Teahupo'o

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Teahupoo)

Spot de surf
Teahupo'o
Image illustrative de l’article Teahupo'o
Informations sur le spot
Nature du spot
Surface/Sol
Reef / Spot exposé à la houle.
Orientation du vent N / NE / E
Température de l'eau en été > 25 °C
Température de l'eau en hiver > 25 °C
Type de houle S / SO
Meilleur moment pour la marée Marée montante
Dangers particuliers faible tirant d'eau, barrière corallienne, vague puissante

Teahupo'o est une ancienne commune française, associée à Taiarapu-Ouest à Tahiti, sur la presqu'île de Tahiti Iti, en Polynésie française.

Teahupo'o tire son nom d'une grande bataille entre les deux principaux clans de cette partie de l'île : littéralement « le mur de crânes », te (le), ahu (mur), upo'o (crâne). Un mur aurait été bâti à l'emplacement de la séparation du territoire avec les crânes et ossements des vaincus.

Le lieu est choisi pour accueillir les épreuves du surf des Jeux olympiques d'été de 2024[1]. Le site sera alors aménagé pour accueillir 1 500 spectateurs et battra le record du monde de la distance entre l'endroit où se déroule une épreuve olympique et sa ville hôte avec plus de 15 700 km[2],[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population
1977 1983 1988 1996 2002 2007 2012 2017
7189201 0021 0071 1941 3211 2931 419
(Sources : Sources ISPF[4], Mairie de Teahupo'o)

Grands surfers du spot[modifier | modifier le code]

Teahupo'o est un spot de surf mondialement célèbre pour ses gauches. En effet, on y trouve parmi les vagues régulières les plus larges et les plus épaisses du monde. Le fond très escarpé écroule brutalement de longues houles sur le récif corallien, créant ainsi des vagues très particulières, demandant un take off (action de se lever sur la planche) instantané et brutal pour ensuite enchaîner un tube. Ce spot figure parmi les plus dangereux du monde, le fond corallien étant à quelques dizaines de centimètres de la surface et l'énorme vague s'écrasant sur la barrière de corail. Il y a régulièrement des accidents, parfois mortels.

Le spectacle peut toutefois être à la hauteur de la légende du spot comme en , lorsque Laird Hamilton chevaucha une vague titanesque (15,07 m) et passa dans un tube de la dimension d'un hangar[5].

Chaque année, une compétition internationale y a lieu, le Billabong Pro Teahupo'o réunissant les surfeurs du tour WCT.

Vainqueurs de la compétition WSL[modifier | modifier le code]

Teahupo'o accueille chaque année une étape du championnat du monde de surf : le Billabong Pro Tahiti.

Palmarès (depuis 1997)
Année Vainqueur Pays
2019 Owen Wright Drapeau de l'Australie Australie
2018 Gabriel Medina (2) Drapeau du Brésil Brésil
2017 Julian Wilson[6] Drapeau de l'Australie Australie
2016 Kelly Slater (5) Drapeau des États-Unis États-Unis
2015 Jérémy Florès Drapeau de la France France
2014 Gabriel Medina Drapeau du Brésil Brésil
2013 Adrian Buchan Drapeau de l'Australie Australie
2012 Mick Fanning Drapeau de l'Australie Australie
2011 Kelly Slater (4) Drapeau des États-Unis États-Unis
2010 Andy Irons (3) Drapeau des États-Unis États-Unis[7]
2009 Bobby Martinez (2) Drapeau des États-Unis États-Unis
2008 Bruno Santos Drapeau du Brésil Brésil
2007 Damien Hobgood Drapeau des États-Unis États-Unis
2006 Bobby Martinez Drapeau des États-Unis États-Unis
2005 Kelly Slater (3) Drapeau des États-Unis États-Unis
2004 C. J. Hobgood Drapeau des États-Unis États-Unis
2003 Kelly Slater (2) Drapeau des États-Unis États-Unis
2002 Andy Irons (2) Drapeau des États-Unis États-Unis[7]
2001 Cory Lopez Drapeau des États-Unis États-Unis
2000 Kelly Slater Drapeau des États-Unis États-Unis
1999 Mark Occhilupo Drapeau de l'Australie Australie
1998 Kobi Abberton Drapeau de l'Australie Australie
1997 Andy Irons Drapeau des États-Unis États-Unis[7]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Jeux olympiques : Paris 2024 choisit Tahiti pour les épreuves de surf », sur francetvinfo.fr, (consulté le ) : « "C'est une bonne chose parce que Tahiti a parmi les plus belles vagues au monde" »
  2. « Paris 2024 : le surf fonce sur Tahiti, le break s’installe à la Concorde », sur SportBusiness.Club, (consulté le )
  3. (en-US) OlympicTalk, « Tahiti approved as Olympic surfing venue for 2024 Paris Games », sur NBC Sports, (consulté le )
  4. ISPF, Démographie
  5. Marc Dufrèche L'océan est son élément, Journal du Pays basque
  6. David Michel, « Billabong Pro Tahiti : Julian Wilson couronné à Teahupoo », L'Équipe,‎ (https ://www.lequipe.fr/Adrenaline/Surf/Actualites/Billabong-pro-tahiti-julian-wilson-couronne-a-teahupoo/825618, consulté le )
  7. a b et c Andy Irons représente Drapeau d'Hawaï Hawaï, l'un des États des États-Unis.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :