Takashi Sakai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sakai (homonymie).
Takashi Sakai
Image illustrative de l'article Takashi Sakai

Naissance 18 octobre 1887
Hiroshima
Décès 30 septembre 1946 (à 58 ans)
Nankin
Origine Japonais
Allégeance Flag of Japan.svg Empire du Japon
Arme Flag of Japan.svg Armée impériale japonaise
Grade Général
Années de service 19081946
Conflits Seconde Guerre mondiale
Faits d'armes Bataille de Hong Kong

Takashi Sakai (酒井 隆, Sakai Takashi?, 18 octobre 1887 – 30 septembre 1946) était un lieutenant général dans l'armée Impériale Japonaise durant la Seconde Guerre mondiale, il est connu pour sa conquête brutale de Hong Kong en 1941.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sakai nait dans le district de Kamo à Hiroshima, qui fait maintenant partie d'Hiroshima. Il fait ses études à l'école préparatoire militaire de Kōbe et également à Osaka. Il est diplômé de la 20e classe de l'Académie de l'Armée Japonaise Impériale en 1908. De là, il est assigné au 28e régiment d'infanterie IJA. Il est ensuite diplômé de la 28e classe du Collège de l'Armée de Guerre (Japon). Il est promu au rang de major en 1924, puis de lieutenant-colonel en 1928[1].

Carrière en Chine[modifier | modifier le code]

Sakai est stationné à Jinan, dans la province de Shandong, en Chine, avec le 12e régiment d'infanterie IJA pendant les incidents de Jinan. Certains historiens chinois croient qu'il aurait été responsable du meurtre[citation nécessaire] de Kuonintang un émissaire de l'armée durant les négociations du 4 mai 1928. Il est transféré à la garnison de Tientsin de 1929 à 1932.

En 1932, Sakai est promu colonel. On lui assigne la 5e section du renseignement militaire du deuxième bureau de l'équipe générale de l'Armée impériale japonaise, de 1932 à 1934.

En tant que chef d'état-major de la garnison de l'armée japonaise en Chine, de 1934 à 1935, Sakai déclenche une série de conflits armés, qui ont éventuellement provoqué l'armistice du gouvernement chinois et, pour l'essentiel, donné le contrôle de la province de Hebei au Japon. Il est ensuite commandant du 23e régiment d'infanterie IJA en 1936.

Sakai est promu au rang de major général en 1937. On lui confie à ce moment la 28e brigade d'infanterie. Il devient par la suite lieutenant général, en 1939. Il devient responsable du bureau de la coordination du groupe de développement asiatique à Mengjiang de 1939 à 1940. Il a aussi la responsabilité de la garnison de l'armée de Mongolie, au même moment.

On le rappelle au Japon en 1940, il devient brièvement commandant de la Garde impériale du Japon.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Sakai devient commandant de la 23e Armée IJA stationnée à Canton en novembre 1941. On lui ordonne, d'utiliser la 38e division de l'IJA, qui dépendait normalement du groupe d'armée expéditionnaire du Sud, de capturer Hong Kong, et ont lui impose, un délai de 10 jours.

Le 8 décembre 1941, quelques heures à peine après l'attaque de Pearl Harbor, les forces japonaises commandées par Sakai et son chef d'état-major Tadamichi Kuribayashi, envahissent Hong Kong. Toutefois, l'invasion de Hong Kong qui suit, n'est pas aussi facile ou aussi rapide que la planification l'avait prévue. Sakai doit demander une extension du délai qui lui avait été accordé. Le gouverneur de Hong Kong Mark Aitchison Young se rend, avec toutes les forces britanniques à Hong Kong le 25 décembre 1941, après 18 jours de combat. La résistance non prévue des troupes britanniques a, selon certain historiens, occasionné une frustration chez Sakai qui aurait été à l'origine de l'extrême brutalité qui a caractérisé l'occupation subséquente[2].

Sakei sert comme gouverneur japonais de Hong Kong jusqu'au 20 février 1942. On le rappelle au Japon et il prend sa retraite des services actifs en 1943[3].

Après la fin de la guerre, Sakai est accusé de crimes de guerre au tribunal militaire des crimes de guerre chinois du ministère de la Défense nationale à Nankin. il est condamné à mort le 27 août 1946. Sakai est exécuté par peloton d'exécution le 20 septembre[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ammenthorp, The Generals of World War II
  2. Budge, Pacific War Online Encyclopedia
  3. Fuller, Shokan, Hirohito’s Samurai
  4. Stewart, Trial of Takashi Sakai

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]