Tour d'Arces

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tour d'Arces
Image illustrative de l'article Tour d'Arces
Tour d'Arces.
Nom local Bâtie d'Arces
Période ou style Médiéval
Type Édifice fortifié
Début construction XIIIe siècle
Destination actuelle Ruiné
Coordonnées 45° 15′ 31″ nord, 5° 48′ 57″ est[1]
Pays Drapeau de la France France
Anciennes provinces de France Dauphiné
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Isère
Commune Saint-Ismier

Géolocalisation sur la carte : Isère

(Voir situation sur carte : Isère)
Tour d'Arces

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Tour d'Arces

La tour d'Arces ou Bâtie d'Arces est le donjon d'un ancien château fort de la fin du XIIe siècle ou du début du XIIIe siècle, centre de la seigneurie de la tour d'Arces, dont les vestiges se dressent sur la commune de Saint-Ismier dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes. La tour est accessible toute l'année par un petit chemin ; « Chemin de la Tour d'Arces ».

Situation[modifier | modifier le code]

La tour d'Arces est situé dans le département français de l'Isère sur la commune de Saint-Ismier. Ses vestiges se dressent à 1,5 kilomètre au nord-ouest du bourg et à 585 mètres d'altitude, au-dessus de la vallée du Grésivaudan qu'elle surveillait ainsi que le débouché par le Col de la Faita de la Chartreuse. Elle est bâtie sur un énorme bloc d'éboulement de la faille du Pas de la Branche.[2]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XIIe siècle il n'est fait mention que du village. Le château est, en 1170[3], la possession de Louis, seigneur de la tour d'Arces.

Vers 1275[3], Guigues Morand recevra par partage la Bâtie d'Arces et en prend le nom qui est celui de sa mère.

La tour, probablement, érigée par Louis d'Arces (°1160-†1242) est vendue le 9 août 1640[4] par le dernier héritier, Jean d'Arces, qui cède maison forte et terre, à Paul Aymon de Franquières. En 1794, elle est entre les mains de François Berlioz.

L'Association « La tour d'Arces »[Note 1] œuvre depuis 1989 pour la sauvegarde et la restauration de la tour et de son site.

Description[modifier | modifier le code]

La tour enchemisée commande deux petites enceintes. Une tourelle s'élevait à l'extrémité nord de la deuxième enceinte. Le site renferme une chapelle dite de Sainte-Catherine.

La tour d'Arces de plan quadrangulaire de 8 m de côté et haute encore de 13,5 m et des mur épais de 1,40 m à la base présente sur sa face du côté de l'attaque deux archères à niche plein cintre. Une autre face est largement ouvertes par deux fenêtres rectangulaires et celle donnant sur l'Isère par une fenêtre géminée ouverte ultérieurement.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Contact en mairie de Saint-Ismier.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Coordonnées trouvées sur Géoportail et Google Maps.
  2. « Saint-Ismier, Saint-Nazaire-les Eymes, Bernin », sur www.geol-alp.com (consulté le 8 mai 2017)
  3. a et b Charles-Laurent Salch, Dictionnaire des châteaux et des fortifications du Moyen Âge en France, , 1304 p. (ISBN 2865350703), p. 1041.
  4. http://biviers.free.fr/hist/genearc1.pdf

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]