelle ou bisannuelle de 25 à 60 cm, à tige glabre, ascendante et peu ramifiée. Les feuilles sont alternes. trifoliolées, à folioles étroites, émoussées et dentées, de 1 à 2 cm de long. Les stipules unies au pétiole[1]. La floraison a lieu de juillet à août. Les fleurs sont d'un blanc sale ou rosées et assez grandes. Les gousses sont des cosses indéhiscente incluses dans le calice. Les fleurs sont à corolle irrégulière (zygomorphe) de 7 à 12 mm de long. Les cinq pétales sont blancs à rougeâtres, puis marrons. Capitule de fleurs blanc et rose réunies en une tête, 20-35 mm de largeur, sur un long pédoncule.[2]

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

Générale au Québec et dans les Maritimes. La forme cultivée, Trifolium hybridum subsp. hybridum, a été introduite dans les Îles Britanniques et dans toutes les régions tempérées du monde, où elle s'est souvent naturalisée.[3]

Du fait de son adaptation à des sols plus froids et humides que ceux exigés par les autres espèces du même genre (trèfle blanc, Trifolium breersim, Trigolium fragiferum), sa culture se pratique essentiellement dans les zones froides et subarctiques de l'hémisphère nord. La plante croît naturellement le long des chemins et des cours d'eau, dans les champs en friche, dans les prairies humides, sur les flancs des montagnes[4],[5] champs cultivés, prés, pâturages et bords des routes. Floraison juin à octobre[6].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Très résistant au froid et à la submersion, le trèfle hybride est courant dans les champs, les prairies, en bord de routes.

Il est adapté aux sols compactés, humides et asphyxiants et s’accommode de terres peu profondes. Par contre, il est peu tolérant à la chaleur et à la sécheresse.

C'est une bonne espèce mellifère reconnue[7].

Sa valeur alimentaire est bonne[8]. Pour fourrage vert au 1er cycle, fauché en début floraison, en g/kg de matière sèche(MS) on trouve : MS : 123; MAT : 195; UFL : 0,89; UFV : 0,84; PDIN[9] : 122; PDIE[10] : 97

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. description du trèfle hybride
  2. Parent, Sylvain, 1959- et Leboeuf, Michel, 1962-, Fleurs des champs du Québec et des Maritimes, Éditions M. Quintin, (ISBN 978-2-89435-522-0, 289435522X et 9782894355237, OCLC 696908713, lire en ligne)
  3. (en) Eric Hulten, Flora of Alaska and Neighboring Territories : A Manual of the Vascular Plants, Stanford University Press, , 1008 p. (ISBN 0-8047-0643-3, lire en ligne).
  4. (es) Benaigas C., Besnier F., Casallo A., Hidalgo F., Hycka M., Gedea Lonbriel M., García Gutierrez J., Queipo de LLano J., Yerta,J.R., Diez temas sobre plantas forrajeras, Ministère de l'Agriculture -Espagne, .
  5. (en) « Trifolium hybridum (Alsike Clover) », Online Atlas of the British and Irish Flora (consulté le ).
  6. Parent, Sylvain, 1959- et Leboeuf, Michel, 1962-, Fleurs des champs du Québec et des Maritimes, Éditions M. Quintin, (ISBN 978-2-89435-522-0, 289435522X et 9782894355237, OCLC 696908713, lire en ligne)
  7. « Les plantes attractives pour les abeilles », liste de plantes mellifères, sur Jardiner autrement.
  8. sur le guide des espèces fourragères du Gnis
  9. Protéines digestibles dans l'intestin permises par l'azote.
  10. Protéines digestibles dans l'intestin permises par l'énergie.

Sur les autres projets Wikimedia :