Hydrolat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Schéma d'un ancien alambic.

Un hydrolat (ou eau de distillation ou eau aromatique) est un produit aqueux de condensation obtenu après distillation d'une matière première naturelle, généralement végétale, qui subsiste après l’entraînement à la vapeur d’eau et la séparation de l’huile essentielle lorsque c'est possible[1].

Font partie des hydrolats, les eaux florales, obtenues à partir des fleurs[2].

Technique de fabrication[modifier | modifier le code]

Lors du processus de distillation dans un alambic, les composés volatils des substances aromatiques distillées sont entraînés par la vapeur d’eau, condensés et récupérés dans un décanteur. Le distillat obtenu est composé d’huile essentielle surnageant au dessus de l’eau provenant de la vapeur condensée ou de la distillation elle même. Une petite fraction d’huile essentielle (hydrophobe) est soluble dans la phase aqueuse. Cette solution diluée d’huile essentielle est un sous-produit valorisable de l'opération de séparation par distillation.

C'est par ce procédé que l'on obtient notamment l’eau de rose et l'huile essentielle de rose. De la même façon, si on distille la fleur de bigaradier on obtient le néroli et l’eau de fleur d'oranger.

Conservation[modifier | modifier le code]

Les hydrolats sont extrêmement vulnérables au développement bactérien en raison de leur faible teneur en huile essentielle (concentration dépassant rarement les 0,2 % ou 2 000 ppm), et de la présence d'autres substances organiques dissoutes en solution ou de particules végétales en suspension. Ils sont sensibles à l'oxydation et à la photolyse. Ils ont parfois aussi tendance à changer de couleur en raison de la présence combinée de matière organique dissoute et de certains ions métalliques[citation nécessaire]. Pour leur bonne conservation, il convient de les stocker à l’abri de la lumière et de l’oxygène de l'air[2]. Une faible température contribue également à ralentir leur vitesse de dégradation et la croissance microbienne.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Les eaux florales sont utilisées depuis longtemps comme substances médicinales naturelles[3] mais elles servent aussi dans l'industrie des cosmétiques et même dans celle des boissons aromatisées.

Les arômes de nombreuses plantes médicinales et aromatiques peuvent être séparés et concentrés par entraînement à la vapeur.

Liste d'hydrolats[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ISO 9235:2013(fr) Matières premières aromatiques naturelles — Vocabulaire.
  2. a et b G Ferrando (2006). La production des eaux florales. Congrès de Digne 2006. Date : .
  3. « Eau de Brucchieri, formule communiquée par l'auteur », J. Pharm. Chim., 3e série, vol. 29,‎ , p. 466 (ISSN 0368-3591, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]