Symphonie nº 25 de Mozart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Symphonie no 25 en sol mineur
KV. 183/173dB
Image illustrative de l'article Symphonie nº 25 de Mozart
Mozart en 1777.

Genre Symphonie
Nb. de mouvements 4
Musique Wolfgang Amadeus Mozart
Effectif Orchestre symphonique
Durée approximative environ 30 minutes
Dates de composition à Salzbourg
Partition autographe Collection privée à Vienne
Création inconnue

La Symphonie no 25 en sol mineur, KV 183/173dB[1] est une symphonie composée par Wolfgang Amadeus Mozart le à Salzbourg, alors qu'il avait presque dix-huit ans. Elle est parfois appelée la « Petite symphonie en sol mineur », pour la distinguer de la « Grande symphonie en sol mineur » no 40 qui a la même tonalité.

Historique[modifier | modifier le code]

Les neuf symphonies dites « Salzbourgeoises » ont été écrites entre et . Voir l'historique de la symphonie no 22. En 1773, Mozart était Konzertmeister de l'archevêque de Salzbourg. Il a terminé la symphonie KV.183 le comme il est porté sur la partition. Il est vraisemblable que la symphonie a été composée au moins partiellement en parallèle avec la Symphonie en si bémol majeur, KV.182 terminée en même temps, même si cette dernière symphonie a un caractère complètement différent.

La Symphonie no 25 en sol mineur a certaines structures, qui jusque-là étaient inhabituelles chez Mozart et diffère du style galant des compositions précédentes. La K.183 est sa première symphonie en mineur et est particulièrement expressive (utilisation de nombreuses syncopes, dissonances, trémolos et passages à l'unisson, de fortes différences de dynamique et de rythme). Ce sont des caractéristiques typiques de la période Sturm und Drang. Toutes les œuvres en sol mineur de Mozart expriment une inquiétude, une angoisse et installent une atmosphère tragique que rien ne paraît pouvoir apaiser.

Lorsque de Mozart a eu besoin de symphonies pour une série de concerts dans les années 1780, il a fait envoyer par son père un ensemble de symphonies composées à Salzbourg autour de 1773, y compris le KV.183. C'est probablement pour cette raison qu'il a essayé d'effacer la date dans l'autographe pour présenter l'œuvre comme une nouvelle composition (voir la KV.182).

La partition autographe se trouve dans une collection privée à Vienne. La symphonie a été publiée à titre posthume à Hambourg par Günther und Böhme en 1798.

Orchestration[modifier | modifier le code]

Instrumentation de la symphonie no 25
Cordes
Premiers violons, seconds violons,
altos, violoncelles et contrebasses
Bois
2 hautbois,
2 bassons
Cuivres
2 cors en si bémol,
2 cors en sol

Dans l'andante, les cors sont en mi bémol. Les bassons ont des parties indépendantes uniquement dans l'andante et le trio du menuet. Ailleurs, ils sont utilisés pour renforcer les basses. Il est vraisemblable que le clavecin pouvait être ajouté comme basse continue.

Analyse[modifier | modifier le code]

Introduction de l'Allegro con brio :


\relative c''' {
  \version "2.18.2"
  \tempo "Allegro con brio"
  \key g \minor
  g8\f g4 g g g8 |
  d8 d4 d d d8 |
  es8 es4 es es es8 |
  fis,8 fis4 fis fis fis8 |
  g8 bes d g bes16( a g fis g4)-. |
}

Introduction de l'Andante :


\relative c''' {
  \version "2.18.2"
  \tempo "Andante"
  \key ees \major
  \time 2/4
  \partial 4 \partial 8 bes,8\p^\markup { \italic {con sordini} } (aes g) r8
  c8 (bes aes) r8
  aes (g f) r8 bes (aes g) r8
  ees'-! ees (f,) r8 bes-!
  aes (g) r8 c-!
  c (bes) r8
  d, (ees4) r8
}

Première reprise du Menuetto :


\relative c''' {
  \version "2.18.2"
  \tempo "Menuetto"
  \key bes \major
  \time 3/4
  g,4\f d g
  bes2 c8 (a)
  g4 fis g
  a8 (fis) d4 r4
  c'4\p c c
  b4.\fp (c16 d c4)
  ees ees ees
  d4.\fp (ees16 f ees4)
  g4\f g g
  fis (c') bes-!
  \grace bes16 (a4) g fis
  g2 r4\bar ":|."
}

