Temple de l'Amour (Neuilly-sur-Seine)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Temple de l'Amour
Temple de l'Amour sur Île de la Jatte.jpg
Présentation
Destination initiale
embellissement
Architecte
Propriétaire
ville de Neuilly-sur-Seine
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
Pointe sudVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte des Hauts-de-Seine
voir sur la carte des Hauts-de-Seine
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le Temple de l'Amour dit Temple de la Réserve du Roi est situé sur la pointe sud de l'Île de la Jatte à Neuilly-sur-Seine, dans le département de Hauts-de-Seine en Île-de-France. Le temple est classé monument historique par l'arrêté du 13 juin 1913[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Le Temple de l'Amour provient de la « Folie de Chartres » (actuel parc Monceau à Paris). Créée en 1785 par Louis Carrogis dit Carmontelle à la demande de Philippe d'Orléans, cousin du roi, la folie représenta le parc à fabriques typique de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Dans le parc de la folie de Chartres composé à l'anglaise, les fabriques étaient nombreuses : des moulins, des rochers, des ponts et des colonnes agrémentaient le paysage. L'architecte Bernard Poyet fut chargé de leur réalisation. Le temple était à l'époque le Temple de Mars[2].

Depuis la mort de Philippe d'Orléans devenu Philippe Égalité, décapité en 1793, la Folie de Chartres fut délaissée et le parc périclita. Sous le Second Empire, la ville de Paris l'expropria, en fit lotir la moitié et fit aménager le reste en jardin public sous la conduite d'Jean-Charles Alphand, aboutissant à l'état que l'on voit aujourd'hui.

Le fils de Philippe Égalité, futur Louis-Philippe, reprit possession du bien à la Restauration. Le délaissant quelque peu, il jeta son dévolu sur l'île de la Jatte à Neuilly-sur-Seine où il créa à partir de 1821 un jardin enchanté prolongeant le parc de son château de Neuilly, la « réserve du roi », situé sur la rive, aménagé à l'anglaise. Il y donna des fêtes extraordinaires, qui marquèrent leur temps. Un peu avant 1830, il y fit transporter le temple de Mars du parc Monceau, transformé en temple de l'Amour.

Description[modifier | modifier le code]

Le « jardin enchanté » du château de Neuilly était aménagé dans des îlots prolongeant l'île de la Jatte, partiellement réunis. Le temple fut installé au sommet de la rocaille couronnant l'un d'eux. Pour le transformer en temple de l'Amour, il fut couronné d'une coupole et orné d'une statue représentant une compagne d'Achille durant son séjour chez le roi Lycomède. Les îlots ont été totalement incorporés à l'île et forment le promontoire allongé à son amont. Le temple a été déplacé une deuxième fois en 1930 et installé sur un busc maçonné. Il abrite désormais une nymphe en stuc.

Galerie[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Grandes et petites heures du parc Monceau, catalogue d'exposition au musée Cernuschi, 1981
  • Georges-Louis Le Rouge, Détail des nouveaux jardins à la mode, Jardins anglo-chinois, dixième cahier
  • Patricia Taylor, Thomas Blaikie (1751-1838): The ‘Capability’ Brown of France, Tuckwell Press, octobre 2001, (ISBN 1-86232-110-8), pages 107 à 119
  • De Bagatelle à Monceau 1778-1978, Les Folies du XVIIIe siècle à Paris, catalogue d'exposition au musée Carnavalet, 1978, pages 25 à 35

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]