Toreo de salon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Juan Belmonte (à droite) et Joselito (à gauche) inventeurs du toro de salon

Le toreo de salon est l'apprentissage des gestes de la tauromachie en l’absence de taureau. Il se pratique soit en chambre, soit à l'extérieur dans une petite arène.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le toreo de salon existe depuis que Juan Belmonte a créé l'art de torear, et depuis que Joselito a défini la science de la lidia[1].

Description[modifier | modifier le code]

Ce toreo se pratique avec un taureau imaginaire. Il est centré autour de la qualité de la gestuelle du matador qui est ainsi encouragé à affiner l'esthétique de ses passes. Il y apprend la lenteur et la profondeur[2].

Méthode[modifier | modifier le code]

Entouré d'amis, de conseillers, parfois devant un miroir, le matador essaie d'améliorer ses effets plastiques, ce qui est naturellement plus facile en l'absence d'un taureau réel[1]. Casanova et Dupuy citent toutefois l'exemple étonnant de Curro Romero, champion du toreo de salon, qui fuyait le plus souvent devant les taureaux de combat durs, mais qui pouvait également « les jours de grâce reproduire dans l'arène et devant le taureau des choses aussi plastiques et belles que dans le toreo de salon[1]. »

Avec l'apparition de la vidéo et des caméscopes, les apprentis toreros peuvent enregistrer leurs gestes, les revoir, et rectifier leur défaut. Toutefois, la perfection de la gestuelle du toreo de salon ne donne pas une indication précise sur l'attitude qu'adoptera le même torero face à un taureau dans l'arène[2].

Développement[modifier | modifier le code]

Le toreo de salon se pratique dans de nombreux clubs taurins comme l'Association française des aficionados practicos[3], dans le midi de la France, mais aussi au Club taurin de Paris, et aux États-Unis dans les écoles taurines en Californie[4] et aussi au Texas dans l'école fondée par El Texano et son père[5].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Lynn Sherwood, Yankees in the afternoon, une histoire illustrée des toreros américains, Jefferson, Caroline du Nord, Mac Farland, (ISBN 2-8666-5034-4) préface de Barnaby Conrad, réédition 2008.
  • Robert Bérard (dir.), Histoire et dictionnaire de la Tauromachie, Paris, Bouquins Laffont, (ISBN 2-221-09246-5)
  • Paul Casanova et Pierre Dupuy, Dictionnaire tauromachique, Marseille, Jeanne Laffitte, (ISBN 2-862-76043-9)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]