Tétraphobie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Un ascenseur dans un immeuble résidentiel à Shanghai : les numéros 4, 13 et 14 manquent.

La tétraphobie est une aversion ou peur du chiffre 4. Il s'agit d'une superstition très commune dans les régions d'Asie de l'Est plus particulièrement en Chine, à Taïwan, au Japon et en Corée.

Explication[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Numération coréenne et Numération japonaise.

La prononciation du mot chinois « quatre » (chinois :  ; pinyin :  ; Wade : ssu⁴ ; EFEO : sseu⁴ ; cantonais Jyutping : sei³ ; cantonais Yale : sei) est similaire au mot « mort » (chinois :  ; pinyin :  ; Wade : ssu⁴ ; cantonais Jyutping : sei² ; cantonais Yale : sei) dans de multiples parlers chinois. D'une manière similaire, les écritures sino-japonaises et sino-coréennes du chiffre quatre, shi (?, se prononce aussi yon) et sa (en coréen ), diffèrent de celles du mot « mort » mais leur prononciation est identique. C'est la raison pour laquelle la tétraphobie est une superstition très commune dans les régions d'Asie de l'Est, plus particulièrement en Chine, à Taïwan, au Japon et en Corée[1],[2],[3],[4].

Exemples[modifier | modifier le code]

Des précautions spécifiques sont à prendre pour éviter toute occurrence ou appellation du nombre 4 durant des vacances festives, ou lorsqu'un membre de la famille est malade, spécialement dans la culture chinoise. D'une manière similaire, 14, 24, 42, etc. sont à éviter à cause de la présence du chiffre 4. Dans ces pays, ces numéros d'étage sont souvent évités, aussi bien dans les hôtels, appartements et hôpitaux[3]. Les chiffres 4, 14, 24, 42, etc. sont souvent mis à l'écart durant les mariages et autres types sociaux. Dans certains complexes résidentiels, les petites pancartes 4, 14, 24, etc. sont souvent remplacées par d'autres du style 3A, 13A et 23A.

À Hong Kong, certains appartements comme Vision City (en)[5] et The Arch[6] évitent tout étage allant de 40 à 49. Ils passent directement du 39e étage au 50e, pouvant faire croire que les étages manquent.

En Corée, la tétraphobie est moins exagérée, mais le quatrième étage est toujours évité dans les hôpitaux et bâtiments publics similaires. Dans les autres bâtiments, le quatrième étage est souvent labellisé sous la lettre « F » (« Four » en anglais, signifiant « quatre ») à la place du « 4 » dans les ascenseurs.

Au Japon, certaines maisons d'appartements et parkings évitent le chiffre 4. Beaucoup d'hôtels évitent le 13e étage, d'une manière analogue à certains hôtels occidentaux. Le nombre 49 est particulièrement considéré comme porteur de malchance car il rappelle aux Japonais la phrase « Souffrir jusqu'à la mort. » (ぬまでしむ。」, « Shinu made kurushimu. »?)

La firme de télécommunications finlandaise Nokia expose également cette superstition, et ne sort aucun modèle commençant par le chiffre 4, excepté dans de rares cas comme la plate-forme S40 (en). La compagnie se dit faire cela « en tant que geste de politesse envers les clients asiatiques »[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guilhem Denis, « Triskaïdékaphobie : traitement, symptômes, qu'est-ce que c'est ? », sur Gentside Découverte, Prisma Media, (consulté le 21 avril 2018).
  2. Frédéric Pouhier et François Jouffa, Le grand livre à la con, Paris, Leduc.s Éditions, , 333 p. (ISBN 978-2-36704-157-5 et 2-36704-157-1, OCLC 965374558, notice BnF no FRBNF45157867), p. 258.
  3. a et b (en) Sin-Wai Chan (dir.), Jerome Packard (en), Amy He Yun et al., The Routledge Encyclopedia of the Chinese Language [« L'encyclopédie Routledge du chinois »], New York, Routledge, , 790 p. (ISBN 978-0-415-53970-8 et 0-415-53970-6, OCLC 908287111), p. 387.
  4. (en) Julian Havil, Nonplussed: Mathematical Proof of Implausible Ideas, Princeton, Princeton University Press, (ISBN 0-691-12056-0), p. 152-153.
  5. (en)Floor plan remarks of Vision City.
  6. (en)Floor plan of The Arch[PDF] « Copie archivée » (version du 19 avril 2009 sur l'Internet Archive).
  7. (en) « Nokia » (consulté le 8 mars 2011).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]