Tilleul à grandes feuilles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Tilia platyphyllos

Gros tilleul de Samoëns

Le tilleul à grandes feuilles (Tilia platyphyllos Scop.) (syn. T. grandifolia) est un arbre de la famille des Tiliaceae, ou des Malvaceae, sous-famille des Tilioideae, selon la classification phylogénétique. C'est une espèce des régions tempérées d'Europe, souvent plantée comme arbre d'alignement.

Description[modifier | modifier le code]

Spécimen belge.

Altitude : jusqu'à 1 800 m.

Taille : de 30 à 40 m.

Floraison : d'avril à juin.

Cycle de vie : jusqu'à 1 000 ans.

Répartition : en France, il est présent dans la moitié est, dans les Pyrénées et en Corse ainsi que dans le nord du pays. Il manque dans le Midi méditerranéen. Assez rare dans l'état naturel, il est souvent planté en haies.

Toxicité : comestible.

Habitat : forêts de montagnes et gorges.

Fleurs : fleurs en fausse ombelle par 2-5 sur une bractée foliacée.

Feuilles.

Feuilles : grandes feuilles en forme de cœur oblique (10-15 cm), feutrées sur leur face inférieure, à poils jaune-blanc à l'angle des nervures.

Écorce : lisse et grise, puis formation d'un rhytidome brun foncé à noirâtre, fissuré longitudinalement; sillons étroits et peu profonds; crêtes entrecroisées en réseau[1] .

Tiges : jeunes rameaux luisants, vert côté ombre, brun rougeâtre côté lumière, glabres ou légèrement duveteux, puis glabrescents; ponctués de lenticelles claires allongées.

Reproduction : fruits durs, à cinq côtes saillantes. Disposés en bouquets, ils sont portés par un long pédoncule muni d'une bractée (aile) étroite, qui facilite leur dispersion par le vent.

Des rejets sont souvent observés sur le tronc[1].

Il se distingue de Tilia cordata Mill. (Tilleul à petites feuilles) par la présence d'une pubescence blanchâtre sur la face inférieure des feuilles, à l'aisselle et le long des nervures.

Historique[modifier | modifier le code]

Durant le néolithique, le tilleul était probablement utilisé comme arme. Pierre Pétrequin, éditeur de "construire une maison 3 000 ans av JC" nous décrit l'opération : " Il n'est pas indispensable d'abattre les arbres pour les écorcer ; la solution la plus satisfaisante est d'encocher la base des jeunes tilleuls et, depuis le bas, d'arracher par traction les bandes d'écorce qui vont se détacher au niveau des premières branches. Ces bandes d'écorces sont mises à rouir, c'est-à-dire qu'on les immerge pendant un mois en moyenne, sous un tas de pierres pour les plaquer au fond. L'écorce rouie se transforme en excellente filasse, très résistante, qu'il est possible de torsader et de toronner ; à partir d'une écorce de 5 m de long et de 17 cm de largeur, on a réalisé 12 m de corde de 2 cm de diamètre (deux torons), en 30 minutes à deux personnes."

En Gaule, le tilleul était l'arbre traditionnel du centre du village, En Allemagne cet arbre est plus populaire que les chênes : c'est en dessous d'un tilleul que les Germains se rassemblaient pour rendre la justice. Dans les villages, le tilleul servait de point de ralliement pour les assemblées et sous certains des plus vieux on aménageait une petite piste de danse. Dans l'ouest de l'Allemagne plus de 850 noms de localités évoquent les tilleuls mais son utilisation en tisane dans ce pays n'est pas aussi commune qu'en France, voire assez rare.

Légende[modifier | modifier le code]

Le tilleul était appelé "L'arbre sorcier" pour ses pouvoirs curatifs qui étaient attribués à des esprits puissants qui habitaient son écorce. Dans les îles Canaries, à Fierro, existe un tilleul gigantesque que les gens du pays appellent " l'arbre qui pleure". Les années de sécheresse, il en tombe de l'eau fraîche, suffisamment pour abreuver tous les habitants de l'île, animaux et êtres humains.

Maladies et parasitoses[modifier | modifier le code]

Galle provoquée par Eriophyes tiliae tiliae.

Sur les feuilles se forment des galles formées par une réaction des tissus de la tige à la présence d'œufs puis de larves d'acariens. Sur le limbe se développent des galles en cornicules de l'espèce Eriophyes tiliae tiliae, appelée aussi Phytopte du tilleul. À l'aisselle des nervures, se développent des galles velues de l'acarien Eriophyes exilis. Ces excroissances forment une touffe de poils à la base qui obstrue le minuscule opercule de la galle mais affectent très peu la vigueur de l'arbre car les larves quittent l'arbre dès l'automne pour s'installer sur les rameaux, sous l'écorce ou à la base des bourgeons où elles passeront l'hiver.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Les miels de tilleul sont appréciés.

Les fleurs séchées sont utilisées en tisane, seules ou en mélange.

Le bois est apprécié pour la sculpture car il se travaille facilement. En revanche, il pourrit rapidement et casse avec le temps.

Le bois de tilleul peut être vendu entre 85 et 90 euros du mètre cube[2].

Propriétés officinales[modifier | modifier le code]

Les feuilles sont émollientes.

Les fleurs en infusion légère sont sédatives, mais en infusion trop longue et forte elles peuvent provoquer des insomnies.

L'aubier est cholérétique, diurétique et antispasmodique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Denis Godet, Guide des écorces des arbres d'Europe, pages 232
  2. « Forestiers Privés de l'Ain », sur www.foretsdelain.fr (consulté le 14 mars 2017)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Couplan (préf. Claude Sastre, ill. Eva Styner), Les plantes sauvages comestibles et toxiques, Lausanne, Delachaux et Niestle, coll. « Guide Delachaux », (réimpr. 2015, 2016) (1re éd. 1994), 415 p. (ISBN 978-2-603-02017-3 et 978-2-603-01681-7, OCLC 864370417)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :