Symphonie nº 95 de Joseph Haydn

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Symphonie no 95 en ut mineur Hob. I: 95 a été composée par Joseph Haydn en 1791. Elle est la seule symphonie en mineur des douze symphonies dites « londoniennes ». C'est aussi la seule ne comportant pas d'introduction lente.

Contexte[modifier | modifier le code]

La date de création n'est pas précise. Selon Marc Vignal, la symphonie fut jouée la première fois à Londres le [1].

Instrumentation[modifier | modifier le code]

Instrumentation de la 95e symphonie
Cordes
premiers violons, seconds violons, altos,

violoncelles, contrebasses

Bois
1 flûte, 2 hautbois, 2 bassons
Cuivres
2 cors, un en mi b et un en ut, 2 trompettes en ut
Percussions
timbales
Clavier
clavecin

Lors de la création Joseph Haydn dirige l'orchestre au pianoforte.

Analyse de l'œuvre[modifier | modifier le code]

La forme de cette symphonie est celle de la symphonie classique en quatre mouvements.

Allegro moderato[modifier | modifier le code]

L'Allegro moderato en ut mineur est de forme sonate et se termine sur une coda en ut majeur.

Andante[modifier | modifier le code]

L'Andante cantabile en mi bémol majeur, à 6
8
comprend un thème suivi de trois variations.

Menuet[modifier | modifier le code]

Le Menuet, à 3
4
, retrouve la tonalité de ut mineur, mais le trio est en majeur. Ce dernier est confié à un solo de violoncelle simplement accompagné par les cordes en pizzicatos.

Vivace[modifier | modifier le code]

Pour ce dernier mouvement noté Vivace , à alla breve, Haydn a choisi une forme nouvelle entre la sonate et le rondo. Comme dans le rondo, le premier thème revient à plusieurs reprises. Cependant, Haydn le développe différemment à chaque fois.

Thème introduisant le 4e mouvement
  • Durée de l'interprétation : environ 20 minutes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marc Vignal, Joseph Haydn, Fayard 1988 p.362

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François-René Tranchefort (direction), Guide de la Musique Symphonique, Paris, Fayard, coll. « Les indispensables de la musique », (1re éd. 1986), 896 p. (ISBN 2-213-01638-0), p. 325