Première reprise du Trio :


<< 
\new Staff \with { instrumentName = #"Hb1 "}  
  \relative c'' {
     \version "2.18.2"
     \key g \major
     \tempo "Trio"
     \time 3/4
    d2 \p  b'8 (g)
    g (fis) fis4 fis 
    fis (c') b16 (a g fis)
    g8 (b) d,4 r4
    g (fis e)
    a4.\fp (g8) e4
    \grace a16 (g4) fis e
    d2 r4 \bar ":|." 
  }
\new Staff \with { instrumentName = #"Hb2 "}
  \relative c'' {
    \key g \major
    \time 3/4
   b2\p r4
   r4 c c
   c (fis,) g16 (a b c)
   b8 (d) b4 r4
    e4 (d cis) 
    fis4.\fp (e8) d4
     \grace fis16 (e4) d cis
    d2 r4 \bar ":|."
  }
>>

Introduction de l'Allegro :


\relative c'' {
     \version "2.18.2"
     \key bes \major
     \tempo "Allegro"
     \time 2/2
    g4 \p d bes'4. a8
    g4 bes (a g)
    fis d c'4. bes8
    a4 c (bes a)
    g bes ees4. d8
    c4 a d4. c8
    bes4 g ees cis
    d! c' (bes a)
    g8\f d'4 d d d8~ d4 g (fis g)
  }

Cette symphonie tragique, rageuse, lancinante, ancêtre de la fameuse Symphonie no 40 (pour cette raison on la surnomme la « petite sol mineur »), se découpe comme la plupart des autres, en quatre mouvements :

  1. Allegro con brio, en sol mineur, à 4/4, 214 mesures, deux sections répétées deux fois (première section: mesures 1 à 82, seconde section: mesures 83 à 200), puis une coda (mesures 201 à 214)
  2. Andante, en mi bémol majeur, à 2
    4
    , 72 mesures, les violons jouent avec des sourdines, 2 cors en mi bémol, deux sections répétées deux fois (première section: mesures 1 à 24, seconde section: mesures 25 à 72)
  3. Menuetto et Trio, en sol mineur, à 3
    4
    , 51 mesures, le trio en sol majeur, avec uniquement les bois et 2 cors en sol
  4. Allegro, en sol mineur, à alla breve, 194 mesures, deux sections répétées deux fois (première section: mesures 1 à 76, seconde section: mesures 77 à 186), puis une coda (mesures 187 à 194)
  • Durée de l'interprétation : 25 à 30 minutes

L'Allegro con brio initial débute sur un thème célèbre, haletant et syncopé, d'une violence inédite jusqu'alors. Parsemant tout le premier mouvement, ce thème y installe un sentiment de sourde angoisse, voire de mort, tandis que, dans sa forme "sotto voce", les hautbois planent subtilement dans un chant nostalgique aux notes longuement tenues. Le développement central connaît des séquences très heurtées. La coda du mouvement, construite sur un canon du thème initial, dévoile une saisissante inquiétude qui prolonge le « suspens » pour les mouvements suivants.

L' Andante qui suit contraste fortement avec la violence de ce qui a été entendu au premier mouvement. Les sonorités et les modulations de ce mouvement lent n’en sont pas moins extrêmement pathétiques et cet Andante est peut-être encore plus préoccupant que l'Allegro précédent.

Le Menuet en lui-même respire la nostalgie, la tristesse, la mélancolie. Le Trio, confié uniquement aux vents, est la seule note joyeuse de la symphonie, bien que là aussi nostalgique.

Avec le dernier Allegro, les arpèges lancinants de l'ouverture reprennent de plus belle, conférant à ce finale la tâche de montrer l'angoisse perçant partout et constamment.

Ce schéma de symphonie en sol mineur où seul le Trio riposte à la gravité de l'Andante, à la pugnacité du Menuet et à la violence du finale et du premier mouvement, sera exactement repris en 1788 lors de la composition de la Symphonie no 40.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Le premier mouvement de cette symphonie a servi de générique de début au film Amadeus de Miloš Forman.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Elle porte le numéro KV 183 dans la Neue Mozart-Ausgabe.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]