Tour de la Massane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Tour de la Massane
Torre de la Maçana
Tour Massane north side.JPG
Vue du flanc nord de la tour
Présentation
Destination initiale
tour de guet
Destination actuelle
aucune
Style
médiéval
Construction
Commanditaire
Statut patrimonial
aucun
Localisation
Pays
Région
Commune
Coordonnées

La tour de la Massane est une tour située dans le massif des Albères à Argelès-sur-Mer (Pyrénées-Orientales). Elle est située à 793 mètres d'altitude.

Localisation[modifier | modifier le code]

De la base de la tour de la Massane, on a une belle vue sur la Côte Vermeille. À son sommet on peut voir un panorama de la plaine du Roussillon et de ses alentours. En effet, la Massane est un des sommets du massif des Albères.

Toponymie[modifier | modifier le code]

La tour tient son nom du fleuve de la Massane, dont la source est dans le massif des Albères.

Son nom en catalan est Torre de la Massana.

Elle est mentionnée en 1293 sous le nom de Torre de Perabona[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle est à l'origine une tour de guet, à l'instar de la tour Madeloc, mise en place par les rois de Majorque, notamment Jacques II de Majorque.

Elle est encore décrite au XVIIIe siècle comme étant habilitée à transmettre des signaux de fumée ou tirer des coups de canon en signe d'avertissement et faisait partie d'une chaîne de postes de guet entre Saint-Laurent-de-Cerdans jusqu'à la tour de la Massane, en passant notamment par le pic de Garces ou le pic Saint-Christophe[2].

En 1701, dans ses travaux pour la détermination de la Méridienne (Dunkerque - Paris - Canigou) , Cassini II utilise la tour comme repère géodésique. Le 12 mars 1701, il s'y rend pour y réaliser des mesures géodésiques et barométriques. Il trouve une différence de hauteur de 397 toises entre le pied de la tour et l'observatoire de Collioure (maison du Mouret).

Vers 1780 sa façade est blanchie afin de servir de repère depuis le large, avec le fort Saint-Elme, pour mieux situer le port de Port-Vendres[3].

Description[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, , 579-1133 p. (ISBN 2904610014)
  2. Fabricio Cárdenas, Appel longue distance, Petites histoires des Pyrénées-Orientales, 13 août 2013
  3. Fabricio Cardenas, Vieux papiers des Pyrénées-Orientales, Promotion de Port-Vendres en 1780 , 1er novembre 2014