Cinéma sénégalais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Senegal film clapperboard.png
Un cinéma désaffecté à Dakar

Le cinéma senegalais est produit au Sénégal. Il est considéré comme l’un des plus anciens et des plus  dynamiques d’Afrique, les films issus de cette industrie étant régulièrement récompensés au sein de festivals africains et internationaux, notamment européens. Le premier film Sénégalais date de 1955, le Sénégal n’a donc pas attendu la décolonisation pour créer des films et c’est particulièrement entre les années 1960 et 1980 que le cinéma sénégalais va se donner l’image d’un cinéma riche.

Histoire[modifier | modifier le code]

Afrique sur Seine, réalisé en 1955 est un court métrage de Paulin Soumanou Vieyra, Jacques Mélo Kane et Mamadou Sarr. Si Afrique sur Seine n’est pas le premier film réalisé par des africains sub saharien, il est, à l’époque déjà et encore aujourd’hui considéré comme une pierre angulaire du cinéma africain en cela qu’il représente les revendications des peuples colonisés à pouvoir valoriser et disposer de leur image dans un contexte où la colonisation touche à sa fin. Il pose aussi la notion de diaspora africaine qui est encore une thématique forte des différents cinémas africains et antillais. Le film même s’il a été tourné en France est considéré comme le premier film sénégalais puisque réalisé entre autre par un sénegalais est axant son intrigue autour de jeunes sénégalais vivant à Paris.

En 1956, ayant terminé l’IDHEC dont il sera le premier africain diplomé, Paulin Soumanou Vieyra retourne en Afrique avec le Groupe Africain de Cinéma, un collectif sans aucun caractère juridique qui a existé entre 1952 et 1966, plus précisément au Sénégal où il entamera sa carrière en tant que responsable des actualités sénégalaises. Très tôt, il crée l’idée d’un panafricanisme et participe à la création du FESPACO.  Il profitera de sa position pour filmer le Sénégal et former des techniciens ainsi que des réalisateurs dont Ousmane Sembène. Ensemble, ils réaliseront son premier court métrage, Borom Sarret en 1953.

Il faudra attendre 1966 pour que Ousmane Sembène réalise le premier long métrage de fiction subsaharien, La Noire de… qui recevra le prix Jean Vigo. Entre temps, de nombreux courts métrages de fiction et documentaires ont vu le jour et donnent le ton du cinéma sénégalaise : un cinéma documentaire ou fictionnel explorant le réalisme social, ainsi que les relations avec la France, anciens colons et les séquelles de la colonisation au sein même de la société sénégalaise pour mieux raconter les réalités du pays. Les maîtres mots du cinéma sont en ce temps : des films peu coûteux, politiques et panafricains.

Le cinéma sénégalais rentre alors dans son âge d’or. Fort de politiques de subventions publiques et du succès international des films réalisés, l’engouement du public pour ces films remplit les salles y compris au Sénégal. Les figures phares sont alors Djibril Diop Mambety dont le  Touki Bouki en 1973 sera le premier film sénégalais a être sélectionné à Cannes. Avant lui, Ousmane Sembène recevait le prix de la critique internationale à la Mostra de Venise. C’est également en 1972 que Safi Faye se lance dans le cinéma avec La passante, ouvrant ainsi la voix aux femmes africaines cinéastes.

En 1999 est inauguré le festival International du Film de Quartier qui se tient à Dakar. Le festival est devenu avec le temps un tremplin pour les jeunes acteurs et réalisateurs sénégalaise sans que celui-ci n’arrive à endiguer la décroissance de la production de films.

