Touki Bouki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Touki Bouki

Réalisation Djibril Diop Mambety
Scénario Djibril Diop Mambety
Acteurs principaux

Magaye et Mareme Niang Aminata Fall, Ousseynou Diop

Pays de production Drapeau du Sénégal Sénégal
Genre Drame
Durée 95 minutes
Sortie 1973

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Touki Bouki est un film sénégalais réalisé par Djibril Diop Mambéty, sorti en 1973. C'est le troisième film du réalisateur[1].

Synopsis[modifier | modifier le code]

Mory, un berger venu à Dakar vendre son troupeau rencontre Anta, une étudiante à l'université. Ensemble, ils chevauchent une moto montée avec le crâne d'une vache et rêvent de partir en France, de quitter le Sénégal et l'Afrique. Tous les moyens sont bons pour trouver l'argent pour le voyage. Mory vole des vêtements et de l'argent d'un riche homosexuel qui l'avait invité chez lui. Mais au moment de partir, Anta prend le bateau pour l'Europe et Mory reste et retourne à ses racines[2].

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

  • Aminata Fall : Tante Oumy
  • Ousseynou Diop : Charlie
  • Magaye Niang : Mory
  • Mareme Niang : Anta

Réception[modifier | modifier le code]

Le Monde le qualifie de chef d'oeuvre du nouveau cinéma: « A mi-chemin du Français Jean-Luc Godard et du Brésilien Glauber Rocha, le film, brillante allégorie coloriste s’autorisant toutes les libertés narratives, offre une radiographie inquiétante du Sénégal postcolonial. »[4]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Barlet, « Touki bouki : de quelle hyène parle-t-on ? », sur Africultures, (consulté le )
  2. « Touki Bouki (Djibril Diop Mambéty) – trigon-film » (consulté le )
  3. « Movie Review - Touki-Bouki - Review/Film; A Dream Of Escape To Paris », NYTimes.com, (consulté le )
  4. « « Le Fanfaron », « Easy Rider », « Mad Max Fury Road » : 8 films pour prendre la route », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « The 100 Best Films Of World Cinema », Empire

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Mille soleils, un documentaire de la nièce du réalisateur, Mati Diop, sur ce qu'est devenu Magaye Niang/Mory.

Liens externes[modifier | modifier le code]