Giovanni Battista Giraldi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un écrivain image illustrant italien
Cet article est une ébauche concernant un écrivain italien.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Giraldi.
Giovanni Battista Giraldi
Giambattista Giraldi Cinzio.jpg

Giovanni Battista Giraldi

Biographie
Naissance
Décès
Activités

Giovanni Battista Giraldi (né en 1504 à Ferrare et mort le dans la même ville) est un écrivain italien, un poète et un philosophe. Il a rajouté à son nom Cinthio qui devient son diminutif courant parfois orthographié Cintio ou Cinzio

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de l'école de Ferrare, Giovanni Battista Giraldi a enseigné à l'université la philosophie, la médecine, succédant ensuite à Celio Calcagnini dans la chaire de littérature.

Secrétaire des ducs de Ferrare (d'abord de Hercule II d'Este, puis de Alphonse II d'Este) de 1547 à 1563, il doit se retirer à la suite d'une querelle avec Giambattista Pigna, autre secrétaire des ducs de Ferrare. Il s'installe alors à Mondovi où le duc de Savoie lui offre une chaire à l'université, puis il part pour Turin, Pavie en 1571, où il occupe une chaire de rhétorique, avant de retourner à Ferrare.

À la fois enseignant et écrivain, son œuvre se compose d'un recueil de nouvelles, les Ecatommiti dans lequel William Shakespeare a puisé le sujet d'Othello[1].

Il écrit aussi neuf tragédies. A une époque où la littérature est influencée par la contre-réforme catholique et la poétique d'Aristote, il réussit à faire un compromis entre classicisme et morale à la manière de Sénèque dans ses tragédies dont la plus célèbre est l'Orbecche, pétrie d'horreur et d'épouvante.

Représentée à Ferrare en 1541, l'Orbecche est considérée comme la première tragédie italienne. Cinzio devient d'ailleurs le théoricien de l'horrible avec son ouvrage : Discorso sulle commedie e sulle tragedie (Discours sur les comédies et les tragédies), (1554)[2].

Il a aussi produit un poème épique: Hercule, épopée moralisatrice en vingt six chants, puis un drame satirique : Egle.

Outre son discours sur la comédie et la tragédie, il a écrit un traité érudit sur la composition du roman : Discorso intorno al comporre dei Romanzi (Discours sur la composition du roman), Venise, 1554.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire des œuvres Laffont-Bompiani, 1990, t.V, p.83, (ISBN 2221501195)
  2. Larousse des littératures françaises et étrangères, 1985, t.I, p. 630.