Suite de Tribonacci

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Une suite de Tribonacci est une suite dont la relation de récurrence est inspirée de celle de la suite de Fibonacci : chaque terme est la somme des trois termes qui le précèdent. Dans une suite de Fibonacci, chaque terme est la somme des deux termes qui le précèdent.

Le terme de Tribonacci est un néologisme formé de tri (récurrence à trois termes) et de bonacci (en allusion au mathématicien Fibonacci). Il existe de même des suites de Tetranacci où chaque terme est la somme des 4 termes qui le précèdent et même des suites de k-bonacci où chaque terme est la somme des k termes qui le précèdent.

Un nombre tribonaccique est un entier de la suite de Tribonacci.

Une suite de Tribonacci est aussi une suite de "mots" de 3 lettres construite à l'aide de la substitution de Tribonacci : a donne ab, b donne ac et c donne a

Étude mathématique[modifier | modifier le code]

La suite de Tribonacci est définie par

  • , ,
  • pour tout entier positif n,

Le calcul des premiers termes se fait aisément : 0, 1, 1, 2, 4, 7, 13, 24, 44, 81, ... (suite A000073 de l'OEIS)

L'étude des suites récurrentes linéaires permet de dire que cette suite est combinaison linéaire des trois suites , , où les sont les trois racines du polynôme :

  • La racine réelle (environ égale à 1,8392867552[1]...) est appelée constante de Tribonacci et correspond à la limite du quotient de deux termes consécutifs. Les formules de Cardan en donnent une valeur exacte :
  • Les deux racines complexes sont conjuguées l'une de l'autre et de module inférieur à 1. Elles sont parfois appelées nombres de Tribonacci.

Le terme général de la suite est alors :

où les sont donnés par les formules suivantes :

On peut aussi travailler sur la fonction génératrice de cette suite, c’est-à-dire la série formelle :

La fonction génératrice de la suite est alors XF, celle de est et celle de est , la relation de récurrence, valable pour tout n supérieur ou égal à 3 , assure que

Les termes en complément correspondent aux 3 premiers termes des suites. Il suffit alors de résoudre cette équation. La fonction génératrice de la suite est donc :

Hoggat en 1980 a prouvé qu'il existait une partition de N en deux ensembles A et B non-vides tels qu'aucun élément de la suite de Tribonacci ne soit somme d'un élément de A et d'un élément de B

Suite de mots de Tribonacci[modifier | modifier le code]

C'est la suite de mots définie par :

M(1) = a

et par la substitution de Tribonacci suivante :

a donne ab, b donne ac et c donne a

Nous obtenons alors la suite de mots suivants : a, ab, ab|ac, abac|ab|a, abacaba|abac|ab, abacabaabacab|abacaba|abac... On s'aperçoit ainsi que chaque mot est obtenu comme la concaténation des 3 mots précédents. Il n'est donc pas surprenant que la longueur de ces mots soit une suite d'entiers de Tribonacci. Le mot infini obtenu à la limite est le mot infini de Tribonacci. C'est un mot purement morphique.

La suite de mots intervient dans la construction de la fractale de Rauzy.

Suite de Tribonacci et dénombrement[modifier | modifier le code]

On démontre que Tn+1 est le nombre de façons de découper un segment de longueur n en plus petits segments dont la longueur peut varier entre 1, 2 ou 3.

De manière plus générale, le terme d'indice n+1 d'une suite de k-bonacci correspond au nombre de façons de découper un segment de longueur n en plus petits segments dont la longueur peut varier entre 1, 2, 3, ..., k centimètres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. The online encyclopedia of integer sequences, « OEIS A058265 » (consulté le 30 janvier 2019)

Sources[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]