Thérèse Saint-Julien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Thérèse Saint-Julien
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Thérèze Louise Saint-JulienVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinctions

Thérèse Saint-Julien, née le à Sames (Basses-Pyrénées) et morte le à Bourg-la-Reine[1], est une géographe française, spécialiste des villes et des dynamiques territoriales.

Biographie[modifier | modifier le code]

Thérèse Saint-Julien naît à Sames en 1941[2]. Professeure agrégée au lycée Jean Dautet de La Rochelle, elle y enseigne de 1966 à 1969[3]. Assistante en géographie à l'université Panthéon-Sorbonne de 1969 à 1973, elle soutient sa thèse d'État sur la diffusion spatiale des entreprises dans l’ouest de la France en 1980. Maîtresse de conférence de 1973 à 1985 puis professeure de géographie dans ce même établissement jusqu'à sa retraite, elle participe à la formation en géographie de plusieurs générations de géographes[4],[5].

Responsabilités académiques[modifier | modifier le code]

Thérèse Saint-Julien occupe plusieurs fonctions de direction, dont la fondation en 1984[6] avec Denise Pumain et Violette Rey et la direction adjointe de 2001 à 2006 du laboratoire Géographie-cités, ou celle du groupe de recherche Libergéo de 2000 à 2002[5]. Membre du conseil d’Administration de l’IRD[7], du conseil d’administration et du conseil Scientifique de l’IGN[8], elle fait partie des comités de rédaction de L'Espace géographique et de L'Information géographique. Elle est aussi membre du jury du prix Vautrin Lud[4],[5].

Recherches[modifier | modifier le code]

Ses recherches, réalisées en grande partie avec Denise Pumain[9], portent principalement sur la géographie des villes et des métropoles, aussi bien sous l'angle des systèmes de villes[10] que du point de vue de l'espace résidentiel[11]. Elles portent sur l'aménagement du territoire, en particulier à l’échelle de la France et de l’Europe[12]. L'analyse spatiale constitue l’un de ses outils de prédilection.

Ses travaux sont ensuite consacrés à l’émergence de structures territoriales polycentriques à l’échelon européen. Ils étudient également les recompositions des territoires métropolitains[13]. Thérèse Saint-Julien s’est ainsi intéressée d’une part, à la division sociale des espaces résidentiels[14], cela à plusieurs échelles, et d’autre part, aux processus de réorganisation fonctionnelle des espaces métropolitains, en lien avec une spécialisation accrue des centres. Paris, l'île-de-France et le bassin parisien sont ses terrains privilégiés[15].

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

  • Médaille de bronze du CNRS en 1984[16]  ;
  • Prix de la DATAR[4].

Décoration[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Principaux ouvrages[modifier | modifier le code]

Principaux articles[modifier | modifier le code]

  • Nadine Cattan et Thérèse Saint-Julien, « Modèles d'intégration spatiale et réseau des villes en Europe occidentale », L'Espace géographique, vol. 27, no 1,‎ , p. 1–10 (ISSN 0046-2497, lire en ligne, consulté le )
  • Jean-Pierre Le Gléau, Denise Pumain et Thérèse Saint-Julien, « Villes d'Europe : à chaque pays sa définition », Economie et Statistique, vol. 294, no 1,‎ , p. 9–23 (DOI 10.3406/estat.1996.6079, lire en ligne, consulté le )
  • Denise Pumain et Thérèse Saint-Julien, « Fonctions et hiérarchies des villes françaises: Etude du contenu des classifications réalisées en France entre 1960 et 1974 », Annales de Géographie, vol. 85, no 470,‎ , p. 385–440 (ISSN 0003-4010, lire en ligne, consulté le )

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. État civil sur le fichier des personnes décédées en France depuis 1970
  2. « matchID - Moteur de recherche des décès », sur deces.matchid.io (consulté le )
  3. HAL, « CV HAL : La collection d'archives ouvertes de Thérèse Saint-Julien », sur cv.archives-ouvertes.fr (consulté le )
  4. a b et c Catherine Côme, « Décès de Thérèse Saint-Julien », sur Géographie-cités, (consulté le )
  5. a b et c Denise Pumain, « Thérèse Saint-Julien », sur cybergeo conversation (consulté le )
  6. Collectif, Antoinette Fouque, Mireille Calle-Gruber et Béatrice Didier, Le Dictionnaire universel des créatrices, Éditions des femmes, (ISBN 978-2-7210-0651-6, lire en ligne)
  7. « Décrets du 18 novembre 1998 portant nomination au conseil d'administration de l'Institut de recherche pour le développement », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  8. « Arrêté du 19 juin 1998 portant nomination au conseil d'administration de l'Institut géographique national », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )
  9. (en) Claire Mathieu et Serge Abiteboul, « Autour de l’informatique : la géographie ubiquitaire », sur The Conversation (consulté le )
  10. « Liaisons ferroviaires nouvelles : « modèle onéreux » », Ouest-France,‎
  11. « La revanche des provinciaux », L'express,‎
  12. « Les villes préférées des cadres », L'express,‎
  13. « Le territoire français s'organise de plus en plus autour de ses pôles urbains », Les échos,‎
  14. Voir notamment, parmi ses travaux les plus récentes : Les disparités de revenus des ménages franciliens - Analyse de l'évolution entre 1999 et 2007 par François J.-C., Ribardière A., Fleury A., Mathian H., Pavard A., Saint-Julien T., Rapport de recherche http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00737156
  15. Michel Feltin, « Le bonheur à la campagne », L'express,‎
  16. Pascal Clerc, Florence Deprest, Guilhem Labinal et Didier Mendibil, Géographies : épistémologie et histoire des savoirs sur l'espace, (ISBN 978-2-200-62478-1 et 2-200-62478-6, OCLC 1101179917, lire en ligne), chap. 20
  17. « Décret du 10 novembre 1998 portant promotion et nomination », sur www.legifrance.gouv.fr (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]