Tour Madeloc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Tour Madeloc
Torre de Madeloc
Tour Madeloc (66).JPG
La tour surplombant la côte Vermeille et la Méditerranée.
Présentation
Destination initiale
tour de guet
Destination actuelle
relais de télévision
Style
médiéval
Construction
Commanditaire
Hauteur
650 mètres
Patrimonialité
aucun
Localisation
Pays
Région
Commune
Altitude
640 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Le fort Dugommier (premier plan) et la tour Madeloc (second plan)
Tour Madeloc

La tour Madeloc est une tour de guet du XIIIe siècle située à Collioure[1], dans le département des Pyrénées-Orientales.

Situation

La tour Madeloc est perchée à environ 650 mètres de hauteur dans le massif des Albères, à quelques kilomètres à l'ouest des côtes méditerranéennes, sur une crête rocheuse marquant la limite entre les communes de Collioure et Port-Vendres.

Elle est accessible à pied, à vélo ou en voiture (un parking a été aménagé en cours de route). Elle sert aujourd'hui de relais de télévision.

Toponymie

Étymologie

Le nom de Madeloc est sans doute d'abord celui d'un domaine non identifié qui a ensuite servi à identifier le sommet voisin, comme cela est attesté dès 981 (Pogium Madalauco). Le nom lui-même est d'origine germanique et désigne une personne du nom de Mathalaucus, avec mathal (puissance) suivi du nom de Hauhs ou Auko[2].

Formes du nom

On rencontre Madaloch dès le XIIIe siècle, forme la plus courante, et Madaloth en 1814. Une carte française de 1730 donne la forme fantaisiste de Matelotte.

Cassini II utilise aussi le nom Matelotte dans ses écrits lors de la détermination de la Méridienne. En février/, il l'utilisera comme repère géodésique (apparemment, sans pour autant y monter).

La simplification a donné plus tard Madeloc ou Madaloc. C'est cette dernière forme qui est recommandée par Lluís Basseda[2].

La tour Madeloc était jadis surnommée la Tour du Diable[3].

Histoire

La tour Madeloc est érigée sous Jacques II, roi de Majorque et comte du Roussillon, qui veut se protéger des razzias maures sur la côte, du roi de France au nord et de son frère le roi Pierre III d'Aragon au sud. Durant la souveraineté majorquine et aragonaise, elle faisait partie d'un réseau de tours de guet (avec la tour de la Massane).

Architecture

La tour est construite en schiste et sur une base circulaire.

Faune spécifique

L'holotype de l'espèce de fourmi Solenopsis duboscqui (Bernard, 1950) provient des environs de la tour Madeloc[4].

Bibliographie

Notes et références

  1. La tour Madeloc sur collioure.com.
  2. a et b Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t. 1, Prades, Revista Terra Nostra, , 796 p.
  3. Louis Companyo, Histoire naturelle du département des Pyrénées-Orientales, Perpignan, impr. de J.-B. Alzine, 1861-1864, XXXI-448, 939, 942 p., in-8 (notice BnF no FRBNF30262524)
  4. Jean-Jacques Amigo, « Bernard (Francis) », dans Nouveau Dictionnaire de biographies roussillonnaises, vol. 3 Sciences de la Vie et de la Terre, Perpignan, Publications de l'olivier, , 915 p. (ISBN 9782908866506)

Sur les autres projets Wikimedia :

Voir aussi

Articles connexes