Le cinéma sénégalais s’affaiblit petit à petit à partir des années 1980. Les salles ferment les unes après les autres suite au désengagement des acteurs privés et publics. La production chute. Dans les années 2000, la production était tombée à environ deux films par an qui de toute façon trouvait difficilement son chemin vers le public. En effet, la plupart des films sénégalais ne sont plus vus par les sénégalais eux même mais à l’étranger. On estime alors à moins de 5 le nombre de salles à Dakar. Depuis, des opérateurs privés et publiques ont reconstruits des salles mais cela ne suffit pas à garantir une exploitation des films suffisante pour rentabiliser leur production. Cependant, la production a remonté, tournant autour d’une dizaine de films par an aujourd’hui. La génération contemporaine a connu l’exil et les thématiques du cinéma sénégalais se déplacent, il n’est alors plus tant question du colonialisme et des changements de classe et de religions au sein de la société sénégalaise que de ceux qui partent, pourquoi, où et de ceux qui restent et vivent l’absence à l’image d’Atlantique de Mati Diop, Grand prix à Cannes en 2019.

Économie[modifier | modifier le code]

Le 27 mai 1966 et le 27 avril 1974, deux lois ont été votées réservant à l’État le monopole de l’importation et de la distribution de films. Elles seront élargies en 1985 à l’importation, la production ou reproduction et à la distribution de supports enregistrés à la télévision.

En 1973, la COMACICO et la SECMA, les principaux distributeurs au Sénégal vendent leurs circuits à l’Union Générale Cinématographique. L’Etat intervient pour créer une société d’économie mixte, la SIDEC qui a alors le monopole de la distribution sur le territoire. Les salles du groupe pratiquent la double programmation ce qui pose plusieurs problèmes, quels films exploités au regard du faible nombre produits, le coût d’entretien et d’usure des salles.

Fin 1973, début 1974 est créée la SNC, Société Nationale de Cinéma. Elle a pour but, avec la SIDEC (Société d’Importation de Distribution et d’Exploitation Cinématographique ) de remplacer la Compagnie Africaine Cinématographique Industrielle et Commerciale, la COMACICO et la SECMA dans leur rôle de production et de distribution de films sénégalais ou africain au Sénégal. Ces sociétés d’économie mixte vont permettre au Sénégal de produire 6 films en 1974, l’année de leur création, un chiffre record à l’époque. Cependant, l’organisation de la distribution pose vite problème. En effet, la COMACICO et la SECMA sont encore propriétaire des salles contrairement à la SND qui va d’abord tenter de s'allier aux exploitants de salles pour récupérer au moins 20 des90 salles alors présente sur le sol sénégalais avant de mettre en place un cinéma forain grâce à des camions cinéma. Cela ne suffira pas à amortir les coûts de production et le SNC ne produira aucun film en 1974 et 1975.

Le SNC et la Sidec sont en concurrence bien qu’étant des organismes nationaux. En 1978, le Fond de Soutien à l’Industrie Cinématographique (FOSIC) est créé, suivi en 1984 de la Société Nouvelle de Promotion Cinématographique (SNCP). Aucune de ces expériences ne sera suffisante pour désamorcer la fermeture des salles ainsi que la diminution de la production de films sénégalais.

Dans les années 1990, le Président Abdou Diouf lance une campagne de privatisation des cinémas. Trois ans après leur acquisition, les propriétaires peuvent revendre leur salle. Au Sénégal, au début des années 2000, il ne reste plus que trois ou quatre salles de cinéma en banlieue de Dakar.

Il faudra attendre le et la création du Fonds de Promotion de l’Industrie Cinématographique et Audiovisuelle (FOPICA) soit créé et amorce un changement de dynamique. Celui-ci a pour mission :

  • d'accorder des aides financières aux œuvres cinématographiques et audiovisuelles, concernant tous les genres (documentaires, fiction, expérimentaux, animation, web création, vidéo art, jeux vidéo…) et durées (court, moyen et long métrage) ;
  • prendre en charge les différentes étapes de la production et de la postproduction ;
  • pour le volet Création, soutenir les projets de films documentaires et fiction qui, lors de leur dépôt au Ministère de la Culture, emplissent les conditions fixées par le Règlement intérieur ;
  • pour le volet Innovation Recherche  soutenir les projets de films, quels que soient leurs genres et leurs durées, prenant en compte la diversification des pratiques cinématographiques et audiovisuelles ;
  • encourager le croisement des disciplines artistiques et de favoriser leur diffusion.

