Thierry Saussez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Thierry Saussez
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
Partis politiques
Distinction

Thierry Saussez, né le à Bois-Colombes (Hauts-de-Seine), est un conseiller en communication français.

Ancien Président de l'agence Image et Stratégie Europe, conseiller en communication de Nicolas Sarkozy, il est nommé à la tête du Service d'Information du Gouvernement (SIG) le  ; il quitte ce poste le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et formation[modifier | modifier le code]

Thierry Georges Saussez naît le à Bois-Colombes. Il est le fils de Fernand Saussez, chauffeur, et d'Angèle Mignon[1].

Il suit des études au lycée Lakanal de Colombes[1].

Marié à Laurence Baudelot le , le couple a un enfant[1].

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

En 1970, Thierry Saussez est nommé directeur adjoint de publicité de Jaeger Lecoultre, puis en 1972, collaborateur puis directeur de la société Michel Bongrand SA. En 1982, il crée la société « Image et Stratégie » dont il est PDG jusqu'en 2008. En 1988, il est cofondateur de Thierry Saussez conseils puis, en 1993-1994, vice-président de Bernard Krief Consulting Group. Il est membre de l'Association internationale des conseils politiques depuis 1975 et secrétaire général adjoint de l'Association nationale nouveaux médias en 1985[1].

Avec son agence de communication « Image et Stratégie », il travaille avec la Côte d'Ivoire : en 2005, le magazine Stratégies avance le chiffre de cinq millions de francs (730 000 euros) versés annuellement à Saussez par la Côte d'Ivoire d'Henri Konan Bédié, de 1995 au coup d'État de 1999[2],[a].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Conseiller municipal depuis 1983 de la commune de Rueil-Malmaison dans les Hauts-de-Seine, Thierry Saussez est, de 1983 à 2001, adjoint au maire délégué à la communication et à l'avenir.

Le , il est nommé délégué interministériel à la communication et directeur du Service d'information du gouvernement, où est chargé de veiller à la coordination des actions d’information et de communication du Gouvernement[3]. Il annonce sa démission le [4],[5].

Conseiller en communication institutionnelle et politique français, il participe à ce titre à de nombreuses campagnes électorales[6]. Il est ce que les anglophones appellent un « spin doctor »[réf. nécessaire].

Ancien membre du Rassemblement pour la République (RPR) et de l'Union pour un mouvement populaire (UMP), il est un des proches conseillers de Nicolas Sarkozy. En dehors des leaders de la droite française, il intervient comme conseiller auprès d'entreprises, d'organisations professionnelles et de collectivités territoriales[7],[8].

En 2002, il se présente, sans succès, au élections législatives dans la 7e circonscription des Hauts-de-Seine, sous l'étiquette divers droite contre le candidat de l'UMP Patrick Ollier, maire de Rueil-Malmaison[9].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2006, Thierry Saussez est nommé chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur pour « 36 ans d’activités professionnelles »[10].

Le , il est promu officier de l'ordre national du Mérite pour « 39 ans de services civils et militaires »[11].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Politique séduction : comment les hommes politiques arrivent-t-ils à vous plaire, éd. Jean-Claude Lattès, 1985, 238 pages.
  • Le Challenger, éd. Jean-Claude Lattès, 1988, 246 pages.
  • Nous sommes ici par la volonté des médias, éd. Robert Laffont, 1990, 222 pages.
  • Tapie-Le Pen, les jumeaux du populisme, Éditions n° 1, 1992, 255 pages.
  • A la table des politiques, éd. Plon, 1994, 292 pages
  • Le Temps des ventriloques : médias, sondages et marionnettes menacent-ils la démocratie ?, éd. Belfond, 1997, 125 pages.
  • Le Pouvoir des mentors : petit manuel à destination de tous ceux qui s'intéressent aux coulisses de la vie politique et des campagnes électorales, Éditions n° 1, 1999, 172 pages.
  • Le Style réinvente la politique, Éditions de la Renaissance, 2004, 235 pages.
  • La prise de l'Élysée, Les campagnes présidentielles de la Ve République, coécrit avec Jacques Séguéla, Ed. Plon, 2007, 276 pages.
  • Manifeste pour l'Optimisme, éd Plon, 2011, 156 pages.
  • Les 101 mots à l'usage de tous : l'optimisme, Archibooks + sautereau éditeur, 2012, 116 pages.
  • Sarkozy, de l'échec au come-back, L'Archipel, 2012, 187 pages

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Son rôle consistait à définir une stratégie globale pour redorer le blason du pays. Avec des leviers classiques : lettre trimestrielle, voyages de presse, tribunes dans les grands journaux français, rencontres avec les acteurs politiques français, etc. Certes, la personnalité de Bédié et son discours sur l'"ivoirité" sont critiquables… » ; « C'est l'ouverture vers l'extérieur qui tire le développement », riposte Thierry Saussez. « Et puis, moi qui aime l'Afrique, je ne veux pas lui imposer un modèle socioculturel. Ce qui m'importe, c'est qu'il y ait une marge de progression démocratique possible ». Source : « L'Afrique, eldorado de la com' politique », de Muriel Signouret, paru dans Stratégies le 15 décembre 2005.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Who's Who in France, édition 2013, p. 1985.
  2. « L'Afrique, eldorado de la com' politique », Muriel Signouret, Stratégies, 15 décembre 2005.
  3. « Réforme des institutions - Thierry Saussez à la tête de la communication gouvernementale », Portail du Gouvernement - site du Premier ministre, Premier-ministre.gouv.fr.
  4. « SIG: Saussez fait ses valises », Le Journal du dimanche.fr, 11 octobre 2010.
  5. Blog de Thierry Saussez, Biographie
  6. « Qui est Thierry Saussez », Printempsdeloptimisme.com.
  7. « Thierry Saussez, le remède anti-couacs », Raphaëlle Bacqué, Le Monde.fr, 23 avril 2008.
  8. « Thierry Saussez : "Il a fallu s'adapter au rythme de Sarkozy" », 20 minutes.fr, 21 avril 2009.
  9. « L'UMP, l'UDF et le RPF s'offrent des divisions dans les Hauts-de-Seine », article de Jean Pigeot paru dans Le Figaro, daté du 30 mai 2002.
  10. Décret du portant promotion et nomination.
  11. Décret du portant promotion et nomination.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]