Sur l'État : Cours au Collège de France

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sur l'État : Cours au Collège de France (1989-92)
Image dans Infobox.
Sur l'État dans une édition de poche.
Auteur
Genre
Date de parution
Pays
Éditeur
Collection
Raisons d'agir
Nombre de pages
656
ISBN 13
978-2-02-066224-6Voir et modifier les données sur Wikidata

Sur l'État : Cours au Collège de France est un ouvrage de sociologie politique publié par Patrick Champagne, Rémi Lenoir, Franck Poupeau et Marie-Christine Rivière à partir des notes des cours de Pierre Bourdieu au Collège de France entre 1989 et 1992.

Présentation générale[modifier | modifier le code]

Contenu[modifier | modifier le code]

Les cours de Pierre Bourdieu de 19898 à 1992 exposent un versant des recherches de l'auteur sur les manières de penser et de définir l’État. Il discute la validité de plusieurs théoriques et traditions doctrinales tout au long des années de cours. Il cherche notamment à comprendre comment l’État a pu se prévaloir d'une reconnaissance d'un « bien commun » après de diverses catégories sociales qui composent la nation, et comment cette reconnaissance est de nature conservatrice et tend d'abord à maintenir l'ordre social existant.

Historique de publication[modifier | modifier le code]

Cet ouvrage est le premier de la publication des cours et séminaires de Pierre Bourdieu. Il s'appuie sur un enregistrement des conférences de celui-ci au Collège de France, effectuées de 1989 à 1992, qui n'étaient pas destinées à être publiées[1],[2],[3].

Ces cours de 1989 à 1992 sont donnés à une époque où Pierre Bourdieu est déjà devenu, en quelque sorte, un mandarin, un penseur reconnu, une des grandes personnalités intellectuelles françaises de son époque[1],[3],[4].

Il meurt en 2002. Ces enregistrements et notes, qui n'étaient pas destinés à être publiés, le sont dix ans après sa mort, vingt ans après l'ultime conférence[2],[3].

Résumé[modifier | modifier le code]

Sociologie historique[modifier | modifier le code]

Il construit une sociologie historique, s'intéressant à la genèse des États à partir de l’action de ceux qui les ont construits. Il établit une sociologie des groupes sociaux émergents, dans leur relation avec les groupes sociaux dominants[2]. Il analyse en quoi nos usages, nos discours et nos pensées sur l'État ont été façonnés par le processus de construction et en quoi ils l'ont façonné en retour[3].

A ce titre, il commente les œuvres de plusieurs sociologues historiques, tels que Perry Anderson ou Barrington Moore, tout en en exposant les faiblesses. Pierre Bourdieu cite Norbert Elias, présentant sa thèse selon laquelle les États émergent d'une violente compétition les uns contre les autres. Il se réfère également aux travaux de Charles Tilly sur la formation de l'État et cite son apophtegme selon lequel « les États font la guerre et la guerre fait les États »[3], et à d'autres penseurs anglo-saxons[4].

État et formatage de la pensée[modifier | modifier le code]

Il dresse un inventaire des modes par lesquels nos pensées et notre personne sont formatées par l’État, lui-même formaté par ces idées et ces pratiques. Il souligne dès les premiers cours la difficulté à penser l’État, considérant que les structures de notre conscience sont elles-mêmes en partie déterminées par l’État.

État et intérêt collectif[modifier | modifier le code]

La notion d'un « intérêt collectif bien compris » fait en réalité office, pour lui, de centre de convergence des ambitions et des politiques, se stratifiant dans des luttes d'influence et d’intérêts, car dit-il, « L’État est le nom que nous donnons aux principes cachés, invisibles, de l’ordre social, et en même temps, de la domination à la fois physique et symbolique comme de la violence physique et symbolique »[5]. Les moyens en sont aussi subtils qu'insidieux, ce qu'il traduit par cette formule : « L’ordre social repose sur un "nomos" qui est ratifié par l’inconscient de sorte que, pour l’essentiel, c’est la coercition incorporée qui fait le travail »[6]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Christophe Ramaux, « Sur l’Etat - Cours au Collège de France (1989-1992) de Pierre Bourdieu », France Culture, émission La bibliothèque idéale de l'éco de Tiphaine de Rocquigny,‎ (lire en ligne)
  2. a b et c Jean Ferrette, « Pierre Bourdieu, Sur l'État. Cours au Collège de France (1989-1992) », Lectures, Les notes critiques,‎ (lire en ligne)
  3. a b c d et e Abram de Swaan et Myriam Dennehy (traduction), « "Sur l'Etat. Cours au Collège de France (1989-1992)", de Pierre Bourdieu : le mandarin insoumis », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. a et b Éric Aeschimann, « Attention, Bourdieu revient », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  5. Voir aussi Pierre Bourdieu, « Les modes de domination », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2,‎ , p. 122-132 (lire en ligne, consulté le )
  6. Voir Pierre Bourdieu et Luc Boltanski, « La production de l'idéologie dominante », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 2,‎ (lire en ligne, consulté le ), paru aussi in Pierre Bourdieu et Luc Boltanski, La production de l'idéologie dominante, Raisons d'agir/Demopolis,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]