Touria El Glaoui

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Touria El Glaoui
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Père
Parentèle
Thami El Glaoui (grand-père paternel)
Mehdi El Glaoui (cousin germain)
Mohammed el Mokri (arrière-grand-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Distinction
Œuvres principales
1:54 (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Touria El Glaoui, née en 1974, est une entrepreneure franco-marocaine, fondatrice de la foire d'art contemporain africain 1-54, qui se tient chaque année à Londres, New York et Marrakech. Elle s’emploie à favoriser l’émergence d’un marché et à faire connaître l’art contemporain africain au niveau international.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née en 1974 à Casablanca, elle est la fille du peintre Hassan El Glaoui et de l’ancienne mannequin de Givenchy, Christine Legendre[1]. Elle est également la petite-fille de Thami El Glaoui, pacha de Marrakech, qui joua un rôle politique et militaire significatif au Maroc, dans la première moitié du XXe siècle (jusqu’à sa mort en 1956).

Son enfance a pour cadre Rabat. Elle est scolarisée au Collège royal. Elle étudie à New York, à l'université Pace, la gestion stratégique et les affaires internationales.

Elle travaille d'abord pour la banque d’investissement Salomon Smith Barney, où elle occupe le poste de conseillère en gestion de patrimoine, avant de déménager à Londres en 2001 où elle rejoint le groupe Cisco Systems. Amenée à parcourir le continent africain et le Moyen Orient dans le cadre de ce poste, elle s’intéresse à l’art et aux créateurs. Elle organise une exposition sur les relations entre Winston Churchill et son père, à Londres et à Marrakech.

Elle quitte ses fonctions en 2013 afin de créer 1-54 Contemporary African Art Fair, dont la première édition se tient à Londres en , à Somerset House[2]. Elle développe ensuite cette foire à New York, où elle se tient annuellement depuis 2015[2], et à Marrakech, depuis 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Michel 2015, Jeune Afrique.
  2. a et b Azimi 2015, Le Monde.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) « How She Did It : The bravest thing I've done? Set up an African art fair in London », The Telegraph,‎ (lire en ligne).
  • Roxana Azimi, « Touria El Glaoui : L’idée d’une collection panafricaine est un concept européen », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  • Nicolas Michel, « Maroc : Touria El Glaoui, une pour tous », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne).
  • Nicolas Michel, « Rencontre avec Touria El Glaoui, fondatrice de la foire d’art contemporain africain 1:54 », Jeune Afrique,‎ (lire en ligne).
  • François de Labarre, « Touria El Glaoui fait rayonner la scène artistique africaine », Paris Match,‎ (lire en ligne);