Sperone Speroni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Sperone Speroni (1544) du Titien au Musée civique de Trévise.

Sperone Speroni degli Alvarotti, né à Padoue le et mort dans cette même ville le , est un écrivain, un dramaturge et un philosophe humaniste italien, essentiellement connu pour ses Dialogues.

Biographie[modifier | modifier le code]

Sperone Speroni est né dans l'ancienne famille padovane des Speroni degli Alvarotti (it). Son père Bernardino (it) était archiâtre du pape Léon X, sa mère Lucia était issue de la famille Contarini. Après ses études, il devient professeur de logique de l'université de Padoue à seulement dix-huit ans. Après quelques années d'enseignement, il décide d'approfondir ses études à Bologne, auprès du fameux philosophe aristotélicien Pietro Pomponazzi, dit Petit-Pierre (Peretto) pour sa stature peu élevée. À la mort de ce dernier, en 1525, il revient à Padoue où il enseigne la philosophie pendant trois autres années, jusqu'à la mort de son père. Après cela, il doit s'occuper activement de sa famille.

C'est à cette période que remonte la composition des Dialogues (Dialogi[1]) qui sont publiés par son ami Daniele Barbaro en 1542 :

  • Dialogue d'amour (Dialogo d'amore) ;
  • Dialogue de la dignité des femmes (Dialogo della dignità delle donne) ;
  • Dialogue du temps de l'accouchement des femmes (Dialogo del tempo di partorire delle donne) ;
  • Dialogue de l'économie domestique (Dialogo della cura famigliare) ;
  • Dialogue de l'usure (Dialogo della usura) ;
  • Dialogue de la discorde (Dialogo della discordia) ;
  • Dialogue des langues (Dialogo delle lingue) ;
  • Dialogue de la rhétorique (Dialogo della retorica) ;
  • Célébration de la villa Il Catajo de Beatrice Pio degli Obizzi (Dialogo delle laudi del Catajo, villa della S. Beatrice Pia degli Obici) ;
  • Dialogue de Panico et Bichi (Dialogo di Panico e Bichi).

C'est à cette époque que remonte également la composition du Dialogue de la vie active et contemplative, qui n'a toutefois pas été inséré dans l'édition de 1542.

Membre de l'Académie des Enflammés et ami du Tasse, il s'est occupé de la révision de La Jérusalem délivrée. Il est l'auteur de la Canace, une tragédie publiée en 1546 et qui donnera suite à une polémique enflammée entre l'auteur et Giovanni Battista Giraldi. Par la suite, il intervient également dans la polémique entre ce même Giraldi Cinzio et Giovan Battista Pigna (it) à propos de l'Orlando furioso et du roman comme genre littéraire.

En 1560, il déménage à Rome où il se lie d'amitié avec Annibal Caro. Revenu à Padoue, il compose ses Discours sur Dante, sur l'Eneide, Sur l'Orlando furioso et le Dialogue de l'histoire.

Il est enterré dans la Cathédrale de Padoue.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. En italien moderne, on écrirait plutôt Dialoghi.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sperone Speroni.

Crédits de traduction[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Opere di M. Sperone Speroni degli Alvarotti tratte da' mss. originali, Venise, Occhi,
  • Trattatisti del Cinquecento, Milan, Naples, Ricciardi, , p. 471 à 850
  • (it) Francesco Cammarosano, La vita e le opere di Sperone Speroni, Empoli, Tipografia R. Noccioli,
  • (it) Francesco Bruni, « Sperone Speroni e l’Accademia degli Infiammati », Filologia e letteratura, no 13,‎ , p. 24 à 71.
  • (it) Francesco Bruni, Sistemi critici e strutture narrative (Ricerche sulla cultura fiorentina del Rinascimento), Naples, Liguori,
  • (it) Amelia Fano, Notizie storiche sulla famiglia e particolarmente sul padre e sui fratelli di Sperone Speroni degli Alvarotti, Padoue, Tipografica G. B. Randi, coll. « Atti e memorie dell’Accademia di Padova »,
  • (it) Amelia Fano, Sperone Speroni (1500-1588). Saggio sulla vita e sulle opere, Padoue, Fratelli Drucker, coll. « La vita »,
  • (it) Piero Floriani, I gentiluomini letterati. Il dialogo culturale nel primo Cinquecento, Naples, Liguori,
  • Jean-Louis Fournel (dir.), « La rhétorique vagabonde et le portrait de la vérité dans trois dialogues de Sperone Speroni », dans Discours littéraires et pratiques politiques, Paris, Publications de la Sorbonne, , p. 11 à 59
  • Jean-Louis Fournel, Les dialogues de Sperone Speroni : libertés de la parole et règles de l’écriture, Marburg, Hitzeroth,
  • Jean-Louis Fournel (dir.), « Le monde des dialogues de Sperone Speroni : langue(s) commune(s) et communauté(s) de culture(s) », dans Quêtes d’une identité collective chez les Italiens de la Renaissance. Alberti, Guichardin, Speroni, Sienne au XVIe siècle, le Tasse, Paris, Université de la Sorbonne Nouvelle, , p. 121 à 173
  • Jean-Louis Fournel (dir.), « Le travail de la critique dans les écrits sur Virgile de Sperone Speroni », dans Les commentaires et la naissance de la critique littéraire (XIVe-XVIe siècles). Actes du Colloque international sur le Commentaire (Paris, mai 1988), Paris, Aux Amateurs de Livres, , p. 235 à 243
  • (it) Jean-Louis Fournel, « Il “camaleonte” e il “cuoco”. Sperone Speroni e la critica del romanzo », Schifanoia, no 12,‎ , p. 105-109
  • (it) Stefano Jossa, Rappresentazione e scrittura. La crisi delle forme poetiche rinascimentali (1540-1560), Naples, Vivarium,
  • (it) Stefano Jossa, « Verso il barocco. Sperone Speroni e Carlo Borromeo (tra retorica e mistica) », Aprosiana, no 11-12,‎ 2003-2004, p. 11 à 34
  • (it) Mario Pozzi, « Le lettere familiari di Sperone Speroni », Giornale storico della letteratura italiana, no 163,‎ , p. 383 à 413
  • (it) Mario Pozzi, « La critica fiorentina fra Bembo e Speroni: Varchi, Lenzoni, Borghini », dans Ai confini della letteratura. Aspetti e momenti di storia della letteratura italiana, vol. I, Alessandria, Edizioni dell’Orso, , p. 247 à 274
  • (it) « Sperone Speroni », Filologia veneta, Padoue, Editoriale Programma, no 2,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]