Aujourd’hui, on compte environ 17 salles au Sénégal ce qui est autant dû à une politique étatique qu’à l’investissement privé. Les groupes Vivendi ou encore Pathé ont mené des campagnes de création de salles un peu partout en Afrique. Cependant, reste la question des films à exploiter. En effet, la production de films sénégalais tourne autour d’une petite dizaine de films par an ce qui n’est pas assez pour remplir les salles. De plus, la question de l’investissement national se pose encore. Bon nombre de films sénégalais sont des coproductions internationales. Ainsi Atlantique de Mati Diop n’a pu compter que sur 20 % du financement de son film par le Sénégal.

En 2020, le FOPICA s'est allié au Fonds Image de la Francophonie et au Fonds de soutien à l’industrie cinématographique de Côte d’Ivoire (FONSIC) pour mutualiser les ressources dégagées par l’apparition de nouveaux mécanismes de financement en Afrique, afin de permettre aux réalisateurs africains de pouvoir présenter des projets plus ambitieux.

Films sénégalais notables[modifier | modifier le code]

Personnalités[modifier | modifier le code]

Réalisateurs[modifier | modifier le code]

Moussa Sène Absa - Tidiane Aw - Ben Diogaye Beye - Clarence Thomas Delgado - Ahmadou Diallo - Djibril Diop Mambéty - Ousmane William Mbaye - Mamadou Mahmoud N'Dongo - Cheikh Ndiaye - Moustapha Ndoye - Joseph Gaï Ramaka - Ababacar Samb Makharam - Bouna Medoune Seye - Thierno Faty Sow - Ousmane Sembène - Blaise Senghor - As Thiam - Momar Thiam - Moussa Touré - Mahama Johnson Traoré - Paulin Soumanou Vieyra - Mansour Sora Wade - Ibrahima Sarr - Arfang Sarr-Crao - Fabakary Assimby Coly - Hubert Laba Ndao - Moustapha Seck - Samba Felix Ndiaye - Moussa Seydi - Abdoul Aziz Cissé - Djiril Saliou Ndiaye - Amet Fall Diagne - Oumar Ndiaye - Leuz - Ndiawar Sarr - Sebastien Tendeng - Ndéye Souna Dièye. Matar BADIANE

Réalisatrices[modifier | modifier le code]

Laurence Attali - Angèle Diabang Brener - Safi Faye - Dyana Gaye - Khady Sylla - Aïcha Thiam - Mariama Sylla - Maïmouna Guèye - Fatou Kandé Senghor.

Scénaristes[modifier | modifier le code]

  • David Bouchet [daoudatoubab]

Acteurs[modifier | modifier le code]

Actrices[modifier | modifier le code]

Festivals[modifier | modifier le code]

Cinéma numérique ambulant[modifier | modifier le code]

Le cinéma numérique ambulant est présent au Sénégal. Depuis 2003, le cinéma numérique ambulant a réalisé en Afrique plus de 5 000 projections pour des millions de spectateurs. De nouvelles unités de projection sont en cours de création.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • As Malick Ndiaye, « La réception du cinéma sénégalais. Complément ou alternative à la littérature ? », in Françoise Naudillon (et al.), L'Afrique fait son cinéma. Regards et perspectives sur le cinéma africain francophone, Montréal, Mémoire d'encrier, 2006, p. 31-48 (ISBN 2-923153-65-0)
  • Paulin Soumanou Vieyra, Le cinéma au Sénégal, Bruxelles, OCIC ; Paris, L'Harmattan, 1983, 170 p. (ISBN 2858022801)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Listes et catégories[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :